mis à jour le

Route Tetteh Quashie, Accra, Ghana, 6 janvier 2008, by George Appiah via Flickr CC
Route Tetteh Quashie, Accra, Ghana, 6 janvier 2008, by George Appiah via Flickr CC

Les 10 économies africaines qui montent

C'est à peine la rentrée pour les 54 pays du continent et déjà 10 bons élèves se distinguent par leur croissance économique.

Après avoir évoqué les 10 pires économies d’Afrique, voyons quels pays «explosent» actuellement le compteur de leur produit intérieur brut (PIB) sur le continent.

Ce classement présente les 10 pays ayant les plus forts taux de croissance de leur PIB réel sur ces trois dernières années, en se basant sur les chiffres du CIA World Factbook.

Il repose également sur les projections établies (PDF) par le Fonds monétaire international (FMI) pour l'année 2011, ainsi que sur le taux de corruption (PDF) mesuré par l'organisation Transparency International.

Par ailleurs, l’indice de développement humain (IDH) calculé par les Nations unies (PDF) ainsi que le PIB par habitant donné par la CIA à partir des chiffres du FMI et de la Banque mondiale interviennent également dans le classement.

Il ne faut pas s’étonner que l‘Afrique du Sud ne figure pas dans ce classement, et au contraire ne pas être surpris de voir y apparaître l’Ethiopie, car il s'agit d'un classement s'appuyant sur une évolution et non sur une position économique absolue.

Notons par ailleurs que 6 des 10 pays de ce top font partie de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) —ce qui en fait la région avec la plus forte croissance de tout continent.

Par ailleurs, outre une bonne santé économique, ces pays ont en commun une certaine stabilité politique. Ainsi, l'une ne va définitivement pas sans l'autre —ce qui avait déjà été remarqué dans le classement des 10 pires économies.

10. MALAWI

Ce petit pays d’Afrique australe est peu connu du grand public. Les rares fois où il a fait la une, c’était pour évoquer l’adoption d’un enfant malawite par la star Madonna, en 2006.

Mais il est l’un des rares pays d’Afrique à avoir une croissance stable. 80% de la population vit de l’agriculture et le pays est autosuffisant pour nourrir ses 15 millions d’habitants —ce qui est loin d’être le cas pour d’autres pays africains, comme le montre la catastrophe humanitaire qui touche actuellement la Corne de l’Afrique.

Toutefois, la population reste vulnérable: le PIB par habitant est l’un des plus faibles au monde. De plus, une forte baisse est enregistrée depuis trois ans dans le secteur phare, la production de tabac. Or celui-ci comptait pour 60% du commerce extérieur du Malawi. Bingu Wa Mutharika, économiste et président depuis 2004 a donc affirmé la nécessité de diversifier l’économie.

9. TANZANIE

La croissance économique de la Tanzanie a elle aussi le mérite d’être stable depuis les années 2000. Elle est comprise entre 6 et 7%.

L’économie repose en grande partie sur l’agriculture. Mais l'équilibre de son PIB tient notamment à l’activité touristique. Le pays recèle des sites phare, dont le plus haut mont d’Afrique, le Kilimandjaro. 20.000 touristes tenteraient son ascension chaque année. Les réserves naturelles attirent également les amateurs de safaris. Puis, il y a le mythique archipel de Zanzibar, dont le gouvernement souhaite faire une vitrine de luxe.

D’autre part, le pays est le 4e plus grand producteur d’or d’Afrique. Cependant, bien que les exportations aient triplées ces cinq dernières années, les revenus qui en sont issus n’ont pas crû: 70 millions d'euros par an. Ainsi, le gouvernement a annoncé vouloir augmenter les taxes des compagnies d’extraction minière.

8. MOZAMBIQUE

L’un des pays d’Afrique avec le plus fort taux de croissance: 7% en 2010. Et les projections du FMI annoncent 7,5% en 2011.

Depuis la fin de la guerre civile en 1992, le pays connaît un rétablissement accéléré. Le Mozambique est le second producteur d’aluminium après l’Afrique du Sud. Le plus gros investissement privé du pays, le site d’extraction d’aluminium Mozal Smelter  (PDF) près de Maputo, la capitale, contribue largement à la création d'emplois et de revenus depuis 1998.

A côté, une grande partie de la population active est employée dans le secteur agricole, dans la pêche notamment. Mais malgré cette croissance rapide, 70% de la population vit encore sous le seuil de pauvreté, c’est-à-dire avec moins de 70 cents par jour.

7. ÉTHIOPIE

 Paradoxalement, plus de trois millions d’Ethiopiens sont actuellement menacés par la famine, mais le pays figure pourtant dans ce top 10 des meilleures économies africaines.

Car si la croissance est élevée —entre 8 et 10% sur les trois dernières années— le revenu par habitant est l’un des plus faibles au monde. Le café est la force du pays et compte pour plus de 26% de ses exportations de matières premières. L'activité d'extraction d'or est aussi une source de recettes importante.

Mais dans la mesure où le secteur agricole emploie 85% de la population et contribue à 45% au PIB, c’est presque tout le pays qui est affecté lorsque les récoltes sont mauvaises. Et avec une hausse des prix de 30%, la population n’est plus en mesure de se nourrir.

Enfin, l’Ethiopie est l’un des seuls pays d’Afrique à ne pas disposer d'un secteur économique privé.

6. ZAMBIE

La Zambie est dépendante de sa production de cuivre, ce qui la rend vulnérable aux fluctuations du prix des matières premières. D’autre part, bien qu’ayant une forte croissance économique, 63% de la population vit dans une extrême pauvreté.

Car depuis la privatisation de ce secteur minier dans les années 90, ce sont surtout les entreprises étrangères qui se sont enrichies. D’ailleurs «les taux de royalties que doivent verser les entreprises à l’Etat zambien sont par exemple fixés à 3%, bien loin de ceux pratiqués (5 à 10%) dans les autres pays en voie de développement», écrivait le journaliste béninois Alain Vicky en avril.

Comme pour tous les pays de ce classement, une répartition des richesses à tous les secteurs permettrait que cette bonne santé économique théorique profite à toute la population.

5. NIGERIA

Le «géant de l’Afrique» ne doit pas son surnom à sa seule population (155 millions d’habitants, pays le plus peuplé d'Afrique).

En effet, sa croissance économique est portée par l’activité de la région pétrolifère, au sud du pays. Le Nigeria fait partie de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

Seulement, la corruption qui gangrène le pays fait que cette richesse est davantage considérée comme un fléau qu'une aubaine. Car si 80% des revenus du pétrole reviennent à l’Etat fédéral, seul 1% profite à la population, indique la Banque mondiale. En outre, la déstabilisation politique par la secte islamiste Boko Haram fait craindre un avenir économique plus sombre.

Pour l'instant, la croissance du pays est indiscutable. Le Nigeria pourrait même prendre la place de l’Afrique du Sud, première économie d’Afrique subsaharienne des 15 prochaines années, estime le journal canadien The Globe and Mail.

4. ZIMBABWE

La forte croissance économique du Zimbabwe suit une décennie de chute libre. Car entre 1998 et 2002, son engagement dans la deuxième guerre du Congo a fait s’effondrer l’économie. Puis, entre 2004 et 2009, l’hyperinflation était telle que le pays a suspendu l’usage de sa monnaie, le dollar zimbabwéen, au profit des devises étrangères comme le dollar américain, le rand sud-africain ou l’euro.

Cette mesure a été une planche de salut. Car depuis 2009, la croissance économique monte en flèche, notamment grâce au retour à un climat favorable aux affaires avec l’instauration d’un gouvernement d’union nationale entre Morgan Tsvangirai et Robert Mugabe, au pouvoir depuis 24 ans.

En juillet 2011, le gouvernement a présenté un plan sur quatre ans qui vise une croissance annuelle de 7%. Il compte sur les investisseurs étrangers pour redresser les entreprises publiques. C'est une nouvelle étonnante, dans la mesure où Robert Mugabe a toujours montré une hostilité féroce envers le rôle économique des blancs du Zimbabwe.

Le pays garde toutefois le triste record de l'IDH le plus faible au monde.

3. BOTSWANA

Depuis son indépendance en 1966, le pays a maintenu une croissance économique élevée, et ce malgré un coup dur lors de la crise économique de 2008, répercutée en 2009 avec un PIB réel de -3,7%.

L’activité d’extraction de diamants compte pour beaucoup et fait la richesse de la compagnie De Beers, dont l'Etat boswanais est actionnaire à hauteur de 15%. Le pays est le second producteur au monde après l’Afrique du Sud.

Mais c'est l’agriculture qui demeure la source de revenu principal des Bostwanais. L’élevage de viande bovine occupe également une grande place. Pourtant, ce secteur devrait subir un coup dur en 2011 en raison de la suspension provisoire des exportations de viandes vers l’Union européenne pour non-conformité aux normes d’hygiène.

Autre menace: le taux de prévalence du sida, le 2e plus élevé au monde. Toutefois, le Bostwana a le mérite d’être le pays le moins corrompu du continent et une des rares démocraties d'Afrique.

2. RÉPUBLIQUE DU CONGO

L’économie du Congo-Brazzaville repose essentiellement sur les revenus du pétrole, qui représente 90% des exportations et 85% des revenus. C'est autant une force qu’une faiblesse, selon le président Denis Sassou N’Guesso lui-même, qui a affirmé au mois d'août vouloir diversifier l’économie.

«La prudence nous recommande de ne pas continuer à mettre tous nos œufs dans le même panier de pétrole. Il est vital que nous diversifions notre économie en développant rapidement les autres secteurs», a-t-il déclaré.

L’exportation de bois pourrait, par exemple, jouer un rôle plus important. Par ailleurs, le Congo est l'un des seuls pays de ce classement à avoir un indice de développement humain moyen. Ce qui montre un certain engagement de l'Etat dans le développement de secteurs tels que la santé ou l'éducation.

1. GHANA

 Le Ghana est incontestablement le champion actuel de la croissance en Afrique.

Ce pays anglophone d’Afrique de l’Ouest, bordé par des pays francophones, devrait selon les projections du FMI atteindre les +13,7% de croissance en 2011. L'un des plus fortes progressions économiques d’Afrique, mais aussi du monde.

Le secteur agricole constitue un tiers du PIB et emploie la moitié de la population active. Son produit phare est le cacao. En outre, le sous-sol du Ghana est riche en or et en pétrole. Les revenus attendus de la nouvelle activité d’extraction de pétrole offshore (depuis décembre 2010, sur la plate-forme Jubilee) expliquent cet essor de la croissance, qui a triplé depuis 2009.

Par ailleurs, le pays connaît actuellement son taux d’inflation le plus bas depuis 1992 et tout comme le Bostwana, il fait partie des rares démocratie d'Afrique avec à sa tête John Atta Mills, président depuis 2009.

Agnès Ratsimiala

 

A lire aussi

Les 10 pires économies africaines

Les 10 pays les plus dangereux d'Afrique

Les 10 Africains les plus riches

Les huit Africaines les plus influentes

Afrique: le top 10 des accros au pouvoir

Pourquoi l’Afrique ne se développe pas

Ces classes moyennes qui font changer l'Afrique

FMI: l’Afrique attend son heure

L’Afrique des classes moyennes

Agnès Ratsimiala

Ses derniers articles: Pourquoi il faut sauver les lémuriens  Le début de la faim pour les Turkanas  Nneka, l'Afrique nouvelle génération 

Congo-Brazzaville

J.A & Jornal de Notícias

L'Angola dément toute incursion de ses soldats au Congo-Brazzaville

L'Angola dément toute incursion de ses soldats au Congo-Brazzaville

Jeune Afrique, partenaire d'AEM

Incident frontalier entre le Congo-Brazzaville et l'Angola

Incident frontalier entre le Congo-Brazzaville et l'Angola

Muriel Devey ( AEM )

La municipalisation accélérée au Congo-Brazzaville : un bilan mitigé

La municipalisation accélérée au Congo-Brazzaville : un bilan mitigé

croissance

AFP

Kenya: le parc national de Nairobi, asphyxié par la croissance de la ville

Kenya: le parc national de Nairobi, asphyxié par la croissance de la ville

AFP

Côte d'Ivoire: niveau de pauvreté "inquiétant" malgré la croissance

Côte d'Ivoire: niveau de pauvreté "inquiétant" malgré la croissance

AFP

Afrique du Sud: prévision de croissance 2014 revue

Afrique du Sud: prévision de croissance 2014 revue

économie

AFP

Tunisie: les "diplômés-chômeurs", symptôme d'une économie en manque de réformes

Tunisie: les "diplômés-chômeurs", symptôme d'une économie en manque de réformes

AFP

La Tunisie doit réformer une économie déficiente

La Tunisie doit réformer une économie déficiente

Usafrique

L'Afrique enchantée de Barack Obama

L'Afrique enchantée de Barack Obama