mis à jour le

Le débat sur le mariage homosexuel s'exporte en Côte d'Ivoire

Dans le sillage de la loi sur le mariage gay en France, la Côte d'Ivoire est saisie par un débat passionné autour de l'homosexualité, forçant les autorités à monter au créneau pour exclure tout projet du même genre.

Friande des débats qui agitent l'ex-puissance coloniale, l'opinion ivoirienne a suivi de près le parcours de la loi sur le "mariage pour tous", finalement entrée en application en mai en France.

Si cette législation a suscité de nombreux et vifs commentaires en Côte d'Ivoire, la controverse s'est amplifiée après l'annonce, fin juin à Abidjan, d'un appui financier de la France de 30 millions de francs CFA (environ 46.000 euros) à une ONG ivoirienne de défense des droits des homosexuels.

Dans la presse et sur les réseaux sociaux, les réactions ont été souvent enflammées. "La France encourage l'homosexualité en Côte d'Ivoire", a titré un journal ivoirien.

Alors que le gouvernement ivoirien n'avait pas fait la moindre déclaration en ce sens, le soupçon s'est aussitôt installé, dans certains milieux, que la Côte d'Ivoire pourrait être tentée d'imiter la nouvelle loi française.

Certains se sont demandés "si on avançait masqué vers le mariage homosexuel en Côte d'Ivoire" ou au moins "la reconnaissance de l'homosexualité dans le pays", explique à l'AFP Claver Touré, président d'Alternative Côte d'Ivoire, l'ONG bénéficiaire de l'aide française.

Pour lui, le déchaînement de passions des dernières semaines a fait des dégâts: les "agressions verbales" contre "des membres de la communauté se sont multipliées", déplore-t-il, alors que son organisation assure ne pas militer en faveur du mariage gay. "On menace de brûler notre siège, et moi avec", alerte M. Touré.

La violence de certains discours a surpris. La Côte d'Ivoire passe en effet pour l'un des pays les plus libéraux d'Afrique de l'Ouest en matière de moeurs. Contrairement à d'autres nations du continent, où la criminalisation s'accompagne parfois de violences physiques, l'homosexualité n'y a rien d'illégal et était jusque-là pour l'essentiel dans l'ombre et absente du débat public.

Chrétiens comme musulmans (les deux grandes religions du pays), les religieux sont en première ligne pour condamner la loi française et exprimer leur hantise de voir la Côte d'Ivoire adopter des modèles prétendument d'importation "occidentale".

La "fin du monde" pour un ministre

"L'Africain doit éviter de se laisser influencer par les comportements qui viennent toujours de l'extérieur", affirme le père Adrien Essoh Gnamba, prêtre catholique et professeur de théologie à Abidjan.

La radio musulmane Al Bayan, très écoutée, n'est pas en reste dans ce combat. Elle s'est mise à multiplier les émissions sur l'homosexualité, donnant la parole à ses auditeurs.

Dans la classe politique, le ministre de la Fonction publique, Gnamien Konan, a fait sensation à l'occasion d'un meeting dans l'intérieur du pays. Le mariage homosexuel "va marquer la fin du monde", a-t-il avancé.

Face à cette poussée de fièvre, les plus hautes autorités ont dû intervenir.

Le président Alassane Ouattara, qui n'a guère pour habitude de s'aventurer sur le terrain des questions de moeurs, a ainsi opposé une fin de non-recevoir à un journaliste qui l'interrogeait courant juillet sur une éventuelle légalisation du mariage homosexuel.

"Nous avons des lois en Côte d'Ivoire, nous avons des traditions", et la France a les siennes, a-t-il tranché.

Le président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro, a enfoncé le clou. "On ne va pas copier des lois par mimétisme", a-t-il balayé.

Plus que jamais, alors que des associations plaident pour une loi criminalisant l'homophobie, des homosexuels ivoiriens aspirent aujourd'hui à la tranquillité dans une société plus tolérante.

"On est fatiguées de se cacher", lâche une jeune lesbienne rencontrée dans un bar de Treichville, un quartier populaire de la capitale économique ivoirienne. 

"Je veux vivre cet amour pleinement, mais j'ai peur", glisse sa compagne, qui confie: "je rêve d'immigrer en France pour nous marier".

AFP

Ses derniers articles: RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice  Kinshasa: un journaliste relâché après six heures de détention  L'ancien avion A340 de Ben Ali vendu 

débat

AFP

Qui dirige le groupe nigérian de Boko Haram? L'EI relance le débat

Qui dirige le groupe nigérian de Boko Haram? L'EI relance le débat

AFP

En Tunisie, le débat sur l'homosexualité au grand jour

En Tunisie, le débat sur l'homosexualité au grand jour

AFP

L'Algérie débat d'une révision controversée de sa Constitution

L'Algérie débat d'une révision controversée de sa Constitution

mariage

AFP

Tchad: une ministre s'alarme du taux de mariage précoce

Tchad: une ministre s'alarme du taux de mariage précoce

AFP

Afrique: le mariage des enfants, un fléau des sociétés traditionnelles

Afrique: le mariage des enfants, un fléau des sociétés traditionnelles

Moeurs

Au Maroc, une réservation sur Airbnb peut mener en prison

Au Maroc, une réservation sur Airbnb peut mener en prison

homosexuel

AFP

La Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

La Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

AFP

Une nuit dans un discret bar homosexuel de Kampala

Une nuit dans un discret bar homosexuel de Kampala

Société

L'Europe, un refuge pour les homosexuels africains

L'Europe, un refuge pour les homosexuels africains