mis à jour le

Palais de justice : « Abel n'a pas reconnu la paternité »

Alima a 17 ans. A 14 ans, elle avait déjà eu un enfant. Trois ans après, elle tombe encore enceinte d'un autre homme que celui du papa de son premier « bébé ». Fille de ménage dans une famille à Bobo-Dioulasso, lorsque la grossesse était à terme, elle va accoucher dans un endroit inapproprié abandonnant du même coup le fruit de ses entrailles.

Sauvé par le voisinage, le nouveau-né de sexe féminin a été placé dans un orphelinat. Les enquêtes de la police permettront de mettre la main sur la fautive trois jours après. Déférée au parquet et traduit devant les juges le vendredi 26 juillet pour délaissement d'enfant, Alima n'a pas nié son acte. Elle va déclarer aux juges qu'elle ne disposait d'aucun moyen financier pour s'occuper seule de son enfant. Le père qu'elle a nommé Abel n'ayant pas reconnu la paternité. Et la seule alternative n'était que d'abandonner le nouveau-né. Alima confie cependant au Tribunal qu'elle regrette son acte et souhaiterait s'occuper de son enfant comme une bonne mère. Mais pour l'heure, Alima ne peut voir son bébé. Le tribunal après avoir reconnu sa culpabilité lui a infligé la peine de 12 mois de prison avec sursis.

Il conduit depuis 3 ans sans permis

Moussa, conducteur de taxi avait été déféré au parquet de Bobo-Dioulasso pour des faits de conduite en état d'ivresse et de défaut de permis. A l'audience du Tribunal correctionnel où il avait comparu le vendredi 26 juillet, il a reconnu ses délits. En effet, dans la nuit du 16 juillet dernier, la brigade de recherche dans ses missions de contrôle interpellait Moussa. En plus de ne pas posséder un permis de conduire, le chauffeur de taxi dégageait une forte odeur d'alcool. A la question de savoir, pourquoi n'a-t-il pas un permis de conduire, Moussa déclare qu'il n'a pas encore de l'argent pour le passer. Il conduit pourtant depuis trois ans ; et la nuit de préférence, car il estime qu'en ces moments les contrôles sont minimes et la circulation moins dense. Pour le parquet, les faits tels que exposés sont constitués à son égard. Il est donc coupable pour les actes à lui reprochés. D'où la requête d'une amende ferme de 25 000 FCFA. Le Tribunal l'a condamné à 3 mois de prison fermes. « Beaucoup de courage. Il ne vous reste que deux mois, puisque vous avez déjà purgé un mois », lui souhaite l'un des juges au siège.

Il menace de mort après avoir perdu 10 millions en jeux

Malo semble être un passionné des jeux du hasard. Agé de 30 ans, il est employé de commerce. Il a comparu à la barre du TGI de Bobo-Dioulasso pour menace de mort, détention illégale de cartouches de munitions, dégradation volontaire de matériels. Malo ne rejette pas ces chefs d'accusation. Mais avant de se prononcer, il a d'abord demandé pardon à sa patrie. « Cela fait des mois que je joue à Ludic Lydia. J'ai joué jusqu'environ 10 millions de F CFA sans rien gagné », a peine s'expliquait-il, ainsi que Malo tombe en sanglots. Tremblotant et balbutiant, le prévenu ne se faisait plus comprendre. Il avoue aux juges n'avoir pas l'intention de donner la mort aux employés de Ludic Lydia. « J'ai juste dit de libérer les locaux, car j'étais armé et que j'allais passer à l'acte », dit-il au Tribunal. Avant d'ajouter : « Je ne sais si ce que je fais est normal ou anormal ». De lamentations en lamentations pendant le procès, le substitut du procureur a ordonné une expertise psychiatrique pour s'assurer de la santé mentale de Malo. Le dossier a été renvoyé au 30 aout prochain.

Rassemblés par Bassératou KINDO

L'Express du Faso

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

palais

AFP

RD Congo: des policiers isolent le palais de justice de Lubumbashi

RD Congo: des policiers isolent le palais de justice de Lubumbashi

AFP

Guinée: une femme en voile intégral interpellée près du palais présidentiel

Guinée: une femme en voile intégral interpellée près du palais présidentiel

AFP

Maroc: "c'est le Palais qui corrompt" pour Catherine Graciet

Maroc: "c'est le Palais qui corrompt" pour Catherine Graciet

justice

AFP

Kenya: le marché du vote électronique contesté en justice

Kenya: le marché du vote électronique contesté en justice

AFP

Égypte: la justice approuve la remise en liberté d'Hosni Moubarak

Égypte: la justice approuve la remise en liberté d'Hosni Moubarak

AFP

Kenya: la justice donne 5 jours aux médecins pour cesser la grève

Kenya: la justice donne 5 jours aux médecins pour cesser la grève

paternité

group promo consulting

Confidence " L'Imam de mon quartier m'a engrossée, il refuse de reconnaitre la paternité de l'enfant "

Confidence " L'Imam de mon quartier m'a engrossée, il refuse de reconnaitre la paternité de l'enfant "

group promo consulting

Karim Wade à un proche : "Personne ne peut me coller la paternité de cette fortune que l’on m’attribue injustement"

Karim Wade à un proche : "Personne ne peut me coller la paternité de cette fortune que l’on m’attribue injustement"

El hadji Ndiagana MBAYE

PATERNITE DE LA BI-BANCARISATION  L’ingénieur financier Kéba Diop traduit la Société Générale en justice

PATERNITE DE LA BI-BANCARISATION L’ingénieur financier Kéba Diop traduit la Société Générale en justice