mis à jour le

Zimbabwe: le pouvoir promet une politique d'"indigénisation"

Le parti du président zimbabwéen Robert Mugabe a indiqué mardi qu'il comptait profiter de sa victoire aux élections du 31 juillet pour intensifier sa politique d'"indigénisation" qui vise notamment à octroyer à des Zimbabwéens noirs la majorité du capital des filiales locales de groupes étrangers.

"Nous devons approfondir et élargir l'indigénisation et l'émancipation" économique des Zimbabwéens noirs, a expliqué à l'AFP le porte-parole de la Zanu-PF Rugare Gumbo. "Elles doivent couvrir un large éventail de personnes."

Dans de pleines pages de publicité publiées mardi dans les médias privés -dont certains sont de farouches critiques de M. Mugabe-, le parti présidentiel se déclare "prêt" à appliquer son programme électoral.

"Au cours des cinq prochaines années, le Zimbabwe va assister à un modèle de transfert de richesses unique qui va permettre à des gens ordinaires de prendre en charge leur économie", a promis la Zanu-PF.

La politique d'indigénisation entamée en 2007 vise les entreprises appartenant à des étrangers qui valent au moins un demi-million de dollars. Celles-ci doivent céder 51% de leur capital: 10% aux salariés, 10% à un fonds de développement des infrastructures dans les environs et 31% pour un fonds souverain national.

Jusqu'à présent, les mines ont été les principales cibles. 

La Bourse du Zimbabwe a baissé de 1,7% mardi après son plongeon de 11,1% lundi. Les banques étrangères devant être la prochaine cible des efforts d'indigénisation du prochain gouvernement Mugabe, la filiale locale de la banque britannique Barclays a chuté de 20%.

L'opposition dénonce une telle politique, affirmant qu'elle décourage les investissements et qu'elle ne profite qu'aux amis du pouvoir.

Le futur gouvernement devra en outre lever des fonds pour soutenir le secteur de l'agriculture, dont la plupart des grandes fermes commerciales exploitées par des Blancs ont été distribuées à des Noirs au cours de la réforme agraire du début des années 2000. Il devra en outre trouver de l'argent pour relancer un secteur manufacturier moribond.

Selon Rugare Gumbo, il va solliciter des institutions locales et des pays asiatiques. "Nous voulons aussi aller voir nos amis de l'Orient parce que l'Occident ne semble pas coopérer", a-t-il relevé, sans citer directement la Chine qui a d'excellentes relations avec M. Mugabe.

Contrairement à la plupart des pays africains, les puissances occidentales ont exprimé de sérieux doutes quant à la régularité des élections du 31 juillet.

Le Premier ministre sortant Morgan Tsvangirai, adversaire malheureux de M. Mugabe à trois reprises, conteste le résultat du vote, le qualifiant de "frauduleux ou volé". Conforté par les observations d'ONG et de certains témoins étrangers, il a évoqué des fraudes massives et a exigé une vérification par la justice des listes électorales, les bulletins de vote et des certificats d'inscription des électeurs.

AFP

Ses derniers articles: Kenya: plus de 30 morts dans l'accident puis l'explosion d'un camion-citerne (responsables)  Burkina: les procès "point de départ d'une vraie réconciliation"  Nigeria: de "nombreux morts" dans l'effondrement d'une église 

pouvoir

AFP

Angola: le parti au pouvoir lance sa campagne électorale

Angola: le parti au pouvoir lance sa campagne électorale

AFP

Gambie: pourquoi Jammeh ne s'est pas accroché au pouvoir

Gambie: pourquoi Jammeh ne s'est pas accroché au pouvoir

AFP

Présidentielle en Gambie: le pouvoir de Yahya Jammeh face aux urnes

Présidentielle en Gambie: le pouvoir de Yahya Jammeh face aux urnes

politique

AFP

RD Congo: dialogue politique de la dernière chance en vue

RD Congo: dialogue politique de la dernière chance en vue

AFP

La longévité politique des chefs d'État africains

La longévité politique des chefs d'État africains

AFP

RDC: Kabila s'en tient

RDC: Kabila s'en tient