mis à jour le

Frontière algéro-tunisienne : Etat d’alerte

Un jeune présumé terroriste de nationalité algérienne a été arrêté, mercredi après-midi, par les services de sécurité tunisiens au poste-frontière Melloula, relevant de la délégation de Tabarka (Tunisie), alors qu'il s'apprêtait à regagner le pays à travers le poste Oum Tboul, commune d'El Kala, wilaya d'El Tarf. Informées, les autorités algériennes ont procédé immédiatement à la fermeture momentanément de la frontière pour prévenir toute tentative d'intrusion d'autres terroristes. Selon les premières informations, l'Algérien de 43 ans était à bord d'un véhicule de tourisme de marque Renault Symbol. Le contrôle de routine, effectué par les douaniers tunisiens sous l'½il vigilant des militaires, a permis de découvrir une arme de poing, type pistolet automatique neuf millimètres, et une arme de guerre de marque kalachnikov, soigneusement enfouies dans le moteur du véhicule. Les douaniers tunisiens ont vite averti les militaires qui, immédiatement, ont mis hors d'état de nuire le présumé terroriste. Alerté, les éléments des services d'investigation et de recherche de la Garde nationale tunisienne ont immédiatement fait le déplacement pour récupérer le suspect et l'auditionner. Cette opération intervient au lendemain de l'attentat terroriste ayant fait neuf morts parmi les commandos tunisiens au djebel Chaâmbi. Elle intervient également quelques jours après l'arrestation par les services de sécurité algériens d'un dangereux terroriste et émir, Kamel Ben Arbia alias Abou Fida, dans la wilaya d'El Oued, près de la frontière algéro-tunisienne. Outre son arrestation, deux armes chargées, dont une automatique et l'autre de poing ont été saisies lors de cette opération rendue possible grâce aux services de renseignement algériens. En effet, ces derniers ont recoupé des informations faisant état d'une éventuelle intrusion, pendant le mois de Ramadhan, de terroristes depuis la Tunisie vers le territoire algérien. A l'audition, le mis en cause n'a pas voulu parler, se faisant passer pour un sourd-muet. Et ce n'est que trois jours après qu'il a été identifié à travers sa photo par ses acolytes qui purgent actuellement des peines dans les différentes prisons du pays. Selon les premières informations, il s'agit de Kamel Ben Arbia, alias Abou Fida, émir de son état en Algérie et faisant partie des terroristes algériens retranchés avec leurs acolytes tunisiens dans le djebel Chaâmbi (Tunisie). Originaire d'El Oued, en bonne santé, ni sourd ni muet, il était activement recherché par les autorités tunisiennes et algériennes. Il fait partie d'un dangereux groupe de sept terroristes fichés tous par les services des armées tunisienne et algérienne. Selon cette liste, ses acolytes sont Khaled Hamadi Chayeb ; Ismaïl Ghrissi ; Mahmoud Saad Hassine ; Abdelghani Ouhichi ; Ahmed Ben Ahmed Baccar et Mohamed Larbi Ben Massoud Ben Ali. Le jeune présumé «terroriste algérien» pourrait être l'un d'eux. Pour confirmer cette idée, les autorités tunisiennes et algériennes s'échangent continuellement des informations liées à cette personne pour s'assurer de son identité. Actuellement, la frontière est ouverte et la circulation des voyageurs se déroule normalement avec un contrôle poussé des passagers.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

frontière

AFP

Maroc: près de 400 migrants forcent la frontière

Maroc: près de 400 migrants forcent la frontière

AFP

Tunisie: découverte de caches d'armes

Tunisie: découverte de caches d'armes

AFP

Somalie  les shebab s'emparent d'une ville

Somalie les shebab s'emparent d'une ville

Etat

AFP

Gabon: état de crise latente trois mois après la présidentielle

Gabon: état de crise latente trois mois après la présidentielle

AFP

Malawi: le président Mutharika balaie les rumeurs sur son état de santé

Malawi: le président Mutharika balaie les rumeurs sur son état de santé

AFP

Après l'attaque jihadiste au Niger, un ministre fait état des défaillances

Après l'attaque jihadiste au Niger, un ministre fait état des défaillances