mis à jour le

Côte d’Ivoire : libération de 14 pro-Gbagbo

A Abidjan, les quatorze personnalités proches de l’ancien président Gbagbo vivent leurs premières heures de liberté. Liberté provisoire, car elles n’en ont pour autant pas fini avec la justice. Parmi ces personnes : Michel Gbagbo, le fils de l’ancien chef de l’Etat, et Pascal Affi N'Guessan, président du Front populaire ivoirien (FPI, le parti de M. Gbagbo). Elles ont été déférées au parquet ce mardi après-midi, avant de se rendre au siège du FPI.

Sur les quatorze libérés, six d'entre eux sont arrivés à la mi-journée, à 12 h 30 (heure locale) à bord d'un Grumman présidentiel en provenance de l'intérieur du pays, où ils étaient détenus depuis un peu plus de deux ans. Ils ont ensuite été embarqués dans des blindés de la police nationale puis conduits au parquet d'Abidjan.

Ce lieu a été quadrillé par un impressionnant dispositif de la police nationale, avec des hommes lourdement armés. Les huit autres, qu'il convient d'appeler désormais les ex-détenus, les ont rejoints un peu plus tard. Après plusieurs heures passées au tribunal pour des formalités administratives, les ex-prisonniers ont été accueillis au siège du FPI par de nombreux militants en liesse.

Prenant la parole, le président par intérim du FPI, Miaka Ouréto, s'est réjoui de la liberté provisoire accordée à ses camarades militants, avant de remercier tous ceux qui ont rendu possible cette libération. « On nous dit que votre remise en liberté provisoire est l'½uvre de la seule et unique volonté du pouvoir judiciaire. Nous applaudissons ce pouvoir judiciaire, a lancé Miaka Ouréto. Je crois qu'elle s'est faite aussi avec l'accord du président de la République, qui est le chef suprême du pouvoir exécutif. Nous saluons le président de la République. »

Le discours de Pascal Affi N'Guessan était très attendu. Il a déclaré pour sa part qu'il n'en veut à personne et que son parti s'inscrit dans une dynamique de dialogue et de paix avant de demander au pouvoir actuel de les considérer comme des partenaires pour sortir la Côte d'Ivoire de l'impasse. Et d'ajouter : « Nous invitons ceux qui ont la responsabilité de ce pays à l'heure qu'il est de savoir que le Front populaire ivoirien est présent et entend prendre sa part dans la restauration de la Côte d'Ivoire ».

Tous les observateurs s'accordent à dire que cette libération vient donner un coup d'accélérateur au processus de réconciliation en panne depuis quelque temps. Mais les militants venus à cette rencontre scandaient pour demander la libération de Laurent Gbagbo détenu à la CPI. Et tous ici espèrent que d'autres libérations vont suivre dans les jours à venir.

RFI

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

libération

AFP

Congo: des ONG demandent la libération d'un journaliste

Congo: des ONG demandent la libération d'un journaliste

AFP

Prix du HCR pour le négociateur de la libération des filles de Chibok

Prix du HCR pour le négociateur de la libération des filles de Chibok

AFP

Algérie: RSF demande la libération d'un fixeur détenu depuis 100 jours

Algérie: RSF demande la libération d'un fixeur détenu depuis 100 jours

pro-Gbagbo

AFP

Côte d'Ivoire: 4 ans de prison pour un ex-ministre pro-Gbagbo

Côte d'Ivoire: 4 ans de prison pour un ex-ministre pro-Gbagbo

AFP

Côte d'Ivoire: décès d'un deuxième détenu pro-Gbagbo en un mois

Côte d'Ivoire: décès d'un deuxième détenu pro-Gbagbo en un mois

AFP

Côte d'Ivoire: liberté provisoire pour un ex-ministre pro-Gbagbo

Côte d'Ivoire: liberté provisoire pour un ex-ministre pro-Gbagbo