mis à jour le

Vendeur clandestin à Alger, 2011 / REUTERS
Vendeur clandestin à Alger, 2011 / REUTERS

Pour l'aïd, le prix des vêtements flambe en Algérie

L’approche de la fête de l’Aïd est prétexte à de nombreux débordements commerciaux.

C’est connu, les Algériens dépensent plus pendant le ramadan. Même à la fin du mois sacré, avec la préparation de la fête de l’Aïd, ils continuent à ouvrir leur portefeuille.

Les commerçants en profitent bien. Non seulement les prix alimentaires grimpent en flèche, mais les Algériens constatent aussi une flambée des prix dans le secteur textile, rapporte le quotidien El Watan. D’après les chiffres de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA)  relayés par le journal, les prix des vêtements ont augmenté de 10% par rapport à la même période en 2012.

La classe moyenne algérienne a donc bien du mal à habiller ses enfants décemment pour l’Aïd, indique l’article. Dans les zones commerciales, les vêtements, même fabriqués en Chine, coûtent entre 1.500 dinars algériens (DA) et 3.000 DA (entre 15 et 28 euros), observe le journal. Une vraie fortune alors que le salaire mensuel moyen des Algériens n’atteint pas 30.000 DA (environ 280 euros).

Les clients sont d’autant plus en colère qu’ils savent que ces prix sont gonflés par l’approche de l’Aïd et de la rentrée scolaire. Ils développent alors plusieurs stratégies pour s’équiper à moindre coût, explique El Watan. Pour trouver les meilleurs prix, les acheteurs font le prix des boutiques et des marchés.

Parfois, ils trouvent des produits moins chers sur les étals improvisés par les vendeurs clandestins entre deux descentes de police. Les vêtements s’y vendent entre 500 et 800 DA (entre 4,50 et 7,50 euros), mais «la qualité laisse à désirer», reconnaît une cliente sollicitée par le journal.

Ce sont les friperies qui tirent leur épingle du jeu, ajoute le site: malgré une interdiction d’importation en 2011, elles continuent d’attirer les clients les plus démunis grâce à leurs prix très compétitifs.

Toujours d’après l’UGCAA, les Algériens dépenseraient plus de 100 milliards de DA (près d’un milliard d’euros) pour la rentrée, dont 40 milliards sont destinés aux vêtements de l’Aïd (environ 370 millions d’euros), conclut l’article.

Lu sur El Watan

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Les dix pays les pires pour les enfants sont tous situés en Afrique  Des dizaines de langues locales sont en voie de disparition en Afrique  Oui, le débit internet est plus rapide au Kenya qu'aux Etats-Unis 

Ramadan 2013

Havre de paix

Algérie: quand les Kabyles donnent une leçon de démocratie

Algérie: quand les Kabyles donnent une leçon de démocratie

Témoignage

Moi, Algérien, j'ai mangé en public pendant le ramadan

Moi, Algérien, j'ai mangé en public pendant le ramadan

Ramadan 2013

La fin du ramadan, c’est ce soir ou demain?

La fin du ramadan, c’est ce soir ou demain?

mois du ramadan

L'après-Ftour

Petits conseils pour éviter la «gueule de bois» du ramadan

Petits conseils pour éviter la «gueule de bois» du ramadan

Ramadan

 Jeûner fait-il vraiment maigrir?

Jeûner fait-il vraiment maigrir?

flambée des prix

Spéculation

Qui a dit que les prix devaient toujours flamber à l'approche du ramadan?

Qui a dit que les prix devaient toujours flamber à l'approche du ramadan?