mis à jour le

24 milliards de francs CFA investis dans les communes riveraines de l'autoroute à péage, selon l'APIX

Le gouvernement a, avec le soutien de partenaires financiers, injecté 24 milliards de francs CFA dans des programmes sociaux de base, au profit des populations des cinq communes d'arrondissement situées autour de l'autoroute à péage Dakar-Diamniadio, a-t-on appris de l'Agence chargée de la promotion des investissements et des grands travaux de l'Etat (APIX).

"C'est un financement global de 24 milliards de francs CFA. Il permet aux populations environnantes, qui habitent de part et d'autre de l'ouvrage autoroutier, de bénéficier d'un programme de restructuration urbaine", a dit Babacar Diouf, directeur de l'environnement et de la libération des emprises à l'APIX.

S'entretenant mardi avec des journalistes, en marge d'une visite de l'autoroute à péage Dakar-Diamniadio, M. Diouf a expliqué que ce "programme de restructuration urbaine" comprenait plusieurs volets dont l'assainissement. L'ouverture officielle de l'autoroute à péage est prévue jeudi.

Le premier volet de ces investissements sociaux, dit de "mise hors d'eau", consiste à un "assainissement pluvial", selon Babacar Diouf. "Il permet d'aménager des bassins et de mettre en place un réseau de drainage des eaux de pluie, pour les évacuer dans les bassins", a-t-il expliqué.

"Cela sert à soulager les populations de la récurrente question des inondations", a-t-il poursuivi, précisant que ces programmes concernent les cinq communes d'arrondissement de Guinaw Rail Sud, Guinaw Rail Nord, Thiaroye Gare, Tivaoune-Diacksao et Diamaguène Sicap Mbao.

"Il y a un deuxième volet axé sur l'amélioration de la mobilité urbaine par l'aménagement de voiries, pour faciliter l'accès à certains quartiers. Ce volet permettra aussi de disposer par ricochet d'un dispositif de collecte des ordures ménagères dans les quartiers traversés par l'autoroute à péage", a ajouté Babacar Diouf.

Selon lui, le volet amélioration de la mobilité urbaine permettra aux services de sécurité, les sapeurs-pompiers par exemple, d'avoir facilement accès aux sites situés de part et d'autre de l'autoroute à péage, au besoin.

Le "programme de restructuration urbaine" comprend enfin un volet mise en place d'infrastructures et d'équipements collectifs, à savoir des écoles, des "pôles commerciaux" et des marchés, a indiqué M. Diouf.

"Ces infrastructures de base vont permettre aux populations d'accroître leurs revenus [...] L'autoroute à péage est un projet urbain intégré, parce qu'il intègre d'autres composantes, qui ont un caractère social ou environnemental", a-t-il souligné.

L'autoroute à péage Dakar-Diamniadio est le fruit d'un partenariat public-privé (PPP) liant l'Etat du Sénégal à la Banque mondiale (BM), à l'Agence française de développement (AFD), à la Banque africaine de développement (BAD) et au groupe Eiffage, une entreprise de droit sénégalais mais d'origine française.

Son coût est de 380 milliards de francs CFA, dont 319,2 milliards seront fournis par l'Etat (193,5 milliards) et ses partenaires financiers (125,7 milliards), 61 milliards devant provenir de l'opérateur Eiffage.

Ce coût inclut le montant à payer en guise d'indemnisation des riverains de l'ouvrage, dont certains doivent quitter leur lieu d'habitation. Selon les termes du PPP, Eiffage assurera l'exploitation de l'ouvrage pendant 30 ans, au terme desquels la gestion de l'autoroute reviendra à l'Etat du Sénégal.

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye