mis à jour le

Les Khouanjias …des vampires

Par Zakaria Bouker
Tous ceux qui ont vécu le 1er juin 1955 et les 3 années suivantes vous diront que ce sont les plus années de notre vie. Il y avait quelques pauvres, le reste ce sont de très pauvres. Mais le dessin sans dessein d'un lendemain meilleur fait réveiller les gens plus tôt, La maladie frappait les nouveaux nés et les enfants et en emportait l'essentiel plus vite que la vie, mais l'espoir était plus beau et plus fort que l'abréviation de la vie elle-même.

Les mausolées plus nombreux que les vivants étaient bondés du matin au soir d'analphabètes, mais ce mieux être, toujours meilleur qu'avant-hier faisait des surlendemains pleins de promesses. Des promesses qui vous chantent, et qui vous enchantent.

La jeune Tunisie dans sa jeune Afrique était belle et fraiche.

Le travail triomphait de la misère et la plénitude partagée faisait de la poussière d'individus épars un roc. On se réveille chaque jour sur la chanson de Ali Riahi : Demain il fera jour.

Ceux qui ont vécu le 1 juin 1955 vous diront que ce 14 janvier 2011 n'est qu'une vague imitation inachevée de leurs jours les meilleurs. Cette libération ,du 1 juin , va sceller définitivement la fin du colonialisme dans la jeune Afrique. Ce n'était qu'une question de temps. La leçon était donnée aux peuples et aux colons.

Aujourd'hui, bientôt 3 ans après, cette journée de délivrance ( 14 janvier ) pleine avec une portée de promesses sonne comme un début de cauchemar qui ne finit pas de finir.

La portée c'est avérée des vampires tirés d'un film d'horreur. Plus vrai que la vérité.

Ce qui devait être une leçon adressée aux tyrans actuels et futurs s'est transformée à son opposée :

Kazzafi ne sera ni entendu ni jugé ni condamné. Ce sous-produit sauvagement lynché par les barbares s'inscrira comme une victime dans l'histoire.Une victime qui avait raison de sévir.

Bachar assad , sanguinaire sans merci , trouve aujourd'hui le soutien de ses propres victimes face à la barbarie de l'internationale islamiste des frères musulmans .

Moubarak , 80 millions de fois détesté apparait comme un messager de dieu à côté de son successeur .

Ben Ali l'innommable est un messie devant Ali El Benna l'abominable .

Demain il fera nuit , demain il fera nuit .

A j+6 il y aura encore 80 000 bougies devant le siège de l’assemblée des singes au Bardo pour dire : Quand le peuple le veut dieu le voudra

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes