mis à jour le

Ibrahim Boubacar Keita, le 4 août, au Mali.  REUTERS/Joe Penney
Ibrahim Boubacar Keita, le 4 août, au Mali. REUTERS/Joe Penney

Le futur président du Mali, c'est (peut-être) lui

A quelques jours du second tour de l'élection présidentielle, la victoire d'Ibrahim Boubacar Keita est présentée comme «quasi-certaine».

IBK: trois lettres qui pourraient succéder à celles de l'ancien président malien ATT (Amadou Toumani Touré) renversé par une junte militaire en mars 2012.

Ibrahim Boubacar Keita, alias IBK, est présenté comme le candidat  favori de l'élection présidentielle malienne. A l'issue du premier tour de l'élection présidentielle le 28 juillet dernier, l'homme a raflé 39,7% des bulletins de votes, le double de son rival Soumaïla Cissé. A quelques jours du second tour prévu le 11 août, la victoire d'IBK apparaît, selon le site Think Africa Press, «quasi-certaine».

Homme du sérail

A l'âge de 68 ans, IBK arriverait enfin à gravir le sommet de l'Etat après deux échecs successifs en 2002 et 2007. L'homme est présenté comme un homme politique «chevronné» qui officie depuis plus deux décennies dans l'administration de l'Etat malien. Après avoir fait des études d'histoire et de relations internationales à l'université de Dakar et à la Sorbonne, Ibrahim Boubacar Keita a travaillé de longues années pour un think tank français et des ONG.

Très vite, il fait son entrée dans la vie politique malienne: il devient ministre des Affaires étrangères en 1993, un poste qu'il occupera un an, avant d'accepter le poste de Premier ministre (1994-2000) et de créer son propre parti en 2001, le rassemblement pour le Mali.

Souplesse

IBK bénéficie d'une réputation d'homme à poigne capable de gérer des grèves d'étudiants et de négocier avec les Touaregs. Un homme, aussi, plein de contradictions, comme celle d'être membre de l'internationale socialiste sans n'avoir jamais donné une teinte socialiste à sa politique. 

Ce francophile, bon vivant, devra cependant (s'il emporte le second tour) représenter une issue à la crise dans laquelle le pays est plongé depuis plus d'un an. Certes, ses marges de manoeuvres seront limités, notamment par l'aide financière attribuée par la communauté internationale. Mais le futur président devra rapidement entâmer des négociations avec les rebelles Touaregs, dont les revendications d'autonomie demeurent toujours d'actualité.

Slate Afrique

 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Les dix pays les pires pour les enfants sont tous situés en Afrique  Des dizaines de langues locales sont en voie de disparition en Afrique  Oui, le débit internet est plus rapide au Kenya qu'aux Etats-Unis 

Ibrahim Boubacar Keita

Décoration

La légion d'honneur remise au président malien à l'Elysée à une odeur de soufre

La légion d'honneur remise au président malien à l'Elysée à une odeur de soufre

Mali

Ce qu'il faut voir dans la descente aux enfers de Sanogo

Ce qu'il faut voir dans la descente aux enfers de Sanogo

Au boulot

Mali: IBK et les travaux d'Hercule qui l'attendent

Mali: IBK et les travaux d'Hercule qui l'attendent