mis à jour le

Mamadou Diallo, président du bureau national des Jeunes de l’URD : «A l’exception de Bamako, nous sommes en tête dans toutes les régions du pays »

Le président du bureau national de la Jeunesse de l'URD, Mamadou Diallo, a exprimé son ras le bol le lundi dans l'après-midi au QG de leur candidat à l'ACI 2000, par rapport à certaines pratiques qu'il juge, contraires à l'esprit démocratique.

 

La diffusion par une radio de la place des premières tendances dès le soir du scrutin aura suscité le courroux des dirigeants du parti de la poignée des mains, deuxième force de l'échiquier politique malien. Quelques heures avant la grande conférence de presse des quatre candidats du FDR, le bouillant président des jeunes de l'URD, Mamadou Diallo a tenu à s'entretenir avec les hommes de médias sur les quelques dérives que son parti a constaté, après la clôture du scrutin. Pour l'occasion Mamadou Diallo était accompagné par le président du parti PS Yélen Kura, Amadou Koïta et des membres de son bureau.

Selon lui, la diffusion précipitée des résultats, cache mal le dessein de ses auteurs. Il s'agit, à l'en croire, de mécanismes consistant à communiquer sur des résultats ciblés, tous en faveur d'un candidat bien choisi. Plus, il regrette le fait qu'on est en train de pousser la diversion jusqu'à affirmer que le scrutin sera joué en un seul tour. « Alors que les résultats dont nous disposons, prouve à suffisance qu'aucun candidat ne peut gagner ces élections en un seul tour », a-t-il déclaré. Avant d'ajouter avec insistance que le candidat de leur parti à toutes cartes pour être au deuxième tour. « Dans toutes les régions administratives du Mali nous sommes en tête, à l'exception de Bamako et d'une autre région où les tendances ne sont pas encore clarifiées » a déclaré Mamadou Diallo. Et Amadou Koïta de renchérir, « d'ailleurs, Bamako n'a jamais été une circonscription décisive, elle englobe généralement et seulement 15% des suffrages exprimés ».

Pour Mamadou Diallo, son parti comme il a toujours été, veut rester légaliste, en gardant confiance aux institutions nanties des droits de proclamation des résultats, sinon qu'ils disposent des vrais résultats issus de leur système interne de centralisation. « Nous les divulguerons pas, au risque de ne pas faire comme eux », a-t-il conclu.

Moustapha Diawara

 

 

 

 

 

Election présidentielle à Faladiè: Deux jeunes de la CNAS-Faso Hèrè pris la main dans le sac

 

Malgré le dispositif sécuritaire mis en place devant les centres de vote, deux jeunes se sont fait prendre en flagrant délit d'achat de voix au centre de vote du progrès à Faladié-SEMA. Le hic est qu'ils sont du parti du Zorro.

 

En effet, selon les explications des gendarmes qui les ont arrêtés, il s'agit de deux jeunes qui opéraient entre le centre de vote du progrès et celui de l'IJA. Et ceci, pour le compte de la CNAS-Faso Hèrè du Dr Soumana Sacko, candidat à l'élection présidentielle.

Selon les explications de ces gendarmes, leur attention a été attirée par les mouvements de ces jeunes au niveau du centre du Progrès.

« Ils approchaient les électeurs à l'entrée du centre et leur chuchotait quelque chose à l'oreille » explique un témoin qui dit avoir longtemps suivi leurs agissements.

Et un gendarme de poursuivre : « Nous avions un élément en civil qui s'est fait passé pour un électeur et est allé les voir. ».

Selon ses explications, ils lui ont fait savoir qu'ils disposent d'argent qu'ils remettront à toute personne qui accepterait de voter pour leur candidat. Il s'agit du Dr Soumana Sacko.

Face à cette situation, explique le gendarme en civil, il a essayé de marchander avec eux en montant les enchères.

Selon lui, ils proposaient aux électeurs la somme de 1000 FCFA par suffrage exprimé en faveur de leur candidat.

« Je leur ai demandé d'augmenter la somme car je peux mobiliser pour eux plusieurs personnes et c'est cela qui les a attiré. C'est ainsi qu'ils sont allés se concerter et en même temps, j'ai pris soin de prendre le numéro de téléphone de l'un d'entre eux avant d'alerter les autres éléments de la gendarmerie qui sont venus les prendre en flagrant délit alors qu'ils étaient en train de marchander avec moi », poursuit-il.

Il s'agit d'un groupe de jeunes qui auraient déjà réussi à faire voter plusieurs personnes pour leur candidat, moyennant de l'argent.

Mais, les deux jeunes en question ont nié en bloc avoir réussi à faire voter quelqu'un avec cette somme car disent-ils, toute personne qu'ils ont approchée a refusé de le faire.

A leur arrestation par la gendarmerie, ces deux jeunes disposaient de 22.000 Fcfa.

Et sous la pression de la gendarmerie, ils ont affirmé qu'ils avaient été engagés par la CNAS-Faso hèrè, le parti dont Soumana Sacko est le porte-étendard. Avant d'être emmenés à la gendarmerie.

Georges Diarra

 

président

AFP

Tanzanie: le président Magufuli "attristé" par la mort des Casques bleus en RDC

Tanzanie: le président Magufuli "attristé" par la mort des Casques bleus en RDC

AFP

Zimbawe: le nouveau président appelle

Zimbawe: le nouveau président appelle

AFP

Cameroun: le président Biya dénonce les "attaques

Cameroun: le président Biya dénonce les "attaques

national

AFP

Deuil national en Egypte après le carnage dans une mosquée du Sinaï

Deuil national en Egypte après le carnage dans une mosquée du Sinaï

AFP

Unesco: le Parc national de la Comoé retiré de la liste du patrimoine en péril

Unesco: le Parc national de la Comoé retiré de la liste du patrimoine en péril

AFP

Soudan du Sud: Kiir annonce un cessez-le-feu et ouvre un dialogue national

Soudan du Sud: Kiir annonce un cessez-le-feu et ouvre un dialogue national

jeunes

AFP

Zimbabwe: la ligue des jeunes de la Zanu-PF "exige" la démission de Mugabe

Zimbabwe: la ligue des jeunes de la Zanu-PF "exige" la démission de Mugabe

AFP

En Italie, funérailles sobres pour les 26 jeunes migrantes noyées

En Italie, funérailles sobres pour les 26 jeunes migrantes noyées

AFP

En Tunisie, le mal-être des jeunes se traduit par un pic d'émigration clandestine

En Tunisie, le mal-être des jeunes se traduit par un pic d'émigration clandestine