mis à jour le

Sénat : Les Burkinabè d'Allemagne contre la participation de leurs délégués

Les 16 délégués CSBE d'Europe se rencontrent ce dimanche 4 août à Paris pour voter parmi eux un sénateur. Selon des sources dignes de foi, trois d'entre eux sont candidats au poste de sénateur. L'Allemagne compte trois délégués CSBE et aucun d'eux n'est candidat. Dans un email circulaire envoyé par un délégué CSBE, on pouvait lire : "Nous voudrons par ce message vous informer que nous avons reçu un mail de l'ambassade nous demandant de nous rendre comme tous les délégués CSBE de l'Europe à Paris pour l'élection du sénateur pour l'Europe". La participation des délégués d'Allemagne suscite des réactions au sein de la communauté burkinabè.

Nathalie Koussoubé pense qu'ils devraient, en tant que représentants des Burkinabè, demander au préalable l'avis de ceux-ci. Pour elle, les délégués CSBE sont des représentants de l'Ambassade (gouvernement) au sein de la diaspora. "Je suis opposée au fait que nos représentants participent à ce que j'appelle une mascarade politique", dit-elle. Pour Nathalie Koussoubé il y a d'autres préoccupations très urgentes. "On lit dans les journaux : SOS pour insuffisance rénale, panne du groupe électrogène de la SONABEL, Panne du scanner etc. Je ne fais pas de la politique. Seulement je vais dans une logique, selon laquelle nos parents souffrent par manque du minimum pour vivre". Elle aurait souhaité que la diaspora par un grand NON ne participe pas à cette élection.

Jean-Eric Yanna abonde dans le même sens : « On n'est pas contre le gouvernement. On reconnaît qu'il a des acquis, et il devrait lui-même ½uvrer à les préserver. Les dirigeants politiques ne devraient pas s'entêter dans une position qu'une grande partie du peuple rejette. Nous avons tous lu l'analyse de l'église catholique. Aussi avons-nous constaté qu'un grand monde a protesté au Burkina Faso contre l'institution du sénat. Surseoir à un projet pour prendre en compte les revendications des populations n'est pas un signe de faiblesse. Au contraire, cela montre qu'on est à l'écoute du peuple. L'ancien gouvernement de coalition en Allemagne, à savoir les Verts et le SPD, avait voté une loi qui visait à abandonner peu à peu l'électricité produite par les centrales nucléaires. L'objectif étant de les remplacer par l'énergie éolienne et solaire. Lorsque la coalition, CSU/CDU et le FDP, est arrivée au pouvoir, elle a essayé d'abroger cette loi. Au même instant se produisait la catastrophe nucléaire de Fukushima. Eu égard à ce qui s'est passé au Japon, les Allemands ont protesté pour le maintien de la loi sur l'abandon du nucléaire. La coalition s'est pliée aux exigences des populations et l'Allemagne est en train de sortir petit à petit du nucléaire ».

Roger Tarvagda pense que les Burkinabè d'Europe ne veulent pas d'un représentant dans le sénat. "Les délégués CSBE ne peuvent pas aller voter en notre nom, puisqu'ils ne nous ont pas consultés. Le choix même des délégués d'Allemagne est controversé, puisqu'il n'y a pas eu d'élection à proprement parler", dénonce-t-il. Roger Tavnagda est le président de l'association des Burkinabè à Hambourg. Même s'il ne parle pas officiellement au nom de l'association, il dit être convaincu que la majorité des Burkinabè dans cette région de l'Allemagne est contre l'institution du sénat. "Le gouvernement lui-même a eu à supprimer une deuxième chambre, qu'il avait trouvée budgétivore. On ne comprend pas pourquoi il tient mordicus à ce sénat alors les besoins élémentaires des populations de nourriture, de santé et d'éducation sont loin d'être satisfaits", s'insurge-t-il.

D'autres sources ont aussi permis de savoir que de nombreux Burkinabè d'Allemagne n'approuvent pas la création du sénat. Par curiosité personnelle, Jean-Eric Yanna a effectué un sondage sur internet pour recueillir l'avis des Burkinabè. Sur 21 personnes qui ont pris part à ce sondage, 19 sont contre le sénat. Quant au deux autres, ils ne sont ni pour ni contre.

Face à toutes ces réactions un délégué CSBE d'Allemagne, qui a souhaité garder l'anonymat, pense qu'il est de leur devoir de se rendre à Paris. "Nous avons été convoqués et donc nous nous y rendons. Ce qui ne veut pas dire que nous allons participer au vote. Chacun de nous est libre d'y participer ou non", confie-t-il.

Au demeurant les Burkinabè d'Allemagne sont attentifs quant à ce que feront leurs représentants à Paris. "Que ceux qui sont allés nous représenter à Paris nous disent après le message qu'ils ont transmis au nom des Burkinabè. Ils devront aussi nous dire, s'ils ont participé au vote et pourquoi", prévient Ramata Soré.

Le CSBE (Conseil Supérieur des Burkinabè de l'Etranger) relève du Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération Régionale. Les délégués CSBE sont censés représenter les Burkinabè de l'extérieur et cinq sièges leur auraient été réservés dans le sénat.

Wendpanga Eric Segueda
Lefaso.net, Correspondant en Allemagne

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

sénat

AFP

Mauritanie: le président Aziz annonce un référendum constitutionnel pour supprimer le Sénat

Mauritanie: le président Aziz annonce un référendum constitutionnel pour supprimer le Sénat

AFP

Nigeria: rejet du recours du président du Sénat accusé de fausse déclaration de patrimoine

Nigeria: rejet du recours du président du Sénat accusé de fausse déclaration de patrimoine

AFP

Burundi: le Sénat saisit la Cour constitutionnelle sur la légalité d'un 3e mandat du président

Burundi: le Sénat saisit la Cour constitutionnelle sur la légalité d'un 3e mandat du président

participation

AFP

Zambie: la violence de la campagne électorale menace la participation

Zambie: la violence de la campagne électorale menace la participation

AFP

Centrafrique: dissensions au sein d'un groupe rebelle sur la participation aux élections

Centrafrique: dissensions au sein d'un groupe rebelle sur la participation aux élections

AFP

Egypte: faible participation de 21,7% au 2e tour des législatives

Egypte: faible participation de 21,7% au 2e tour des législatives