mis à jour le

Diabétiques, évitez les risques de la saison estivale

La chaleur en saison estivale déséquilibre le diabète, aggrave une complication, met en danger le malade. En cause la déshydratation, les variations de tension, les déséquilibres alimentaires, avec éclosion de nouveaux cas de diabète, incidents médicamenteux, détérioration du matériel de soins, installation d'une lésion du pied transformée en urgence. L'organisme se défend  contre la chaleur en dilatant les vaisseaux sanguins et par la transpiration qui fait perdre beaucoup d'eau et de sels minéraux, surtout si l'activité est intense. La pression artérielle et la fonction cardiaque sont influencées par ces variations. La chaleur fait proliférer les germes, elle est perçue comme un stress important, le déséquilibre glycémique est rapide vers l'élévation de la glycémie (hyperglycémie) ou son abaissement (hypoglycémie). La chaleur peut provoquer un «épuisement» avec étourdissements, crampes musculaires, maux de tête, nausées, battements rapides du c½ur, peau froide et moite.   La déshydratation Le diabétique est plus sensible aux variations de température et apte à déséquilibrer sa glycémie, surtout chez les personnes âgées ne percevant pas la soif, la déshydratation peut provoquer un coma hyperosmolaire. L'ensoleillement amplifie tous ces phénomènes. La consommation de boissons sucrées et de glaces sont une cause moins évidente : le malade ressent une sensation de fraîcheur et l'impression de s'être désaltéré, mais le sucre «pompe» l'eau de l'organisme, induit une nouvelle sensation de soif, une nouvelle ingestion de boisson sucrée créant ainsi un cercle vicieux et des désordres métaboliques sans désaltérer. Or, l'hyperglycémie est un facteur supplémentaire de déshydratation. Il faut boire beaucoup, 2 à 3 litres/jour ; préférer l'eau naturelle, les jus d'orange, de citron, de pamplemousse, de tomate, sans sucre, modérément (1 petit verre) faits par soi-même. Le thé glacé, la menthe assurent une excellente hydratation. Eviter l'excès de café qui est diurétique. Activer le matin, éviter les heures chaudes, réduire l'activité et adopter une démarche lente. Préférer les vêtements en coton et se protéger la tête. La chaleur de l'été chez l'hypertendu La dilatation des vaisseaux sanguins superficiels favorise les échanges thermiques entre le sang et l'extérieur, entraînant une petite diminution de la tension artérielle responsable parfois de malaises, d'un voile noir devant les yeux, de la tête qui tourne surtout aux changements rapides de position, de crampes musculaires, de fatigue, de maux de tête et nausées. La chaleur peut déséquilibrer la réponse aux traitements et provoquer des pics d'hypertension. Se maintenir bien hydraté, respecter les horaires de traitement, au besoin consulter son médecin auparavant pour adaptation thérapeutique. Les déséquilibres alimentaires L'été, période de fêtes, incite à accumuler les erreurs alimentaires et les excès de boissons sucrées (surtout non naturelles) et de gâteaux orientaux et pâtisseries, de plats sucrés, entremets, glaces (sucrées et grasses). Le diabétique doit s'en prémunir, il y a danger immédiat et à long terme pour sa santé. Les légumes et fruits contiennent beaucoup d'eau et compensent les pertes, leurs fibres maintiennent une meilleure stabilité glycémique (moins de pics), ils contiennent des vitamines des minéraux et sont anti-oxydants. La digestion des viandes blanches poissons, volailles augmente moins la chaleur corporelle que les viandes rouges et elles contiennent moins de cholestérol. Nouveaux cas de diabète Les excès alimentaires favorisent l'éclosion de nouveaux cas de diabète, ils précipitent l'installation de la maladie. Incidents thérapeutiques Sauter une prise de médicaments, mal conserver les produits, dont certains exigent d'être maintenus au frigidaire, comme l'insuline dont la chaleur réduit l'effet ou l'annule surtout dans un véhicule fermé non ventilé, c'est l'oubli de prendre avec soi le traitement et la recherche d'une nouvelle ordonnance avec le risque de subir une pénurie. Il est impératif de conserver l'insuline dans un étui protecteur de couleur foncée, avec un pack de glace, et les comprimés dans un endroit sec et frais. Le matériel de surveillance glycémique L'humidité endommage le matériel et modifie les résultats des dosages de glycémie ; gardez-le au sec, ayez un stock suffisant de bandelettes vu la nécessité de tester souvent sa glycémie face aux perturbations des habitudes ; dans l'avion, prenez le tout dans un bagage à main, les températures extrêmes de la soute l'endommagent. Marche sur une longue distance, chaussures neuves, transpiration générant une macération entre les orteils en situation privilégiée de déséquilibre glycémique favorisent le développement de lésions des pieds dont les nerfs et les artères sont fragilisés. Les lésions de pieds chez le diabétique Prévoir plusieurs paires de chaussures confortables, larges, fermées devant, des chaussettes en lin évitant les cloques ; se laver fréquemment les pieds au savon blanc, surveiller et soigner la moindre irritation. Attention Chez les personnes âgées diabétiques, le risque de déshydratation est élevé ; elles ressentent moins la soif, elles sont plus fragiles et  davantage affectées par la chaleur ; si leur diabète n'est pas maîtrisé, leur glycémie s'élève plus facilement. De même, un diabétique qui boit beaucoup de liquides et urine fréquemment doit contrôler sa glycémie, rechercher un déséquilibre du diabète. Ainsi, mettez toutes les chances de votre côté pour maintenir l'équilibre de votre diabète.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien