mis à jour le

Zimbabwe: le camp Mugabe revendique la victoire

Le parti du président zimbabwéen Robert Mugabe a revendiqué jeudi une large victoire aux élections générales de mercredi, mais opposition et ONG ont dénoncé de très importantes irrégularités.

“Nous avons gagné dans un fauteuil. Nous avons vaincu le MDC”, le parti du Premier ministre Morgan Tsvangirai, a indiqué à l’AFP un haut responsable du parti présidentiel Zanu-PF.

Cette victoire “concerne tout, les élections présidentielle, législatives et municipales”, a-t-il précisé, ajoutant que le parti avait remporté de nombreux sièges aux législatives dans les villes, traditionnellement acquises au camp Tsvangirai.

Le MDC n’était pas joignable dans l’immédiat, mais M. Tsvangirai a annoncé une conférence de presse à 12H00 (10H00 GMT).

Alors que les observateurs africains ont qualifié mercredi soir le scrutin de “libre et honnête” selon les premiers éléments en leur possession, le MDC a dénoncé de très nombreuses irrégularités.

Il a notamment relevé que de nombreux électeurs des villes n’avaient pas trouvé leur nom sur les listes électorales. Celles-ci n’ont été rendues publiques que moins de vingt-quatre heures avant le scrutin, rendant impossible toute vérification sérieuse, et a fortiori tout recours.

“Crédibilité des élections sérieusement compromise”

L’ONG Zimbabwe Election Support Network (ZESN), qui avait déployé quelque 7.000 observateurs pendant le scrutin, a estimé que jusqu’à un million d’habitants des villes ont disparu des listes électorales.

“Quel que soit le résultat, la crédibilité des élections (…) est sérieusement compromise par un effort systématique visant à priver les électeurs urbains de leurs droits électoraux”, a relevé son président Solomon Zwana lors d’une conférence de presse jeudi.

Ayant rencontré les responsables de la Commission électorale mardi, le ministre des Finances –et lieutenant de M. Tsvangirai– Tendai Biti a relevé qu’”ils admettent qu’il y a toujours 2 millions de morts sur les listes électorales, mais ils disent que ces gens ne peuvent pas voter parce qu’ils sont morts”.

Deux autres millions de personnes (vivantes) ont parallèlement été privées du droit de vote, tandis que le camp Mugabe distribuait de fausses attestations permettant de voter malgré tout, selon lui.

Quelque 6,4 millions de Zimbabwéens sont inscrits sur les listes électorales, sur une population estimée à 12,9 millions d’habitants.

Les élections de mercredi visaient principalement à départager le vieux président Robert Mugabe, qui à 89 ans est au pouvoir depuis l’indépendance en 1980, et son Premier ministre de cohabitation Morgan Tsvangirai.

Pour éviter une guerre civile

La participation a été forte, selon la Commission électorale. De longues files d’électeurs s’étaient formées dès l’aube, et les derniers bureaux ont fermé tard dans la soirée.

Les résultats officiels du premier tour de la présidentielle ne sont pas attendus avant lundi, un éventuel deuxième tour devant être organisé le 11 septembre pour départager MM. Mugabe et Tsvangirai si aucun n’obtient 50% des voix dès mercredi.

La police a averti mercredi soir qu’elle arrêterait “toute personne ou tout groupe” qui publierait des résultats non officiels de l’élection. Cet avertissement concerne aussi les publications sur internet.

Lors de la dernière présidentielle, en 2008, Morgan Tsvangirai avait pris l’avantage avec 47% des voix au premier tour, contre 43% à Robert Mugabe. Les partisans du président s’étaient alors déchaînés contre leurs opposants, faisant près de 200 morts.

Pour éviter une guerre civile, M. Tsvangirai avait retiré sa candidature, laissant le sortant seul en lice pour le second tour. Puis il avait accepté en 2009 de cohabiter avec M. Mugabe, sous la pression de la communauté internationale, pour mettre fin aux violences. Mais, bien que devenu Premier ministre, il n’a pu imposer ses choix politiques.

Père de l’indépendance au discours anti-occidental –et plus largement anti-blanc–, Robert Mugabe est encore considéré comme un héros parmi l’électorat rural et âgé. Il est en outre à la tête de tout un système qui domine le pays, des forces armées aux médias en passant par les mines de diamants.

LNT/AFP

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

camp

AFP

Kenya: la fermeture du camp de réfugiés de Dadaab repoussée

Kenya: la fermeture du camp de réfugiés de Dadaab repoussée

AFP

Centrafrique: 11 tués dans des violences dans un camp de déplacés

Centrafrique: 11 tués dans des violences dans un camp de déplacés

AFP

Niger: 22 militaires tués dans une attaque jihadiste contre un camp de réfugiés

Niger: 22 militaires tués dans une attaque jihadiste contre un camp de réfugiés

Mugabe

AFP

Zimbabwe: l'opposition entend défier Mugabe dans la rue malgré l'interdiction de manifester

Zimbabwe: l'opposition entend défier Mugabe dans la rue malgré l'interdiction de manifester

AFP

Zimbabwe: nouveau bras de fer entre Mugabe et ses rivaux

Zimbabwe: nouveau bras de fer entre Mugabe et ses rivaux

AFP

Zimbabwe: le président Mugabe menace les juges

Zimbabwe: le président Mugabe menace les juges

victoire

AFP

Haïti: deux partis revendiquent la victoire

Haïti: deux partis revendiquent la victoire

AFP

Présidentielle

Présidentielle

AFP

Présidentielle Sao Tomé: annulation de la victoire de Carvalho

Présidentielle Sao Tomé: annulation de la victoire de Carvalho