mis à jour le

Le casse- tête des boulangers

Le débat sur la permanence pendant les fêtes de l'Aïd est toujours d'actualité. Bien que la loi obligeant les commerçants à assurer une permanence durant les jours fériés existe, l'approvisionnement des citoyens, notamment en pain, risque d'être perturbé. L'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCCA) met en garde quant aux risques de l'application de cette loi sans concertation avec les représentants des commerçants. Ce syndicat appelle au respect de certaines conditions dans l'élaboration de la liste des permanenciers. Il convient de préciser que la loi sur la permanence durant l'Aïd et les jours fériés autorise le wali, qui travaille en collaboration avec la direction du commerce, les élus locaux ainsi que les représentants des commerçants, à désigner les commerçants chargés d'assurer une permanence durant les jours de l'Aïd. Les premiers concernés par cette mesure sont les boulangers. «On doit mettre sur cette liste des permanenciers les boulangeries dont le personnel réside dans la même wilaya», suggère Hadj-Tahar Boulenouar, porte-parole de l'UGCCA, qui reconnaît le droit à ces travailleurs des boulangeries qui habitent hors wilaya de passer l'Aïd en famille. Ainsi, 70% des employés des boulangeries résident hors wilaya de leur travail. Cette donne complique l'application de cette mesure. C'est pourquoi M. Boulenouar estime que la liste ne doit pas se faire à huis clos. La participation des représentants des boulangers, d'après lui, permettra de déterminer quels sont ceux en mesure d'assurer cette permanence. La désignation des boulangeries doit être répartie de manière équitable sur les quartiers tout en veillant au respect des distances. «L'année dernière, les élaborateurs de la liste des permanenciers n'a pas respecté ces critères. Ce quia entraîné l'ouverture de deux à trois boulangeries dans un seul quartier et zéro ouverture dans un autre», souligne le porte-parole de l'UGCCA. D'après ses estimations, environ 8000 boulangeries ouvriront à l'occasion de l'Aïd El Fitr. A ce propos, M. Boulenouar dénonce l'attitude du directeur du commerce de la wilaya de Constantine qui, d'après lui, refuse de se concerter avec les représentants des commerçants pour l'élaboration de la liste des boulangers permanenciers. «La plupart des boulangers désignés n'ouvriront pas le jour de l'Aïd», déclare-t-il. L'année dernière, la permanence a été assurée à 50% et 4000 boulangeries avaient produit plus de 80 millions de baguettes de pain. Les bonnes affaires du prêt-à-porter Les Algériens vont débourser 40 milliards de dinars pour les vêtements de l'Aïd, d'après l'estimation de l'UGCAA. Additionné aux frais de la rentrée (vêtements et articles scolaires), ce chiffre atteindra plus de 100 milliards de dinars. Le marché du prêt-à-porter a connu ces derniers jours un mouvement impressionnant. Les petites et moyennes bourses vont être ruinées de nouveau. Les prix des vêtements ont augmenté de 10% par rapport à la même période de l'année dernière.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien