mis à jour le

L’hallali pour l’ADEMA

Des journaux avaient prédit l’implosion de l’ADEMA/PASJ pour cause d’incapacité à se choisir un candidat consensuel. Cette prédiction est en train de s’accomplir. La désignation par une commission de bons offices (COB) de Dramane Dembélé au seul motif qu’il est « jeune » et que cela répond à l’air du temps (les élections ont démontré le contraire avec la prédominance d’IBK et de Soumaïla Cissé sur les autres candidats) avait déjà entrainé le départ de la ruche de deux barons Soumeylou Boubèye Maïga et Sékou Diakité.

Le premier est devenu depuis conseiller spécial d’IBK, le second directeur de campagne du président de la CODEM, Housseïni Amion Guindo. Ce qui n’est pas sans impacter négativement l’électorat de l’ADEMA.

Depuis vendredi, c’est le candidat du parti, arrivé troisième après IBK et Soumaïla, qui a provoqué un séisme en appelant à titre personnel à voter pour IBK au second tour alors que le directoire de l’ADEMA soutient son rival, en vertu de l’accord électoral passé entre les membres du FDR. Ce couac aura pour conséquence de diviser davantage l’électorat adémiste et il sera bien difficile de refaire l’unité et la cohésion de cette formation une fois tirés les rideaux sur le scrutin. Même si Dramane Dembélé se veut rassurant : il restera pour conduire la refondation du parti.

On a triché IBK

La déception était lisible sur les visages des Bamakois à l’annonce qu’aucun candidat n’a franchi la barre des 50% pour être élu au premier tour. Ils avaient espéré que ce candidat serait leur idole IBK. « On veut refaire à IBK le coup de 2002. Il avait gagné mais, en annulant 511 000 bulletins de vote à Bamako, on l’a éliminé au profit de ATT ».

 Bruno D SEGBEJI

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé