mis à jour le

PROMOTION - Valorisation des céréales locales : 1,2 milliard pour faire le pain à base de mil

La deuxième phase du projet de valorisation des céréales locales va être bientôt lancée. C'est ce qu'a fait savoir hier le directeur général du Fnraa, Dr Pape Sall en marge de la visite que la Fédération des boulangers du Sénégal a rendue au Khalife général des Layene. Selon M. Sall, ce projet dont le coût est estimé à 1 milliard 200 millions va s'étendre à toutes les régions du Sénégal.

Le Fonds national pour la recherche agricole et agro-alimentaire (Fnraa) va lancer une nouvelle phase du projet de valorisationdes céréales locales. Il s'agit de rendre ces produits plus accessibles dans tout le pays. L'annonce a été faite hier par le directeur général du Fnraa, Dr Pape Sall lors de la visite que la Fédération des boulangers du Sénégal a rendue au Khalife général des Layene. Selon lui, la deuxième phase de diffusion de ce projet dont le coût est de 1 milliard 200 millions de francs Cfa va s'étaler sur 3 ans et se fera «à grande échelle». Il a précisé : «La première phase était circonscrite à la région de Dakar avec un nombre restreint de boulangers partenaires. Aujourd'hui, on va aller pratiquement dans toutes les régions du Sénégal. Il y a une technologie qui est mise au point, l'idée maintenant c'est de les accompagner. On va dans ce grand projet de diffusion, aller au-delà du milliard de francs pour faire en sorte qu'il y ait un partenariat de façon durable, pour que cette technologie puisse être accessible aux populations», a-t-il expliqué.

D'après lui, le lancement du projet se fera «incessamment». «Toutes les instances de décision ont approuvé le projet. Nous nous sommes accordés sur le budget, les activités qu'il faut faire. Dans les semaines à venir nous aurons l'occasion de lancer le projet», a-t-il ajouté. Pour le président de la Fédération nationale des boulangers du Sénégal, Amadou Gaye, ce projet est encore plus important parce qu'il s'agit de faire en sorte que «le tiers des boulangers du Sénégal, avec l'association des producteurs et avec le soutien du fonds de crédit agricole, trouvent un lien pour essayer de mettre en valeur nos céréales». M. Gaye est convaincu que le recours aux céréales locales est la seule alternative pour mettre fin aux crises récurrentes dans le secteur de la production du pain.
«Nous partons du constat que d'ici 10 ou 20 ans, les importations de blé vont augmenter. On était à 200 000 tonnes en 2000, on sera à 1 million en 2020. Il arrivera qu'avec 1 000 Frs, le Sénégalais ne pourra pas acheter son pain. Il est temps qu'on trouve des solutions, et la solution c'est l'incorporation des céréales locales.» D'après le président de la Fédération nationale des boulangers du Sénégal, il ne s'agit pas de demander aux Sénégalais de changer leurs habitudes alimentaires, mais de faire en sorte que les générations futures puissent s'habituer aux types de pain à base de céréales locales. «Nous voulons formater nos enfants et nos petits enfants, afin qu'ils ne sachent pas que le pain blanc a existé», a-t-il dit.

Le Quotidien

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

céréales

AFP

De Nantes

De Nantes

La Rédaction

Sécurité alimentaire : DES CEREALES A

Sécurité alimentaire : DES CEREALES A

group promo consulting

L’essentiel de la production en céréales est importée (expert)

L’essentiel de la production en céréales est importée (expert)

pain

Une tradition s'il vous plaît

L'Afrique est le nouvel eldorado pour les boulangers français

L'Afrique est le nouvel eldorado pour les boulangers français

AFP

Centrafrique: du pain et des élections

Centrafrique: du pain et des élections

AFP

Soweto: pain avarié et bouse, ou l'art du recyclage par des artistes

Soweto: pain avarié et bouse, ou l'art du recyclage par des artistes