mis à jour le

Le rendez-vous raté de Bouteflika

Encore un rendez-vous raté pour le président Bouteflika. Après les festivités du 5 Juillet (fête de l'indépendance et de la jeunesse), il vient de manquer à l'appel lors d'un rituel qui lui est très cher et qu'il n'avait jamais loupé depuis son arrivée au pouvoir, en 1999 : la célébration de Leïlat El Qadr (la nuit du Destin) qui coïncide avec le 27e jour du Ramadhan. Comme c'était le cas depuis son admission au Val-de-Grâce à Paris le 27 avril dernier suite à l'AVC dont il a été victime - c'est le Premier ministre, Abdelmalek Sellal qui l'a remplacé à cette cérémonie officielle qui s'est déroulée, dimanche soir, à la Grande mosquée d'Alger. Sur les images diffusées par la Télévision nationale, il y avait également le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Larbi Ould Khelifa, assis à droite de Abdelmalek Sellal, et de nombreux autres membres du gouvernement. Rentré en Algérie sur un fauteuil roulant pour poursuivre sa convalescence dont la durée est indéfinie, le chef de l'Etat ratera, sans nul doute, un troisième rendez-vous qui interviendra dans deux ou trois jours, à savoir la prière de l'Aïd. Un autre rituel auquel il se sacrifie également depuis 1999. Ces absences s'ajouteront également à d'autres ratages enregistrés, ces derniers mois, à cause de sa maladie. Il y a d'abord ce fameux Conseil des ministres qui ne s'est pas réuni depuis le mois de décembre 2012. En lui rendant visite, début juin dernier, aux Invalides, le Premier ministre avait pourtant affirmé que le président Bouteflika l'avait instruit de préparer la loi de finances complémentaire (LFC 2013) en prévision de son adoption lors du prochain Conseil des ministres. Mais ce dernier ne se tient toujours pas et le texte en question risque d'être dépassé, puisque le gouvernement sera appelé, dans quelques semaines, à préparer la loi de finances pour 2014, dont l'adoption sera également tributaire de la tenue d'un Conseil des ministres.   Où est Abdelaziz Bouteflika ?                Quand sera-t-il convoqué ? Le président Bouteflika pourra-t-il le présider ? Les questions restent sans réponse pour l'instant, d'autant plus qu'aucune institution ne communique sur l'évolution de l'état de santé du chef de l'Etat. La présidence de la République n'a rendu public aucun communiqué depuis le retour du Président en Algérie. Abdelmalek Sellal, qui avait tenté à maintes reprises de tranquilliser l'opinion sur «l'évolution positive» de la maladie de Abdelaziz Bouteflika, ne communique plus sur le sujet. Aux journalistes qui l'ont interrogé à l'occasion de la clôture de la session du printemps du Parlement, il a répondu sèchement : «Je ne suis pas son médecin.» Ce silence radio et ses absences remarquées aux cérémonies officielles ne font qu'accentuer la polémique sur la capacité physique du président Bouteflika à poursuivre sa mission jusqu'à avril 2014. De plus, la classe politique nationale attend toujours de voir le contenu du projet de révision de la Constitution lancé il y a plusieurs mois. Mais cette révision risque aussi d'être compromise dans le cas où l'état de santé de l'initiateur du projet ne s'améliore pas.   

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

Bouteflika

AFP

Algérie: première sortie publique en un an du président Bouteflika

Algérie: première sortie publique en un an du président Bouteflika

AFP

Algérie: le chef de cabinet de Bouteflika élu

Algérie: le chef de cabinet de Bouteflika élu

AFP

Algérie: Bouteflika

Algérie: Bouteflika