mis à jour le

Le ministre de la justice et des libertés prend contact avec son homologue espagnol au sujet de la procédure de libération du dénommé Daniel Galvan

Suite au retrait de la grâce royale dont avait bénéficié le dénommé Daniel Galvan, de nationalité espagnole, et aux Hautes instructions royales données au ministre de la justice et des libertés à l'effet d'examiner avec son homologue espagnol les suites à donner au retrait de cette grâce, le ministre de la justice et des libertés, M. Mustapha Ramid, a pris contact avec son homologue espagnol à ce sujet.

en lire plus

MAP

Ses derniers articles: Aide marocaine au peuple malien: l'hôpital de campagne marocain en cours d'installation  Les initiatives solidaires du Maroc confortent sa position d'acteur incontournable en Afrique de l'Ouest (universitaire)  La cérémonie de remise des diplômes aux lauréats de la FP, une consécration de l’engagement royal en faveur de la promotion du secteur (ministre) 

ministre

AFP

Maroc: le Premier ministre "attristé" par les violences

Maroc: le Premier ministre "attristé" par les violences

AFP

Lesotho: le nouveau Premier ministre officiellement investi

Lesotho: le nouveau Premier ministre officiellement investi

AFP

Lesotho: le Premier ministre élu Thabane investi vendredi

Lesotho: le Premier ministre élu Thabane investi vendredi

justice

AFP

Afrique du Sud: la justice rouvre un dossier sombre de l'apartheid

Afrique du Sud: la justice rouvre un dossier sombre de l'apartheid

AFP

Afrique du Sud: la justice autorise un vote de défiance

Afrique du Sud: la justice autorise un vote de défiance

AFP

Libye: Seif al-Islam toujours recherché par la justice

Libye: Seif al-Islam toujours recherché par la justice

libertés

AFP

Tunisie: des libertés chèrement acquises mais fragiles

Tunisie: des libertés chèrement acquises mais fragiles

AFP

Tunisie: le dilemme de la lutte antiterroriste et des libertés

Tunisie: le dilemme de la lutte antiterroriste et des libertés

non-jeûneurs

Au Maroc, ne pas jeûner est un crime

Au Maroc, ne pas jeûner est un crime