mis à jour le

Sur les PME reposera la stratégie de relance de l’économie marocaine

La Nouvelle Tribune : En ces temps de crise, la PME est revalorisée en tant qu’agent économique, pensez vous qu’elle peut contribuer rapidement à re-dynamiser l’activité économique?

Bertal : La PME a toujours été un acteur majeur de la dynamique économique, puisqu'elle représente, aux côtés des TPE, près de 95 % des entreprises marocaines, 50 % des emplois, 50% des investissements et 30 % des exportations.

D'ailleurs, la PME, en tant que véritable moteur de l'économie de notre pays, jouit depuis plusieurs années d'une attention particulière des pouvoirs publics. En effet,  l'Etat met depuis longtemps à la disposition des PME, une série de dispositions et de programmes pour soutenir et promouvoir son développement. Et, le secteur bancaire est un accompagnateur central de cette vision.

Il est vrai qu'en période de ralentissement de l'activité économique, les PME sont plus fragilisées que les grands groupes structurés et nécessitent un accompagnement particulier.

Toutefois, de part leur taille et leur structure flexible, elles sont plus agiles et font preuve d'une plus grande capacité d'adaptation que les grandes entreprises. C'est  donc sur les PME qu'il faut bâtir la stratégie de relance de l'économie marocaine.

A ce titre, Attijariwafa bank qui est historiquement un opérateur de référence dans le  financement et l'accompagnement des PME, renforce davantage sa proximité vis-à-vis de ses clients pour les soutenir en de telles circonstances.

 

A quel point les banques utilisent-elles les programmes de la CCG pour financer la PME ? 

Attijariwafa bank contribue à la totalité des programmes du gouvernement  à travers différentes instances, pour accompagner le tissu productif du Royaume. Ces programmes sont très importants car ils permettent de définir un cadre et mettent en ½uvre les outils adéquats au développement des entreprises.

En effet, la CCG par exemple compte parmi les institutions les plus dynamiques et joue un rôle fondamental dans le soutien de l'économie de la PME. Ses produits permettent aux banques d'étendre la distribution des crédits à un nombre d'entreprises plus large et de sécuriser ainsi leurs encours de crédits en faveur des  PME.

Attijariwafa bank a entrepris, depuis plusieurs années, de vulgariser les produits de la CCG auprès du réseau de distribution à travers des formations spécifiques, mais également par la mise en place d'une structure dédiée à la promotion et à la gestion de ces mécanismes. Ces produits sont d'ailleurs systématiquement proposés dans le cadre des études de dossiers de crédits.

Enfin, plusieurs tournées conjointes avec la CCG et l'ANPME ont été organisées dans l'ensemble des régions du Royaume  en vue de présenter et de promouvoir ces programmes auprès de nos clients.

Le groupe AWB a-t-il une stratégie spécifique pour cette catégorie d’entreprises, quelle en a été l’évolution récente ? 

Le Groupe Attijariwafa bank est un partenaire historique des PME, et nous avons érigé depuis de nombreuses années un dispositif dédié à cette clientèle, dispositif qui répond à une stratégie clairement définie par la Direction Générale. Celle-ci est basée sur une organisation dédiée, une offre de produits et services adaptées à la PME et une politique de risque spécifique.

Ainsi, Il y a plus dix ans, Attijariwafa bank innovait en créant  des centres d'affaires dédiés à la PME. Aujourd'hui au nombre de 39, ces centres d'affaires et «succursales entreprises» sont devenus des centres d'expertise, capables de répondre aux besoins complexes des PME. Ils sont soutenus au niveau du siège par des équipes dédiées, chargées d'animer le segment de la PME, de leur apporter l'expertise nécessaire et les accompagner dans leur développement à l'international. De plus, la régionalisation avancée de notre organigramme a permis de développer notre proximité avec nos clients.

Le Groupe Attijariwafa bank met à la disposition de sa clientèle de PME un catalogue de produits et services aux standards internationaux et agit souvent comme précurseur par l'innovation et le lancement d'offres uniques sur le marché.

Enfin, Attijariwafa bank a, malgré un contexte difficile, poursuivi sa politique de gestion volontariste et maîtrisée des risques pour garantir un accompagnement fort des besoins de financement des entreprises. Cette politique est appuyée par une très bonne connaissance de nos clients et du tissu économique, mais également par la mise en place de comités dédiés à la PME, pour une meilleure prise en charge de ses besoins.

 

Que représente la PME dans le portefeuille des clients d’AWB, et avez-vous des critères propres pour distinguer  les moyennes de petites et des toutes petites?  

Chez Attijariwafa bank, les critères qui déterminent le segment de la PME sont ceux utilisés communément part les différentes instances, notamment l'ANPME et la CCG, à savoir, toute entreprise dont le chiffre d'affaires se situe entre 3 MDH et 175 MDH. La TPE se situe en deçà de la limite de 3 MDH de chiffre d'affaires.

La PME représente une part importante de notre activité, en terme de crédits et de dépôts, d'où l'importance de ce segment érigé à AWB en business unit dédiée. Notre stratégie est conçue pour répondre aux besoins de cette clientèle et nous avons développé une expertise indéniable sur le marché qui nous permet de mieux cerner les attentes de nos clients et les satisfaire dans les meilleures conditions.

 

Bank Al-Maghrib exhorte les banques à financer les toutes petites entreprises avec un dispositif de garantie par des titres de dettes, pouvez vous expliquer à nos lecteurs en quoi ca consiste et est ce suffisant pour couvrir la totalité du risque ?

En effet, face une situation de contraction des  liquidités, Bank Al Maghrib a lancé un dispositif d'encouragement au financement des PME/TPE en faveur des banques. Selon lequel, les nouveaux crédits et prêts additionnels accordés par les banques aux PME et TPE donnent droit, sous certaines conditions, à des refinancements supplémentaires auprès de Bank Al Maghrib.

Ce mécanisme, qui a été enrichi récemment, a pour but d'inciter les banques à développer leurs encours crédits au bénéfice de la PME et non de couvrir le risque. C'est la CCG qui intervient par la garantie à limiter les risques encourus pour les banques.

 

Entretien réalisé par Afifa Dassouli

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

stratégie

AFP

Le Kenya guette Odinga et sa stratégie pour contester les élections

Le Kenya guette Odinga et sa stratégie pour contester les élections

AFP

Kenya: Raila Odinga reporte

Kenya: Raila Odinga reporte

AFP

Kenya: Raila Odinga annoncera sa stratégie mardi

Kenya: Raila Odinga annoncera sa stratégie mardi

marocaine

AFP

L'éducation marocaine "en danger"

L'éducation marocaine "en danger"

AFP

La star marocaine Saad Lamjarred entendue dans une autre affaire de viol

La star marocaine Saad Lamjarred entendue dans une autre affaire de viol

AFP

Soupçonné de viol, la star marocaine Saad Lamjarred reste en prison

Soupçonné de viol, la star marocaine Saad Lamjarred reste en prison