mis à jour le

TRIBUNE LIBRE : Manuel du parfait gentleman

 

Introduisons le sujet, ce billet est rédigé par une fille, la vision est donc non seulement scientifique mais hautement objective. Il résulte d’observations de comportements humains après de longues années à s’interroger sur les motivations de nos congénères à la pilosité exacerbée à se comporter comme des mufles de 3ème génération quand il serait tellement plus simple d’appliquer le principe de l’honnêteté. Bon nombre des préceptes qui suivent se rapprochent de règles basiques de savoir vivre, hélas, pratique désuète de nos jours. Pour éviter crises d’hystérie de brunette en lévitation, reproches qui fusent sur fond de Rihanna, ou de quiproquos fatals qui s’achèvent dans un tube de larmes de croco chinois, on suit, messieurs, ces principes salvateurs.

 

 

1/ “Je te rappelle”

 

Ben vous rappellez. Soit vous n’aviez aucune intention de rappeler depuis le début, et dans ce cas là merci d’économiser votre salive, soit vous souhaitez vraiment pianoter le numéro de la douce créature et vous le faites. En cas d’empêchement majeur, tsunami ou crise de foie, on envoie un texto. Ou on rappelle le lendemain. Donc mieux vaut la fermer, que de faire des bandes annonces foireuses qui envoient le mauvais message. “Je te rappelle” signifie dans le langage des filles ” j’ai envie de te parler / de te revoir “, donc si vous en avez autant envie que de filer votre collection vintage de portraits de Messi ben vous dites rien.  Elle comprendra, et plus vite.

 

 

2/ “Je t’invite”

 

Alors c’est bien aimable à vous, mais on travaille, on est indépendantes, on n'a pas besoin de vous pour nous payer une feuille de laitue. Si vous insistez dans un élan chevaleresque, on acceptera. Mais, cela ne veut pas dire que vous êtes obligés, et encore moins que cela vous autorise à penser qu’un remboursement en nature fait partie de la note. Si vous espérez, n’invitez pas. Si vous en avez envie, vraiment, ok pour la CB. Mais ne rentrez pas bredouille chez vous, en nous insultant dans votre for intérieur parce que le retour sur investissement est loin d’être équivalent du taux de chômage espagnol.

 

 

3/ ” Je le pense ”

 

Alors voilà, tout le hic est dans cette phrase. Avec une fille mieux vaut dire que ce que l’on pense, pas ce qu’on pense qu’elle voudrait entendre. Sinon, ok sur le moment c’est la fiesta, roucoulades bisous et show de lap dance, mais ensuite quand elle se rendra compte que toutes vos bonnes paroles n’étaient que du vent, je vous conseille fortement de faire une demande de visa à vie en Papouasie. Et changer d’identité.

 

 

4/ “Tu as besoin de quelque chose ?”

 

Oui, donc vous êtes polis, prévenants c’est parfait. Le problème c’est que si elle répond oui suivi de sa requête, et que vous ne le faites pas … C’est la Guerre des Etoiles assurée. L’intention est bonne et louable mais faut suivre sinon ça sera pris comme une preuve d’un manque d’intérêt certain doublée de l’expression ultime d’une fiabilité proche de celle d’un banquier russe. Vous pouvez rêver pour la position du lotus inversé après ça.

 

5/ “J’arrive”

 

Paragraphe mixte. Chez nous, arriver est un état pas une action. Pro comme perso, on a un gros problème d’appréciation avec ce terme. Arriver ne signifie pas je viens de me réveiller, je me douche, je mange, je me brosse les dents, je m’habille, je fais ma compta, j’appelle ma mère et en dernier lieu je monte dans ma voiture. Arriver signifie, je suis en route actuellement, et sur la bonne. En cas de retard, il est agréable de prévenir, afin que l’autre fasse autre chose en attendant.

 

6/ ” Je m’excuse”

 

Ben non, je t’excuse. Donc  quand on souhaite exposer sa culpabilité, et bafouiller des excuses, on demande à l’autre de bien vouloir les accepter. On ne s’excuse pas tout seul, c’est l’autre qui tranche et qui  verra bien si finalement elle arrêtera de bouder en dansant sur Britney.

 

 

7/ “Oui”

 

Oui c’est oui c’est pas non. C’est à dire ” tu viens ? ” réponse ” oui” suppose que oui vous planifiez de rejoindre cette adorable personne. Si dès le départ vous saviez que vous n’avez absolument pas envie de voir sa face autant dire non franchement, pas la peine d’inventer une excuse foireuse qui l’obligera à croire que demain ce sera possible. Rien de pire que dire oui  pour finalement planter le rendez vous et sortir une équation mathématique capillo tractée pour expliquer le désistement.

 

 

Vous comprendrez donc que dans toutes les situations, pour être un gentleman digne de ce nom la recette est simple : la franchise. Etre gentil en balançant des balivernes est pire que de blesser en disant la vérité. C’est valable pour les filles aussi.  Faisons simples, il est bon de ne pas faire perdre son temps donc autant annoncer la couleur quelque soit la problématique. Tous comme les phrases de rupture qui puent l’euphémisme, arrondir les angles, essayer de ménager, retarder en espérant que l’autre va comprendre, ça ne fonctionne pas. Think different.

LM

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

tribune

AFP

Presse économique: La Tribune se lance en Afrique

Presse économique: La Tribune se lance en Afrique

La rédaction

Tribune Libre. Enseignement en Algérie : Entre la qualité d’hier et la quantité d’aujourd’hui

Tribune Libre. Enseignement en Algérie : Entre la qualité d’hier et la quantité d’aujourd’hui

Ecologie

L'arbre est la solution

L'arbre est la solution

manuel

AFP

Crash au Mali: Airbus appelle

Crash au Mali: Airbus appelle

AFP

Maroc: controverse sur un manuel d'éducation islamique

Maroc: controverse sur un manuel d'éducation islamique

AFP

Panama Papers: des médias français vont boycotter la visite de Manuel Valls en Algérie

Panama Papers: des médias français vont boycotter la visite de Manuel Valls en Algérie