mis à jour le

Arrestation de Boureima Ouédraogo alias Damanepanga : auteur présumé de trois meurtres

Le 02 août 2013, dans l'enceinte de la cour de la Brigade anti-criminalité de la ville de Ouagadougou (BAC Ouaga) s'est tenue une conférence de presse. Organisée par la division de la communication et des relations publiques de la DGPN (direction générale de la police nationale), cette conférence de presse avait pour objectif de présenter un auteur présumé de trois meurtres. Le commissaire de police Alexis Koffi Hien (chef du SRPJ) a co-animé la conférence avec les officiers de police Adèle Sédégo (division de la communication et des relations publiques de la DGPN) et Issa Ouédréaogo (adjoint au chef des opérations à la BAC Ouaga).

Une opération conjointe entre la BAC et le SRPJ (service régional de la police judiciaire) de Ouagadougou a permis l'arrestation de Boureima Ouédraogo, auteur présumé de trois meurtres le 29 juillet 2013 à 20h.

Le rappel des faits par les animateurs de la conférence de presse.

Le 26 juillet 2013, aux environs de trois heures du matin, la BAC Ouaga a été saisie par le centre national de veille et d'alerte (CNVA) de ce qu'un individu venait de faire usage d'une arme à feu dans un débit de boissons dénommé « Ali Baba » (sis à Dapoya au côté ouest du maquis dénommé « Matata »). La même source indiquait qu'une personne aurait été tuée et deux autres grièvement blessés au cours de l'incident.

Une équipe a été dépêchée sur les lieux. Sur place, les missionnaires ont remarqué un individu de sexe masculin baignant dans une marre de sang. Les deux autres blessés avaient déjà été évacués par les sapeurs pompiers vers un centre médical.

Les renseignements recueillis sur place indiquaient que l'acte a été commis par un certain Boureima, alias Damanepanga qui aurait pris la fuite à bord de son véhicule de type 4X4 de couleur bleue.

Après avoir rendu compte au Procureur et sur instructions fermes de la hiérarchie, une enquête a été ouverte aux fins d'interpeller l'auteur de ce crime crapuleux.

Soixante douze heures après les faits, grâce aux efforts conjugués de notre cellule de renseignements opérationnels et à la franche collaboration de la population, le présumé meurtrier a été localisé et interpellé le 29 juillet 2013 à 20h sur le pont de Baskuy (route de Ouahigouya). Il s'apprêtait à quitter la ville discrètement sur une moto de marque Haodjin, de couleur noire non immatriculée.

Il s'agit de Boureima Ouédraogo, âgé de trente un (31) ans, commerçant, père de six enfants. Il a plusieurs domiciles dont deux à Ouaga et un à Pouytenga. Lors de son interpellation, il a été trouvé en sa possession l'arme du crime, un pistolet automatique de marque Beretta, calibre 7,65mm avec un chargeur garni de neuf munitions et une somme de 618 050 F CFA. L'intéressé a été conduit dans les locaux du SRPJ de la ville Ouagadougou pour la suite des investigations.

Les résultats des investigations selon les conférenciers.

Les résultats de l'enquête indiquent que Ouédraogo Boureima, propriétaire du maquis « Ali Baba » est à son troisième cas de meurtre depuis le début de l'année 2013. En effet, en début d'année, après avoir battu à mort un jeune homme qu'il soupçonnait d'être un voleur, il l'a achevé en lui tordant le cou. Viennent ensuite les deux meurtres commis au petit matin du 26 juillet au maquis « Ali Baba » qui ont ôté la vie à deux personnes, une décédée sur place et l'autre qui succombera plus tard à ses blessures.

Aussi, deux jours avant son dernier forfait, le nommé Ouédraogo a ouvert le feu sur deux usagers de la route au niveau du barrage de Tanghin, au motif que ces derniers avaient tenté de l'agresser. Un des jeunes a été blessé par balle à l'épaule.

Comme motif à ses multiples meurtres, aucune raison particulière n'est avancée par le mis en cause qui a la gâchette très facile. Sur la base d'une protection réelle ou supposée de ses gris-gris, il ne tarde pas à dégainer pour régler personnellement ses comptes.

Après la conférence de presse, le prévenu devait être présenté au Procureur du Faso près le Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou pour répondre de ses actes. Le commissaire Hien tout en remerciant la population pour sa collaboration l'invite à persévérer dans cette dynamique de collaboration avec les forces de police et de gendarmerie afin de faire échec aux actes criminels des délinquants qui perturbent la quiétude des citoyens. Il rappelle en outre que les numéros verts sont le 10 10 et le 16 17.

Patindé Amandine Konditamdé

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

arrestation

AFP

Burundi: arrestation des deux leaders de la principale rébellion

Burundi: arrestation des deux leaders de la principale rébellion

AFP

Maroc: arrestation d'un Américain pour "exploitation sexuelle de mineurs"

Maroc: arrestation d'un Américain pour "exploitation sexuelle de mineurs"

AFP

Cameroun: arrestation d'un défenseur de l'environnement

Cameroun: arrestation d'un défenseur de l'environnement

meurtres

AFP

Ouganda: peur et confusion après une série macabre de meurtres de femmes

Ouganda: peur et confusion après une série macabre de meurtres de femmes

AFP

Maroc: procès reporté de 25 Sahraouis accusés de meurtres

Maroc: procès reporté de 25 Sahraouis accusés de meurtres

AFP

Maroc: report du procès de 25 Sahraouis accusés de meurtres

Maroc: report du procès de 25 Sahraouis accusés de meurtres