mis à jour le

Tribune de la femme : Mois de carême, mois de calvaire pour certaines femmes !

Le mois de carême tire doucement vers sa fin. Période de pénitence, d'adoration... les femmes sont souvent les plus sollicitées en ces moments pour les travaux domestiques qui ne sont pas des moindres.

Certaines que nous avons rencontrées, hier à Bobo-Dioulasso, n'ont pas hésité à exposer le calvaire qu'elles vivent ce mois de Ramadan. Agnès, comme son nom l'indique, est d'une autre religion que celle de son époux qui est musulman. Ensemble, ils ont décidé que chacun suive ses convictions religieuses tout en se respectant mutuellement. Quand vient alors la période de jeûne, madame doit s'illustrer dans son rôle et devoir de femme de tous les jours. S'occuper de monsieur, de sa famille, de la maison et bien entendu, des enfants. Ce qu'elle trouve cependant périlleux. « Je ne fais pas le jeûne, mais j'ai l'obligation de me conformer au rôle que toute femme musulmane doit jouer en ces moments. J'arrive néanmoins à faire les repas du soir.

Ce qui m'embête le plus, ce sont les réveils très matinaux pour encore faire la cuisine. Heureusement que j'ai trouvé la solution qui est de tout préparer la nuit et mon époux chauffe la nourriture au petit matin », confiait ainsi dame Agnès l'air relativement joyeuse. En effet, l'adage selon lequel « la femme est la maison » se justifie aisément au mois de Ramadan. Première à se lever et dernière à aller au lit, l'autre moitié du ciel se sacrifie « corps et âme », pour accompagner les fidèles musulmans dans leur prière quotidienne et dans leur adoration de Dieu. Les travaux domestiques, soutient une dame rencontrée au marché de Colsama dans l'arrondissement n°7 sont multiples au mois de carême. « Ils se doublent, voire se quadruplent, ces travaux managers », a-t-elle ironisé. Sali Fofana, le panier en main, soupire avant de prendre la parole. « Tous les soirs, il faut faire du zoom-koom. Le menu est immense : riz, spaghetti, tô, salade, bouillie... », égrène-t-elle.

Mariée dans une grande famille, Sali Fofana ne veut pas blasphémer en tenant certains propos, eu égard aux exigences de la vie de l'entourage. Mais, elle souhaite que le jeûne qui a débuté à merveille, s'achève de même, dans la grâce de Dieu. Ami Cissé est vendeuse de condiments au petit marché de secteur 21 (ex-Colsama). Elle confie n'avoir que 4heures de sommeil en ce mois béni de Ramadan. « Il faut venir chercher de l'argent par la vente des condiments, pour avoir de quoi subvenir aux besoins alimentaires », affirme-t-elle. Après les travaux très matinaux, elle enchaine avec le marché jusqu'au soir où elle rentre pour la cuisine de la rupture du jeûne. Pas de répit donc jusqu'au petit matin encore. A l'image de la roue qui tourne, ces femmes tournent et ce, quotidiennement, pour le bonheur de leurs conjoints, de leurs belles-familles et même de la société entière. Mois béni, femme bénie, et les prières seraient aisément exhaussées.

Bassératou KINDO

L'Express du Faso

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

tribune

AFP

Presse économique: La Tribune se lance en Afrique

Presse économique: La Tribune se lance en Afrique

La rédaction

Tribune Libre. Enseignement en Algérie : Entre la qualité d’hier et la quantité d’aujourd’hui

Tribune Libre. Enseignement en Algérie : Entre la qualité d’hier et la quantité d’aujourd’hui

Ecologie

L'arbre est la solution

L'arbre est la solution

femme

AFP

Emoi au Maroc après l'agression sexuelle collective d'une femme dans un bus

Emoi au Maroc après l'agression sexuelle collective d'une femme dans un bus

AFP

Kenya: une femme accouche devant son bureau de vote

Kenya: une femme accouche devant son bureau de vote

AFP

Zimbabwe: la femme de Mugabe l'encourage

Zimbabwe: la femme de Mugabe l'encourage

femmes

AFP

Maroc: manifestation contre les violences sexuelles

Maroc: manifestation contre les violences sexuelles

Parité

Les quotas ne suffisent pas pour assurer une place aux femmes dans la politique africaine

Les quotas ne suffisent pas pour assurer une place aux femmes dans la politique africaine

AFP

Au Maroc, la question du harcèlement des femmes refait surface

Au Maroc, la question du harcèlement des femmes refait surface