mis à jour le

Déclaration de l'UPC sur la fermeture des cités et restaurants universitaires de Ouagadougou

Peuple du Burkina Faso, le 31 juillet 2013 le gouvernement contre toute attente a pris la décision de fermer toutes les cités et restaurants universitaires de Ouagadougou pour, soit disant, cause de vacances. Jetant ainsi dans la rue des milliers d'étudiants devenus subitement sans abri en cette période de grandes intempéries. Cette situation est de notre point de vu totalement inacceptable pour un état qui se veut responsable.

Suite à cette douloureuse décision, les étudiants ont manifesté leur refus de la décision à travers les artères de la ville de Ouagadougou dans la journée du 31/07/13. Le 01/08/13, alors que les voies de négociation n'étaient pas encore épuisées, les forces de l'ordre ont fait irruption dans les cités universitaires pour déloger les étudiants à coup de grenade lacrymogène ; ce qui a provoqué une réaction de survie de la part des étudiants qui pourtant s'étaient contenus jusqu'alors en prenant soin des véhicules qu'il avaient confisqué sans doute dans l'espoir que le gouvernement ouvrirait des négociations franches. Cette maturité des étudiants tranche avec la répression disproportionnée du gouvernement.

L'UPC ne comprend ni les motivations profondes ni les intentions réelles du pouvoir de la quatrième république. Cette décision obéit-elle à une nécessité ou cache-t-elle une expiation ? Que reproche -t-on réellement aux étudiants ? Il est bien connu dans les villes universitaires à travers le monde, qu'en période de vacances certains étudiants, pour des raisons diverses, (préparation des examens, éloignement de leurs localités ou pays ...) restent sur place. Les autorités s'arrangent alors pour maintenir quelques cités ouvertes et assurer un minimum d'½uvres universitaires.

Par ailleurs, nous savons tous que nos universités sont plongées depuis plusieurs années dans une grave crise, crise dans laquelle les gouvernements successifs de la 4eme république nous ont entraînés et dont ils peinent à nous en sortir (manque récurrente d'infrastructures et de personnel, échec dans la mise en ½uvre du système LMD, « blanchiment technique » d'années académiques, états généraux sur l'Enseignement supérieur).

A l'université de Ouagadougou, c'est aujourd'hui l'imbroglio total et l'année académique est devenu si irrégulière qu'il est difficile de dire que les vacances vont de telle date à une autre date pour décider en plus de fermer les cités et arrêter les ½uvres universitaires !

Cette décision du gouvernement est d'autant plus incompréhensible qu'elle est brusque et soudaine !

- Veut-on punir les étudiants pour leur forte mobilisation à l'occasion des marches-meetings organisés par l'Opposition ?
- Veut-on les éloigner de Ouagadougou dans la perspective des futures manifestations de l'Opposition ?
- Comment un gouvernement responsable peut-il jeter dehors en cette période de grandes intempéries des milliers d'enfants sans défense alors que lui-même dort au chaud ?
- Comment refuser aux étudiants aujourd'hui ce dont beaucoup de leaders de la quatrième république ont bénéficié par le passé dans cette même université et ailleurs ?

Face à cette situation, l'UPC tient entièrement le gouvernement pour responsable des graves conséquences de cette escalade de la violence dans le milieu universitaire.

Fort de ce qui précède l'UPC, par la présente, demande impérativement au gouvernement :
- D'arrêter immédiatement cette répression sur des étudiants aux mains nues qui manifestent légitimement pour leur droit à l'hébergement dans des cités construites par le contribuable à cet effet.
- De libérer immédiatement les étudiants interpellés.
- De re-ouvrir sans délais toutes les cités et restaurants universitaires.
- D'engager un dialogue franc et honnête avec les organisations estudiantines afin de trouver des solutions à cette crise qui soient acceptable pour tous. Peuple du Burkina Faso, nous voici de nouveau à la croisée des chemins après les états généraux de l'enseignement supérieur tenus il y a peu.

Cette crise démontre une fois de plus l'incapacité du gouvernement de sortir des sentiers battus dans la déconfiture croissante de notre système éducatif en général.

Fait à Ouagadougou le 01/08/2013

Pour le Bureau Politique National,
Dr. Amadou SANON,
Secrétaire national chargé de la formation

Comité UPC de Soutien aux Etudiants : Pour toute information, contacter le Secrétaire à la Jeunesse - Tel. : 78-82-00-59, 65-11-19-45, 65-11-19-72

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

fermeture

AFP

Sénégal/Mali: fermeture d'écoles liées

Sénégal/Mali: fermeture d'écoles liées

AFP

RDC: l'ONU annonce la fermeture de cinq bases dans le Nord-Kivu

RDC: l'ONU annonce la fermeture de cinq bases dans le Nord-Kivu

AFP

Mali: les radios privées contre la fermeture de 47 d'entre elles

Mali: les radios privées contre la fermeture de 47 d'entre elles

cités

AFP

Afrique du Sud: la Cites au secours des éléphants, pangolins et requins

Afrique du Sud: la Cites au secours des éléphants, pangolins et requins

AFP

Le commerce international du perroquet gris d'Afrique interdit par la Cites

Le commerce international du perroquet gris d'Afrique interdit par la Cites

AFP

Afrique du Sud: la Cites au chevet des espèces menacées

Afrique du Sud: la Cites au chevet des espèces menacées

Ouagadougou

AFP

Burkina: le Conseil de sécurité boucle

Burkina: le Conseil de sécurité boucle

AFP

Burkina: zones d'ombre et inquiétudes un mois après l'attentat de Ouagadougou

Burkina: zones d'ombre et inquiétudes un mois après l'attentat de Ouagadougou

AFP

Burkina: levée des corps des victimes de l'attentat de Ouagadougou

Burkina: levée des corps des victimes de l'attentat de Ouagadougou