mis à jour le

Bingo pour le Maroc ! Le FMI reconduit la ligne de précaution et de liquidité de 6,5 MM $

Le Ministère de l’Economie et des Finances annonce que le Conseil d’Administration du FMI, a reconduit hier 31 juillet au cours de sa réunion, la Ligne de précaution et de liquidité, LPL, qui avait été attribuée au Royaume le 3 août 2012.

Cette décision réconforte les réformes engagées par le pays et prouve que les institutions financières internationales continuent d'accorder leur confiance au Maroc.

Cette LPL porte sur un montant de 6,2 milliards de dollars et permettra de poursuivre sans doute la politique d'emprunts internationaux engagée depuis plusieurs mois, notamment en décembre 2012 et tout dernièrement en mai 2013 pour un montant de 750 millions de dollars.

D'ailleurs, à l'issue de la réunion du Conseil d'Administration, Mme Nemat Shafik, vice-directeur exécutif du FMI, a déclaré notamment que la PLL a permis au Maroc d'obtenir une garantie contre les risques extérieurs (ie l'impact de la récession économique en Europe) et a conforté la stratégie économique des autorités marocaines après la détérioration des comptes fiscaux et des avoirs extérieurs en 2012.

Le gouvernement a pris des mesures significatives pour réduire la vulnérabilité des finances publiques malgré un environnement extérieur défavorable et un contexte régional affecté par plusieurs challenges.

Continuer à construire un consensus et aller de l'avant vers des réformes difficiles mais nécessaires sera la clé pour la préservation de la stabilité macroéconomique tout en permettant une croissance plus forte et endogène a estimé Mme Shafik. L'objectif d'un déficit public de 5,5% du PIB en 2013 reste réalisable …mais il sera nécessaire de poursuivre un contrôle strict et ferme des dépenses jusqu'à la fin de l'année en cours pour respecter cet objectif de 5,5 % de déficit budgétaire.

 

Et Mme Shafik de conclure que la baisse des cours des produits de base (pétrole, blé, etc), une hausse des exportations émanant de nouveaux secteurs de production (composant électroniques, automobile, aéronautique, etc) et une baisse des importations des produits alimentaires ont permis de réduire le déficit du compte courant. Cela a, avec un flux d'investissements extérieurs conséquent, stabilisé les réserves de change. Mais les réformes structurelles pour renforcer la compétitivité doivent toujours être la priorité pour conforter ces premiers acquis. Préparer une plus grande flexibilité de la politique de change soutenue par des politiques macroéconomiques et structurelles appropriées permettra de conforter la compétitivité et la capacité de l'économie marocaine de résilience aux chocs externes.

Et voilà la feuille de route du prochain ministre des Finances toute tracée par le FMI !

Afifa Dassouli

 

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

Maroc

AFP

Entre le Maroc et Ceuta, le travail de forçat des "femmes-mulets"

Entre le Maroc et Ceuta, le travail de forçat des "femmes-mulets"

AFP

Mondial-2018: Amine Harit appelé pour la 1re fois par le Maroc

Mondial-2018: Amine Harit appelé pour la 1re fois par le Maroc

AFP

France: Amine Harit choisit de jouer pour le Maroc

France: Amine Harit choisit de jouer pour le Maroc

FMI

AFP

Afrique: la reprise fragile de la croissance se confirme, selon le FMI

Afrique: la reprise fragile de la croissance se confirme, selon le FMI

AFP

Congo: mission du FMI

Congo: mission du FMI

AFP

Le FMI confirme que Brazzaville lui a caché une partie de sa dette

Le FMI confirme que Brazzaville lui a caché une partie de sa dette