mis à jour le

 Manifestation anti-gouvernement, le 28 juillet à Tunis. REUTERS/Anis Mili
Manifestation anti-gouvernement, le 28 juillet à Tunis. REUTERS/Anis Mili

L'opposition veut la chute d'Ennahda

L'opposition tunisienne appelle à une nouvelle manifestation contre le gouvernement islamiste Ennahda, ce mardi 6 août.

En six mois, la Tunisie a perdu deux hommes de gauche, tous deux détracteurs du parti islamiste Ennahda au pouvoir depuis octobre 2011. Le militant Chokri Belaïd est froidement assassiné le 6 février 2013 alors qu'il sortait en voiture de chez lui. Le 25 juillet 2013, le député Mohammed Brahmi, leader du Front populaire est abattu devant son domicile, à l'Ariana, une banlieue de Tunis.

Depuis ce dernier assassinat hautement politique, l'hétéroclite opposition tunisienne réclame la démission du gouvernement et la dissolution de l’Assemblée nationale constituante (ANC). Tous les jours, depuis le 25 juillet, des manifestations sont organisées pour pousser le parti islamiste, tenu responsable de ces assassinats, à démissionner. Lundi 5 août, à Sidi Bouzid (centre), la police a dispersé quelques dizaines de manifestants qui ont tenté de pénétrer dans la préfecture régionale, selon un journaliste de l'AFP.

Nouvelle manifestation

Ce mardi 6 août, l'opposition appelle à un nouveau rassemblement, en espérant faire entendre ses revendications. Cette manifestation survient quelques jours après la démonstration de force du parti Ennahda qui a rassemblé des milliers de partisans sur la place de la Kasbah de Tunis, haut lieu de la révolution tunisienne.

De son côté, Ennahda a proposé ces derniers jours d’élargir le gouvernement et de tenir des élections en décembre, rapporte le site Libération.  Les islamistes ont aussi évoqué, sans réelles précisions, un référendum sur la poursuite de la «transition» post-révolutionnaire.

«Dans les régimes démocratiques, les manifestations ne changent pas les gouvernements, c’est dans les régimes dictatoriaux qu’une manifestation est en mesure de faire tomber le régime», a estimé le chef du parti Ennahda Rached Ghannouchi, faisait certainement référence au scénario égyptien.

Lu sur Libération

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Les citoyens africains ont davantage confiance en leurs leaders religieux qu'en la justice  Au Mali, l'Assemblée nationale privée d'électricité pour impayés  En Gambie, la fin de la dictature pousse de nombreux migrants à revenir au pays 

Mohamed Brahmi

Dialogue national

La Tunisie retient son souffle

La Tunisie retient son souffle

Guéguerre

Les députés de l'opposition tunisienne sous pression

Les députés de l'opposition tunisienne sous pression

Mobilisation

Vendredi de colère en Tunisie

Vendredi de colère en Tunisie

Chokri Belaid

Instabilité

La Tunisie est morte avec Mohamed Brahmi

La Tunisie est morte avec Mohamed Brahmi

RIP

Tunisie: qui était l'opposant Mohamed Brahmi?

Tunisie: qui était l'opposant Mohamed Brahmi?

Tunisie

L'opposant tunisien Mohamed Brahmi assassiné

L'opposant tunisien Mohamed Brahmi assassiné

Manifestation

AFP

Côte d'Ivoire: dispersion d'une manifestation des souscripteurs des sociétés d'agrobusiness

Côte d'Ivoire: dispersion d'une manifestation des souscripteurs des sociétés d'agrobusiness

AFP

Côte d'Ivoire: une manifestation de producteurs de cacao dispersée

Côte d'Ivoire: une manifestation de producteurs de cacao dispersée

AFP

Nigeria: manifestation contre la politique du gouvernement

Nigeria: manifestation contre la politique du gouvernement