mis à jour le

Abdoul Mbaye, Premier ministre : « Ceux qui veulent me pousser à la sortie vont s’épuiser »

Le premier ministre Abdoul Mbaye n'entend pas courber l'échine face à ses détracteurs qui, selon lui, risquent de « s'épuiser » Au détour d'un entretien qu'il a accordé au quotidien l'Observateur. Il s'est adressé à ses pourfendeurs et tient à ce que ces derniers sachent qu'il n'est pas prêt à lâcher du lest malgré leurs man½uvres pour avoir sa peau. « Aujourd'hui, je suis dans la fonction, grâce à la confiance du Président Macky Sall, mais c'est le Bon Dieu qui en a décidé ainsi. Le jour où il décidera que c'est terminé, ce sera irrévocable. Je n'ai nullement peu de quitter cette fonction et ceux qui veulent me pousser à la sortie, vont s'épuiser. Parce que pour moi, cela ne dépend pas d'eux », rappelle-t-il.

Cependant, il précise qu'il ne s'arcboute pas à son fauteuil. Pour la bonne et simple raison qu'il n'a pas demandé à être Premier ministre. « Je considérais avoir suffisamment travaillé. J'avais décidé qu'a 55 ans, j'arrête. Je me consacre à autre chose, plus jamais à des fonctions exécutives, donc je ne pouvais être président d'une société, mais plus jamais président directeur général ou administrateur. J'ai vécu ainsi pendant 3 ans quand même et cela me convenait très bien. Mais le président de la République a porté son choix sur ma personne quand il a souhaité disposer d'un premier ministre. J'ai considéré qu'il fallait que j'accepte et je me suis lancé dans l'aventure. Mais pour revenir à cela, je n'étais pas demandeur », précise le chef du gouvernement dans les colonnes de l'Observateur.

REWMI.COM/MS

ministre

AFP

Egypte: l'ex-Premier ministre dit réexaminer sa candidature pour 2018

Egypte: l'ex-Premier ministre dit réexaminer sa candidature pour 2018

AFP

Maroc: le parti islamiste pousse son ex-Premier ministre vers la sortie

Maroc: le parti islamiste pousse son ex-Premier ministre vers la sortie

AFP

Esclavage en Libye: les conclusions de l'enquête "ne sauront tarder" assure un ministre

Esclavage en Libye: les conclusions de l'enquête "ne sauront tarder" assure un ministre