mis à jour le

« Les commanditaires d’une année d’assassinats ».Partie ( 1 )

Par Fethi Jelassi
Cette Chronique est la synthèse d'une série d'informations, accompagnées de recoupements et de déductions et terminées par mes convictions profondes quant aux assassinats politiques .
Dans la tradition tunisienne, lorsqu'on a la moindre petite information, on la cache, on la chuchote mais on ne la communique jamais. Dans une démocratie transparente et au sein d'un peuple citoyen nous devons changer complètement de méthode : l'accès à l'information est la base de la DEMOCRATIE.
D'abord, je commence par afficher mes sources :
- certains « services » français.
- un ancien ministre français très proche de la Place Beauvau.
- des personnes travaillant dans « l'intelligence » américaine.
- des amis du Département d'Etat.
- les syndicats tunisiens de la Sécurité.
- De très très hauts anciens responsables de la Sécurité en Tunisie.
Ensuite, je reprends, pour l'histoire, la conclusion de la N°22 datant de 6 mois :
« …Ils ont choisi la 2ème solution, alors au lieu de se contenter de leurs 15%, les Nahdhaouis vont ètre définitivement laminés et éliminés du pays. Mais après avoir mis le pays à feu et à sang.
Plus que jamais la Société Civile devra ètre combative.
Elle va payer le prix. Alors qu’on aurait préféré que Chokri BELAID soit le dernier Chahid.
La DEMOCRATIE sera instaurée, meilleure que celle pratiquée en Europe. Mais dans la douleur malheureusement. Fethi JELASSI. (15 février 2013). »
Alors les faits :
-c'est au cours d'une réunion qui s'est déroulée le jeudi 31 janvier 2013 au 3ème étage entre 14h et 16h à Montplaisir que la « décision » a été prise.
- l'intermédiaire entre Gadhgadhi d'une part et Abdellatif Mekki et Walid Bannani d'autre part est un ingénieur de Kasserine dont je peux communiquer le nom et la page FB. en in-box.
- cela fait déjà un mois et demi que Gadhgadhi réside à Tunis (Hay El Khadhra). Et je me culpabilise de ne pas avoir publié cette info avant l'assassinat de Brahmi avec son arme. Mais je me dis que je ne peux rien apporter à la police de plus que ce qu'elle connait. Puisqu'après que Gadhgadhi s'est présenté au bureau de poste de Hay El Khadhra pour envoyer un mandat à sa mère (« avance sur salaire » dans le cadre de son « contrat » ?), la police est venue interroger les agents de la poste, photos à l'appui, qui ont tous reconnu formellement le tueur.
- mon informateur-surprise, le ministre de l'intérieur, a déclaré que l'arme du crime a resservi pour assassiner Med Brahmi. Avez-vous déjà vu une arme de crime resservir après 6 mois d'une enquète nationale d'importance majeure ?
- les « autorités » tunisiennes auraient, selon des « services » français, pensé mettre des armes en nombre dans l'ambassade de Syrie au Lac pour coller l'assassinat de Chokri BELAID ?et Mohamed BRAHMI sur le dos de Bachar El Assad. Je ne savais pas que l'ambassade est vide de tout diplomate ou agent.
- autre information (source plutôt américaine) : des armes en grand nombre sont rentrées dès le lendemain de l'assassinat de Brahmi par le réseau des contrebandiers depuis Jebel Nefoussa en passant par la zone de Dhehiba et le sahara de Tataouine pour attérir à Nefta, Gafsa, Kasserine et Le Kef. Ca s'est passé les 26, 27 et 28 juillet. Peut-ètre parce que la contrebande travaille plus le week-end ?
- toujours est-il que la contrebande et les réseaux parallèles de trafic de marchandises qui étaient aux mais des Trabelsiyas sont passées, tous, aux mains d'un parti au pouvoir que je ne nommerais pas. Mais qui, heureusement pour nous, IKHAF RABBI. Je ne parle pas de la contrebande par camionnettes et à dos de mulet qui ont un faible impact sur l'économie. Je vise les gros containers aux ports et les semi remorques qui ont pratiquement abattu l'ensemble du tissu industriel réduisant un bon million de chomeurs à vendre leurs voix aux prochaines élections. D'une pierre deux coups ces réseaux servent aussi à fournir les milices et affidés en armes.
- Un mot sur Chaambi, le groupe a toujours été suivi à Kasserine par les policiers et les indicateurs qui connaissent leurs domiciles, leur mosquée, leur discours et obligatoirement leur identité précise ainsi que la maison où ils se réunissaient. Il y a des mois ils les ont perdus de vue. Immédiatement ils ont récolté les informations et en une semaine ils ont su : qu'ils sont partis au Jebel Chaambi pour entrainement militaire et maquis ; qui les approvisionnent quotidiennement (acheter 50 pains tous les jours pour une famille de 5 personnes cela ne nécessite pas de fins limiers) ; quel est le chemin de l'approvisionnement et le temps du trajet. Et ceci date de PLUSIEURS MOIS avant la première mine. Heureusement que des ministres ont fait leur enquète minutieuse et conclu que ce sont des joggeurs (ou bien vous croyez qu'ils n'existent qu'à Central Park à Manhattan ?).
- Les gardes-forestiers, recrutés pour leur compétence, par Mohamed Ben Salem (Vous ne le connaissez pas ? Mais si, c'est celui qui harangue ses troupes sur la place au Bardo, mais du coté où se déroule Jihad Ennika7) et dont le métier est d'attraper le moindre braconnier, se sont avérés peu outillés pour mettre la main sur les égorgeurs de gibier humain.
- d’autres informations ne peuvent pas ètre divulguées pour l’unique et seule raison qu’elles montreraient du doigt la source.

Alors pour faire court limitons la liste des forfaits réalisés par une équipe de décideurs d'assassinats qui travaille en toute impunité. Pire, qui bénéficie d'une logistique, d'un soutien et d'une complicité sans failles :
-Lotfi NAGDH dont Majliss Echoura (excusez du peu) demande solennellement la libération des assassins.
- Le neveu de Hachemi El Hamdi dont l'assassinat a obligé ce dernier à annoncer son abandon de l'espace public dès qu-il a compris le message. Cela est passé inaperçu à cause de l'omerta et du chantage envers ce 3arch Bouzidien.
-Chokri Belaid qui détenait des informations relatives à la secte qui a usurpé le pouvoir en Tunisie.
-l'assassinat de 2 militaires par l'usage de mines entre Kasserine et Chaambi.
-Mohamed Brahmi qui s'apprètait à partir au Caire coordonner avec les Nassériens contre les Ikhwan.
- l' égorgement de 8 militaires et el vol de leurs tenues ces derniers jours.

( La seconde partie répondra aux 2 questions : QUI ? et POURQUOI ? ).
Fethi JELASSI. 31 juillet 2013.

Les islamistes au pouvoir sont complices. Ecoutez

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes