mis à jour le

Le collectif des candidats prévient :

Le Collectif des candidats constitué de Sibiri Coumaré de Sira, Siaka Diarra de l'UFD, Alhousseyni Abba Maïga de Panafrik, Moussa Mara de Yèlèma, Racine Thiam de Cap et Ousmane Ben Fana Traoré du PCR, ont animé hier une conférence de presse à la Maison de la presse où ils ont appelé à voter IBK au second tour de la présidentielle. Ils ont dit s'être engagés dans cette aventure, d'abord de façon désintéressée, puis par le fait qu'IBK incarne le changement, la rupture, souhaités par les Maliens. Mais ont-ils précisé leur soutien dépendra de l'engagement d'IBK dans la voie du changement, dans le cas contraire il sera combattu.

Dans une déclaration liminaire, le Collectif des candidats à l'élection présidentielle de 2013 explique que : conscients de l'impérieuse nécessité d'une nouvelle gouvernance politique, économique et morale au Mali ; convaincus que seule une rupture profonde avec l'ordre ancien, peut remettre notre patrie sur les sentiers de l'essor socio-économique ; appréciant la signification profonde du vote massif des Maliens lors du premier tour de l'élection présidentielle ; soucieux de préserver à jamais l'intégrité du territoire, la laïcité de la République et l'unité nationale ; décidés à restaurer l'image de notre pays pour rendre les Maliens de nouveau fiers du Mali ; déterminés à lutter par tous les moyens contre la mauvaise gouvernance, les rébellions récurrentes, les trafics de toutes sortes, l'intégrisme religieux, la médiocratie, l'injustice et la corruption ; engagés pour la mise en ½uvre de leurs ambitions de changement pour le Mali en vue du renforcement de la démocratie et de la restauration de l'autorité de l'Etat, les candidats signataires de cette plateforme appellent tous les militants et sympathisants, tous ceux qui ont porté leur choix sur eux et tous les Maliens soucieux du progrès socio-économique de notre pays à voter et faire voter massivement pour Ibrahim Boubacar Kéita au second tour de l'élection présidentielle ; s'engagent à soutenir le président Ibrahim Boubacar Kéita pendant son mandat pour mener une politique de redressement et de changement attendue par l'écrasante majorité des Maliens ; ½uvreront à l'instauration d'une nouvelle configuration politique caractérisée par une majorité présidentielle qui gouverne et une opposition dotée de tous les moyens pour exercer sa mission ; appellent les candidats et tous les acteurs politiques à agir dans le sens d'une campagne apaisée ; réitèrent leur confiance aux autorités maliennes pour conduire à terme et de manière satisfaisante le processus électoral ; félicitent le peuple malien pour sa maturité démocratique et l'invitent à confirmer celle-ci à l'occasion du prochain scrutin en votant massivement et dans le calme ; remercient tous les amis du Mali pour leur soutien constant pendant cette phase cruciale de son existence.

A en croire Moussa Mara de Yèlèma, ce collectif a été spontanément mis en place au lendemain de l'élection afin de permettre que la phase post-scrutin soit la moins conflictuelle possible. Un communiqué a été fait dans ce sens dans lequel un appel au calme a été lancé et engagement ferme derrière les autorités dans la conduite du processus électoral a été recommandé. « Après analyse des résultats, nous avons choisi de manière désintéressée de soutenir IBK. Nous avons choisi de le soutenir sans condition parce qu'il est le seul porteur de nos espoirs du changement. Nous avons décidé de l'accompagner aussi pour la rupture que les Maliens attendent », a souligné le président du parti Yèlèma avant d'ajouter que c'est incontestable qu'IBK représente le changement plus que son rival et c'est ça la position des Maliens. Moussa Mara ne l'a pas aussi caché : « notre soutien en lui dépendra de son engagement pour le changement et la rupture. S'il continue dans le changement, on sera avec lui et dans le cas contraire, on sera contre lui parce que notre engagement pour le changement est indiscutable « .

Quant à Ousmane Ben Fana Traoré du PCR, il a expliqué que c'est à travers un programme qu'on peut juger. « On a lu son projet de société et on a trouvé des similitudes avec ce que chacun d'entre nous a proposé aux Maliens. IBK c'est l'homme qui a dénoncé les accords d'Alger devant tous les Maliens, donc il était en rupture avec une pratique. C'est un homme de parole « , a jugé le président du PCR. Pour Siaka Diarra de l'UFD, IBK a été le plus à prôner le changement et pour nous c'est aussi le Mali d'abord.
Abdoulaye Diakité

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

collectif

AFP

Un collectif d'"amis" de Lamine Diack verse sa caution

Un collectif d'"amis" de Lamine Diack verse sa caution

AFP

Burundi: un collectif de journalistes veut continuer d'informer "pour que le monde sache"

Burundi: un collectif de journalistes veut continuer d'informer "pour que le monde sache"

AFP

Algérie: un collectif féministe dénonce le blocage d'une loi contre les violences conjugales

Algérie: un collectif féministe dénonce le blocage d'une loi contre les violences conjugales

IBK

Liberté publique

Le Mali se dirige t-il vers une «IBKcratie»?

Le Mali se dirige t-il vers une «IBKcratie»?

Mali

Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison?

Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison?

Mali

Kidal aux mains des rebelles

Kidal aux mains des rebelles