mis à jour le

ENI-Algérie: la justice italienne veut saisir 123 millions de dollars appartenant à Farid Bedjaoui

La justice italienne veut saisir   123 millions de dollars (92,6 millions d'euros) déposés sur des comptes   appartenant à Farid Bedjaoui, bras droit de l'ex-ministre algérien de   l'Energie, dans l'enquête sur un scandale de corruption impliquant le groupe   pétrolier italien ENI en Algérie.  Le parquet de Milan (nord) a également lancé un mandat d'arrêt   international contre M. Bedjaoui, écrit mardi le quotidien Corriere della Sera. "Plus de 100 millions de dollars" (75,3 millions d'euros) se trouveraient à   Singapour sur des comptes contrôlés par M. Bedjaoui et 23 autres millions de   dollars (17,3 millions d'euros) seraient à Hong Kong, selon la même source.     Dans cette affaire, la société italienne d'ingénierie et exploration   pétrolière Saipem, filiale du géant pétrolier ENI, est soupçonnée d'avoir versé   jusqu'en 2009 des pots-de-vin à la Sonatrach, le groupe public gazier et   pétrolier algérien dont plusieurs dirigeants avaient dû démissionner dans cette   affaire.     Le patron de Saipem, Pietro Tali, a démissionné en décembre à la suite de   cette affaire, tandis que le groupe a également suspendu "à titre préventif"   Pietro Varone, responsable de la division ingénierie et construction, et un   autre manager.     M. Varone, considéré comme la cheville ouvrière de cette opération de   corruption, a été arrêté en grand secret le 28 juillet, le même jour où le   parquet de Milan lançait le mandat d'arrêt contre M. Bedjaoui.     Ce dernier, basé à Dubaï et ayant un passeport français, était considéré   comme le bras droit de l'ex-ministre algérien de l'Energie, le controversé   Chakib Khelil, démis de ses fonctions fin mai 2010, après avoir occupé le   portefeuille de l'énergie durant dix ans, en raison d'accusations de corruption   touchant son équipe.     Selon la juge italienne Alfonsa Ferraro, citée par le Corriere della Sera,   Saipem a obtenu en Algérie sept contrats d'une valeur totale de huit milliards   d'euros. Pour obtenir ces marchés, le groupe a payé 197 millions de dollars de   pots-de-vin qui ont été présentés comme étant des frais d'intermédiation de la   société "Pearl Partners Limited", une société de Hong Kong contrôlée par M.   Bedjaoui.     M. Varone a reconnu devant les magistrats, plusieurs semaines avant son   arrestation, selon le Corriere, que "Pearl Partners et Bedjaoui sont la même   chose" et que "Bedjaoui a dit clairement qu'il donnait l'argent au ministre de   l'Energie Khelil". 

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

justice

AFP

Kenya: le marché du vote électronique contesté en justice

Kenya: le marché du vote électronique contesté en justice

AFP

Égypte: la justice approuve la remise en liberté d'Hosni Moubarak

Égypte: la justice approuve la remise en liberté d'Hosni Moubarak

AFP

Kenya: la justice donne 5 jours aux médecins pour cesser la grève

Kenya: la justice donne 5 jours aux médecins pour cesser la grève

dollars

AFP

Nigeria: Tinapa, l'"éléphant blanc"

Nigeria: Tinapa, l'"éléphant blanc"

AFP

L'ONU réclame 1,4 milliard de dollars pour les réfugiés du Soudan du Sud

L'ONU réclame 1,4 milliard de dollars pour les réfugiés du Soudan du Sud

AFP

Le FMI approuve un programme de prêts de 241 millions de dollars au Togo

Le FMI approuve un programme de prêts de 241 millions de dollars au Togo

Farid

Neila Latrous

Sonatrach : ce (très) riche patrimoine immobilier de Farid Bedjaoui en France

Sonatrach : ce (très) riche patrimoine immobilier de Farid Bedjaoui en France

[email protected] (Author Name)

Tunisie-Religion : La revanche de Farid Beji sur le gouvernement Larayedh

Tunisie-Religion : La revanche de Farid Beji sur le gouvernement Larayedh

Amina Boumazza

Farid Bedjaoui dans le scandale de Sonatrach : sauve qui peut ?

Farid Bedjaoui dans le scandale de Sonatrach : sauve qui peut ?