mis à jour le

Manifestation salafiste à Kairouan, 2012 / REUTERS
Manifestation salafiste à Kairouan, 2012 / REUTERS

La Tunisie, nouveau sanctuaire d'Aqmi

al-Qaida au Maghreb islamique dispose désormais d'une base à la frontière algéro-tunisienne.

Neuf militaires tunisiens ont été abattus lundi 29 juillet, lors d’une embuscade tendue par un groupe terroriste près du Mont Chaâmbi.

Cette zone proche de l’Algérie fait l’objet d’une chasse à l’homme intense par l’armée, qui tente de neutraliser les groupes terroristes qui s’y cachent depuis décembre 2012. En mai 2013, plusieurs soldats ont été blessés ou tués par des engins explosifs cachés dans la région.

L’islamologue Mathieu Guidère, spécialiste des mouvements terroristes, livre son analyse des salafistes tunisiens dans un entretien accordé au Nouvel Observateur.

Sur le terrain, il a pu observer plusieurs factions terroristes. D’après lui, les combattants qui évoluent autour du Mont Chaâmbi sont en partie des membres du groupe salafiste Ansar al-Charia, en fuite depuis l’assassinat de Chokri Belaïd en février 2013. Il y aurait également une dizaine de djihadistes tunisiens chassés de Syrie et des salafistes algériens en provenance de Batna, une ville proche de la frontière tunisienne et centre d’activité d’al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi).

A cette «brigade de Batna», se sont joint les membres de la brigade Tarik ibn Ziad, ajoute le spécialiste: à l’origine dirigée par Abou Zeïd, un des chefs d’Aqmi tué dans l’intervention au Mali, elle a été quasiment décimée mais une trentaine d’activistes a fui le Mali vers la frontière algéro-tunisienne.

Selon Mathieu Guidère, les combattants reçoivent majoritairement leurs armes d’Al-Qaïda. Les terroristes algériens d’Aqmi leur ont fourni leur expertise sur le maniement des explosifs. Une preuve supplémentaire, d’après l’expert, que «la Tunisie est devenue un nouveau front pour Aqmi».

Que fait le gouvernement?

Le chercheur estime que le Premier ministre, Ali Larayedh, a «mal géré» le dossier. En 2012, alors ministre de l’Intérieur, il voulait intégrer les salafistes au gouvernement pour éviter leur radicalisation. Larayedh veut maintenant combattre fermement le terrorisme, mais ses hésitations ont profité aux combattants qui ont pu renforcer leurs défenses, explique l’islamologue.

Les postes-frontières ont donc été fermés et l’armée déployée. Mais la frontière algéro-tunisienne s’étend sur plus de 1.300 km, il est impossible de la sécurité entièrement, souligne Mathieu Guidère. D’autant plus que les unités spécialisées dans la lutte contre le terrorisme, formées sous Ben Ali, n’ont ni la préparation ni les équipements nécessaires pour combattre cette insurrection sur le terrain, insiste l’expert.

Selon le spécialiste, le gouvernement tunisien doit mettre en place d’urgence une stratégie «sérieuse, réelle et globale» dans la région du Mont Chaâmbi. Les terroristes y ont des abris et des bases d’entraînement, qui leur permettent de descendre peu à peu dans les villes des alentours, dans le gouvernorat de Kasserine. D’après le chercheur, les troupes de l’armée et de la police devraient être envoyées en nombre pour éviter que cette zone ne devienne un «foyer à l’algérienne», qui pourrait déstabiliser le pays.

Lu sur Le Nouvel Observateur

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

Aqmi

Djihadisme

Au Mali, l'armée française ne comprend pas que la rébellion islamiste est ancrée dans la population

Au Mali, l'armée française ne comprend pas que la rébellion islamiste est ancrée dans la population

Terrorisme

Le chômage et la «défense de l'islam» poussent de jeunes sénégalais à la radicalisation

Le chômage et la «défense de l'islam» poussent de jeunes sénégalais à la radicalisation

AFP

Mali: Aqmi fournit une vidéo d'une otage suisse

Mali: Aqmi fournit une vidéo d'une otage suisse

al-Qaida

AFP

Libération du Sud-Africain enlevé au Mali par Al-Qaïda en 2011

Libération du Sud-Africain enlevé au Mali par Al-Qaïda en 2011

AFP

L'otage sud-africain détenu par Al-Qaïda au Mali "va bien", selon son père

L'otage sud-africain détenu par Al-Qaïda au Mali "va bien", selon son père

AFP

Libération d'un Suédois enlevé par Al-Qaïda en 2011 au Mali

Libération d'un Suédois enlevé par Al-Qaïda en 2011 au Mali

Ansar al-Charia

complexité

Ce qu'il faut à la Libye, c'est un vrai chef

Ce qu'il faut à la Libye, c'est un vrai chef

Flou

Le djihad du sexe sujet à caution

Le djihad du sexe sujet à caution

Deux ans après

Rien n'a changé à Benghazi

Rien n'a changé à Benghazi