mis à jour le

ASSISES DE DAKAR : La session des crimes passionnels

Le Peulh est jaloux, cela n'est plus une information. Et, la première session de la cour d'assises d'appel de Dakar semble confirmer l'adage. En effet, avec les multiples cas d'assassinats jugés, les Peulhs ont été au devant de la scène. Une conséquence de leur jalousie excessive.

Association de malfaiteurs, vol en réunion, infanticide, trafic de drogue sont, entre autres, les crimes enregistrés dans le rôle d'audience de la première session 2013 de la cour d'assises d'appel de Dakar. Venues assister aux audiences, les populations ont noté une particularité chez les criminels qui ont eu à défiler devant le juge. En effet ; la plupart des crimes jugés ont été passionnels. Il s'agit, principalement, de Peulhs incriminés pour des faits de meurtres commis sur leurs femmes ou les amants de celles-ci. Djiby Omar Bâ, qui a écopé de 10 ans de travaux forcés, avait descendu au fusil l'amant de sa femme. Les faits se sont déroulés le jour de la Korité, alors qu'il était en compagnie de son épouse Rougui Diallo, chez des amis. Sur place, il déclare avoir vu sa victime Demba Diao, qu'il soupçonnait déjà de vouloir faire la cour à son épouse, déposer un gris-gris à l'endroit où devait s'asseoir celle-ci qui s'était levée pour danser. Et, comble de malheur, Djiby Omar Bâ dira avoir trouvé la victime un jour, couché sur le lit de fortune aménagé à l'intérieur de sa maison, alors qu'il rentrait de brousse où il était pâturer. «Ainsi, ai-je pris le fusil de mon père pour le menacer mais malheureusement, je l'ai tué à bout portant», dira l'accusé.

Quand les bergers abattent leurs rivaux

Autre crime, autre arme, avec un criminel de la même ethnie. Ndamary a égorgé sa femme qu'il soupçonnait de le tromper. Accusé de meurtre, il a pris 15 ans de travaux forcés. C'était à Mboul Gawdi (Matam). Ce jour là, Ndamary Mamadou Dia, armé d'un couteau tranchant, avait égorgé comme un mouton, sa femme, Seynabou Kalidou Dia. Expliquant les faits, l'accusé soutiendra avoir eu à interdire à sa femme de sortir de la maison mais que cette dernière lui a désobéi. Il s'en est suivi une vive altercation au cours de laquelle la victime se serait agrippée aux parties intimes de son mari. Ainsi, confiera l'accusé : «je suis allé prendre un couteau avec lequel je lui ai donné un coup à la gorge». Outre le fusil et le couteau, le coupe-coupe sera l'arme de prédilection du berger Saïdou Diallo condamné par la cour à 12 ans de travaux forcés. L'accusé avait trucidé Moussa Sow de coups de coupe-coupe. Interrogé, il reconnaitra les faits, soutenant que la victime ne cessait de courir derrière son épouse, Amy Ba, à qui, il faisait des avances, en lui payant perles et autres tissus. A la barre, Saïdou Diallo dira également avoir, un jour, surpris sa victime dans son lit conjugal, en compagnie de son épouse. Jugeant cette situation trop difficile à supporter, Saïdou Diallo avait asséné des coups de coupe-coupe à Moussa Sow.

Cheikh Moussa SARR



Assises

AFP

Génocide: renvoi aux assises requis en France pour un médecin rwandais

Génocide: renvoi aux assises requis en France pour un médecin rwandais

AFP

Génocide: assises requises en France pour un médecin rwandais

Génocide: assises requises en France pour un médecin rwandais

AFP

Génocide au Rwanda: le Franco-Rwandais Claude Muhayimana renvoyé aux assises pour "complicité"

Génocide au Rwanda: le Franco-Rwandais Claude Muhayimana renvoyé aux assises pour "complicité"

Dakar

AFP

Sénégal: le procès en appel du maire de Dakar reporté

Sénégal: le procès en appel du maire de Dakar reporté

AFP

Sénégal: procès en appel du maire de Dakar

Sénégal: procès en appel du maire de Dakar

AFP

Inauguration

Inauguration

crimes

AFP

Le Congolais Bemba acquitté de crimes de guerre et crimes contre l'humanité

Le Congolais Bemba acquitté de crimes de guerre et crimes contre l'humanité

AFP

La CPI se prononce vendredi contre le Congolais Jean-Pierre Bemba pour crimes de guerre

La CPI se prononce vendredi contre le Congolais Jean-Pierre Bemba pour crimes de guerre

AFP

La justice spécialisée tunisienne se penche sur les crimes de Ben Ali

La justice spécialisée tunisienne se penche sur les crimes de Ben Ali