mis à jour le

Le Quick d'Argenteuil, le 30 août 2011. © Mehdi Farhat, tous droits réservés.
Le Quick d'Argenteuil, le 30 août 2011. © Mehdi Farhat, tous droits réservés.

Comment fêter l'Aïd au Quick halal

L'enseigne a réussi son pari de vendre des burgers halal en France. Mais la franchise pousse-t-elle le concept jusqu'à célébrer les fêtes religieuses musulmanes?

«Je vais fêter l’Aïd el fitr au Quick halal!», s’enthousiasme Walid, un jeune marocain qui, après un mois de jeûne, se délecte du burger à la dinde fumée en lieu et place du bacon, l’une des spécialités du Quick halal de la ville d’Argenteuil dans la région parisienne.

Cette année, les musulmans ont fêté le 30 août la fin du mois de ramadan: l’Aïd el fitr. Le même jour, vers quinze heure, le fast-food halal situé dans le centre-ville fait le plein depuis midi.

Voiles et mini-jupes

Parmi la clientèle présente ce jour de fête musulmane, on pouvait croiser des familles, des couples, des femmes voilées, des blondes, des brunes en jupes d'été, des hommes à barbes, des rasés de près, de longues djellabahs, quelques costumes, et surtout, un florilège de bout de caleçons dépassant délibérément de jeans définitivement trop grands.

«Ce qui me plaît, c’est que ce n’est pas communautaire comme tout le monde le dit, vous voyez bien qu’il y a toutes les nationalités et sûrement des confessions religieuses différentes», poursuit Walid.

De l’autre côté du comptoir, les visages des employés affichent la même diversité d'origines que l’on observe à Argenteuil. Malgré leurs consignes tacites de discrétion, certains se sont livrés:

«Il n’y a pas de questions sur notre confession et aucun critères particuliers de recrutement. Les conditions de travail, c'est surtout une meilleure ambiance générale, peut être parce que les règles d’hygiènes sont mieux observées puisque on se sait tous très surveillés.»

«Les employés doivent être discret pour ne pas alimenter indéfiniment les polémiques. Les équipes comptent des musulmans, ce sont nos meilleurs ambassadeurs, garants et témoins», estime Jenny Frédéric, franchisé indépendant et responsable de quatre Quick dont celui d'Argenteuil.

Depuis décembre 2009, date à laquelle le restaurant a commencé à proposer de la viande halal en dehors de sa carte traditionnelle, la fréquentation n’a cessé de croître. Dans cette ville qui compte deux mosquées, les Argenteuillais, majoritairement musulmans d'après un employé municipal, se sont accoutumés au fast-food. Pour Jenny Frédéric les premières motivations quant à l'évolution de l'offre sont restées objectives:

«On a pris en compte plusieurs études, les chiffres, les baisses de consommation de bacon dans la région ou la chute de fréquentation manifeste pendant la période du ramadan. Mais on ne devait pas devenir exclusivement halal et continuer par exemple à servir de la bière», se souvient le responsable.

Une fête musulmane dans un fast-food

«Il n'y a pas d'opération ou de campagne publicitaire pour les fêtes musulmanes, mais ce n'est pas exclu, nous y réflechissons sérieusement. Les résultats sont bons pour cette journée de l'Aïd», indique Jenny Frédéric.

Nahr el Aïd (le jour de la fête), les habitudes des musulmans sont les mêmes: ils se rendent le matin à la mosquée en famille puis mangent le midi, jeûner étant strictement interdit ce jour. Au cours de la journée on s’échange des cadeaux, des jouets pour les enfants, des vêtements pour les adultes.   

«C’est surtout en famille que l’on se rend au Quick halal: les jeux pour les enfants, le changement de nourriture, et puis les femmes en ont marre de faire la cuisine depuis 30 jours pour tout le monde», confie le père d’une famille algérienne.

Durant le mois de ramadan de l'année 2011, les Quick halal avaient décidé de prolonger leurs horaires de fermeture afin d'inciter les musulmans à couper le jeûne dans le fast-food. Malgré les efforts publicitaires, la recette n'avait pas réellement fonctionné:

«Il était hors de question de couper le jeûne pendant le ramadan chez Quick. Les aspects négatifs, c’est que la nourriture n’est pas appropriée, pas assez digeste. Les burgers qu’ils font, n’ont rien à voir avec notre alimentation habituelle», insiste le chef de famille.

Durant ce mois d'abstinence, l'alimentation des musulmans est de circonstance: riche et équilibrée. Pour nombre des musulmans présents, Quick répond surtout à une attente des plus jeunes: «C’est une surprise pour les enfants», avoue devant ses deux enfants Karima, marocaine voilée de la tête aux pieds. 

«Il y a des jeux, ils changent la décoration, c’est coloré et ça reste festif pour des enfants qui sont restés à la maison tout un mois le soir». «C'est un bon compromis.»

Une préoccupation identique pour Patrice, Martiniquais de 38 ans, et musulman de confession qui, en djellaba et en chéchia, sort le sourire aux lèvres du restaurant:

«Pour les enfants il y a des aires de jeux. Mais si c’était moi je resterais chez moi! Pour fêter en famille et me réalimenter progressivement comme il est de coutume». «Mais ça fait un mois qu’on se terre chez nous.» «Durant le ramadan c’était hors de question de couper le jeûne au Quick, il faut pouvoir digérer le lendemain», confie Patrice amusé.

Estampillé halal

Pour que la viande soit certifiée halal, la mise à mort de la bête doit respecter certains rites: que la bête ne souffre pas, sa tête tournée vers la Mecque, vidée du sang et égorgée par la carotide et les jugulaires. Enfin, le boucher doit être musulman et prononcer des paroles religieuses au moment de l'acte.

«La religion musulmane respecte la bête tuée pour s'alimenter. L'industrie ne peut intégrer ce genre de concept», précise l'employé d'une boucherie halal du 19e arrondissement de Paris.

Une attaque contre laquelle Quick répond en affichant la transparence de sa ligne de production:

«La viande est certifiée par des associations. Nous avons des cahiers des charges strictes, des fournisseurs sérieux, des tests réguliers et des contrôles dans les abattoirs. Nous avons conscience que le sujet est sensible», assure Jenny Frédéric.

Reste que d'autres voix s’élèvent contre l’initiative. Mohammed, Tunisien de 51 ans, musulman et propriétaire d’une boucherie halal, vient de sortir avec son jeune fils. Pour lui, ce que propose Quick, «ce n’est pas de la viande halal». Malgré le certificat affiché ostensiblement sur la vitrine, Mohammed n’a pris qu’un café et un coca pour son fils:

«Moi je ne mange jamais dans ce Quick. Il y a un problème de traçabilité. Vous voyez le certificat là en bas à droite, ce n’est pas le gage d’une viande halal, une viande tuée selon les rites musulmans. Le seul certificat qui doit primer c’est le sigle AVS qui est sérieux, il y a un suivi. Eux c’est des menteurs», considère le professionnel.

«Fêter l’Aïd, c’est chez moi. Les gens ne savent pas que la fête traditionnelle ça se fait à la maison en communauté. Et puis la première fois que j’ai emmené mes enfants dans un Quick, ils ont été malades. D'autres fois en prenant même des sandwichs au poisson», poursuit Mohammed.

Le responsable du restaurant s'explique et veut rassurer sur le sujet:

«Contrairement aux Quick "normaux", toute la viande halal est française. Dans les abattoirs, la viande est isolée et certifiée. Il n'y a aucun mélange avec les autres viandes. Il y a une ligne de production propre à ce type de produits.»

 «Pendant tout un mois, ça m’a trop manqué!»

Agés d'une vingtaine d'années, pour Sylvain et Yanis on peut faire confiance à la franchise tant que la traçabilité de la viande est affichée, «les certificats disent que c’est halal, donc c’est halal».

«C’est tant mieux pour nous, le jour de l’Aïd je peux manger dans un fast-food. C'est aussi mon mode de vie, c’est quand même le top!» «Si l'autre, [McDonald's, ndlr], ne le fait pas c’est tant pis pour eux».

Et l’un de leurs amis, comme un cri du cœur:

«Moi, pendant tout un mois, ça m’a trop manqué!»

Pour ces jeunes qui ont fait parfois plusieurs kilomètres, le côté communautaire est plutôt attractif: «c’est aussi un lieu de rencontre», s’amuse le groupe.

«C’est un genre de Meetic!», rigole Sami, un jeune tunisien de Pontoise. «Non c’est le Mektoub [célèbre site de rencontre arabe, ndlr]», rectifie son ami Samir . «C’est surtout que ça change de ce qu’on a mangé pendant un mois, on se lâche un peu, on mange ce qu’on aime.»

Pour Ayoub, jeune maghrébin musulman, c’est aussi une question de simplicité:

«Je suis tout seul à la maison depuis un mois. Mes parents sont au bled, et voilà un mois de jeûne où j'ai mangé des pâtes et du riz le soir car je ne sais pas cuisiner».

Quick répond à la demande

La franchise française compte aujourd'hui 22 restaurants halal en France. Loin d'être dupes, les musulmans observent la visée économique de l'opération. La fréquentation du Quick d’Argenteuil est en hausse depuis que le restaurant a changé son offre.

Au passage à la viande halal, le Quick d’Argenteuil avait été attaqué, certains disent à coup de pierres, ou à coup de slogans, articles ou lettres adressées à la mairie provenant d’associations hostiles à l'initiative, telles que Riposte laïque ou encore l'Ordre Républicain.

Globalement, même si certains musulmans considèrent qu’on ne peut fêter la fin du ramadan dans un fast-food, le Quick d'Argenteuil a su tirer son épingle du jeu. La franchise a répondu à une demande à l’heure où son principal rival McDonald's, situé à l'angle de la même rue, campe encore sur ses positions et voit ses ventes de burgers en chute libre.

Mehdi Farhat

 

A lire aussi 

Le ramadan coûte cher à l'Algérie

La sérénité du ramadan menacée

Un ramadan algérien d'une rare violence

Maroc: les hérétiques du ramadan

Comment McDo reconnaît-il les non-musulmans?

Mehdi Farhat

Journaliste à SlateAfrique

Ses derniers articles: L'électorat d'Ennahda fait son bilan  Le pain parisien est-il halal?  Pourquoi Ennahda inquiète les Tunisiens 

fast-food

Santé

L'Egypte est le pays le plus touché par l'obésité en Afrique

L'Egypte est le pays le plus touché par l'obésité en Afrique

Way of life

Le pot de poulet frit de KFC, nouvel index pour mesurer la valeur des monnaies en Afrique

Le pot de poulet frit de KFC, nouvel index pour mesurer la valeur des monnaies en Afrique

Business

Les fast-foods se disputent Harare

Les fast-foods se disputent Harare

islam

Religion

Pourquoi les mots de Mohammed VI contre le djihadisme sont si précieux

Pourquoi les mots de Mohammed VI contre le djihadisme sont si précieux

Plage

En Algérie, le burkini est «une négociation entre la femme et la société»

En Algérie, le burkini est «une négociation entre la femme et la société»

terrorisme

«Un seul terroriste a tué 38 personnes à Sousse, un seul en a tué 84 à Nice»

«Un seul terroriste a tué 38 personnes à Sousse, un seul en a tué 84 à Nice»

musulmans

AFP

Mali: les mausolées de saints musulmans

Mali: les mausolées de saints musulmans

AFP

Nigeria: polémique sur les subventions aux pèlerins musulmans

Nigeria: polémique sur les subventions aux pèlerins musulmans

AFP

Les musulmans célèbrent la fin du ramadan malgré le choc des attentats

Les musulmans célèbrent la fin du ramadan malgré le choc des attentats