mis à jour le

LiveBlogging : Tunisie le bras de fer des “légitimités”

La foule réunie lors du sit-in du 27 devant l’Assemblée constituante crie : “Dégage”. Crédit image : Amine Boufaied | nawaat.org

Jeudi 25 juillet vers midi le député Mohamed Brahmi, démissionnaire du parti Echaab et fondateur du parti Attayar Achaabi était assassiné devant chez lui. Depuis des mouvements de protestations ont lieu dans le pays. Le bras de fer, débuté avec le lancement d’un sit-in, entre “légitimité des urnes” et “légitimité de la rue” continue.

Le Live Blogging des événements depuis l’assassinat en français, arabe et anglais.

3h25 – Gammart : La réunion du bureau de l’UGTT se poursuit. Ils viennent de se mettre d’accord sur les points suivant :
- Exiger la dissolution du gouvernement.
- Consititution d’un gouvernement d’union nationale formé de technocrates qui s’engagent à ne pas se présenter aux prochaines élections.
- Former un comité d’experts pour la finalisation de la consitution.
La question de la dissolution de l’assemblèe n’a pas encore été tranchée.

1H30 -ANC, Bardo : Au Bardo la foule de manifestants est moins importante qu’hier. Les manifestants sont dispersés dans les ruelles adjacentes à l’Assemblée. Il y a beaucoup de curieux venus pour jeter un oeil. De temps en temps il y a des mouvements de foule : “il suffit que quelqu’un vol un portable et parte en courant et tout le monde se met à courir sans raison” rapporte notre reporter sur place.

Mardi 30 juillet 00H30 – Kasserine : Le local du parti Ennahdha à la cité Ezzouhour à Kasserine vient d’être saccagé par les manifestants.Tout le matériel à l’intérieur aurait été détruit selon Mohamed Baraketi sur place.

22H – Tunis : Dans une allocution le chef de l’Etat Moncef Marzouki a présenter ses condoléances aux familles des soldats. Il a appelé les Tunisiens à rester unis et à ne pas se tromper. Pour lui ces attaques ne visent pas les Tunisiens “libéraux” mais l’Etat et le peuple. Selon lui la situation actuelle est un défi qu’il faut soulever, c’est une situation grave qu’il faut savoir gérer.

22H – Mont Chaambi, Kasserine : 8 soldats sont morts et au moins 4 ont été blessés par l’explosion d’une mine. Les 8 soldats tués ont tous été atteints par des tirs d’armes à feu, 5 ont également été égorgés.

Les 8 soldats morts sont : Nizar Mkacher, Yassine Hichri, Maher Ammar, Tarek Othman, Maher Guesmi, Hedi Saadi, Lotfi Aoubi et Marouane Mechi.

Selon Mohamed Baraketi, du Forum de la jeunesse de la citoyenneté à Kasserine, les terroristes auraient récupéré des armes et des tenues de certains soldats.

Photo prise par le convoi de soldats qui ont découvert le commando de soldats tués. Image postée sur la page facebook des Forces spéciales de l’armée.

1001539_423968617718032_359777514_n

Suite à cette attaque des manifestants se sont regroupés devant le local du parti Ennahdha. La police et des salafistes leur feraient face.

Avant ça des Kasserinois en colère se sont rendus à l’hôpital comme en témoigne cette vidéo de Mosaïque Fm.

19h30 Chaambi (Kasserine) : Une patrouille de l’armée serait tombée dans une embuscade au mont Chaambi à Kasserine. Selon la correspondante de Mosaïque FM sept soldats seraient morts sous les balles des terroristes. Trois autres soldats seraient morts suite à l’explosion d’une mine. Il n’y a pas eu de déclaration officielle des autorités jusqu’à présent.

18h – UGTT : Après une longue réunion avec des partis politiques et des organisations de la société civile, la centrale syndicale s’est mis d’accord sur la nécessité de dissoudre le gouvernement actuel. Mais les parties présentes ne sont pas d’accord quant à la dissolution de l’ANC.

17H50 – ANC, Bardo : Des manifestants se sont réunis devant l’ANC où des députés devaient revenir dés 17h.

 

17H10 – Kasbah : Début de la conférence de presse du Premier ministre. Il sera question de l’assassinat de Mohamed Brahmi, des “gens qui veulent prendre le pouvoir” et de la proposition du gouvernement.

Selon le Premier ministre l’assassinat de Mohamed Brahmi est lié au terrorisme en Tunisie. “Nous sommes engagés dans la lutte contre le terrorisme depuis 2012.” Pour Ali Laarayedh, c’est la situation instable dans le nord de l’Afrique qui favorise la circulation des armes.

M. Laarayed parle maintenant des “gens qui veulent prendre le pouvoir“. Selon lui : “Certaines voix se sont élevées pour appeler à la désobéissance avant même que le corps de Brahmi ne soit arrivé à l’hôpital.

Niant la réalité du terrain le Premier ministre déclare que les appels à protester n’ont pas du tout été entendus dans le pays. Il salue le peuple tunisien qui n’a pas réagi face aux appels à la désobéissance.

Le Premier ministre salue les forces de l’ordre qui ont fait échouer le plan pour renverser le gouvernement.

3e point : la proposition du gouvernement. Le gouvernement va continuer ses efforts dans la lutte contre le terrorisme, contre la criminalité et va continuer son travail.

Nous ne sommes pas à la recherche du pouvoir, nous ne l’avons jamais été et nous allons continuer notre devoir” lance le Premier ministre.

Les priorités du gouvernement sont de :

  • finaliser la Constitution pour la fin du mois d’août,
  • mettre en place le cadre législatif pour les élections,
  • appliquer la loi de manière égale,
  • proposition du 17 décembre comme date pour les élections
  • ouverture du dialogue à toutes les forces qui veulent augmenter l’efficacité du processus de transition
  • le gouvernement s’engage à offrir le contexte pour des élections transparentes et démocratiques
  • Il appelle la société civile, les partis politiques et les intellectuels à continuer de travailler et à éviter de répondre aux appels à la violence, au chaos et à l’inconnu.

Ali Laarayedh appelle le peuple tunisien à être attentif car c’est lui qui détient la légitimité.

16H20 – Tunis : Selon le site Marsad 59 députés ont confirmé le gèle de leur activité pour le moment.

16H – Tunis : Hamza Bel Hadj Mohamed, le jeune militant du Front Populaire qui s’est fait écrasé par une voiture de police ce matin, lors de l’évacuation du sit-in, vient de sortir du bloc opératoire. Contrairement à ce qui a été annoncé, il n’a pas été amputé de sa jambe, rapportent ses amis présents à l’hôpital.

DSC00262

Crédit image : Arwa Baraket – www.nawaat.org

15H10 – Tunis : Le porte-parole du parti Ettakatol, Mohamed Bannour, a déclaré, ce lundi 29 juillet 2013, sur les ondes de Jawhara FM, que "Si Ennahdha et le CPR refusent la dissolution du gouvernement, Ettakatol se retirera de la Troîka."

14h – Souk Lahad, gouvernorat de Kébili : Une marche de Harakat Achaab a eu lieu. Les manifestants ont demandé la dissolution de l’ANC et la chute du gouvernement.

12H30 – Tunis : L’UGTT a condamné les attaques contre les manifestants et a déclaré être prête à jouer un rôle historique. L’UGTT organise se soir une réunion à Gammarth.

12H – Sousse : Le Front de sauvetage national lors d’une conférence de presse à demandé :

  • la constitution d’un comité régional de sauvetage et la mise en place d’une feuille de route,
  • la constitution d’un comité du sit-in “ra7il” et la détermination des principales lignes de sa prochaine démarche
  • appel aux habitants de Sousse de rejoindre le sit-in Ra7il à Sousse

11H30 – Siliana : Entrée d’un groupe de manifestants pacifiques dans le siège du gouvernorat. Ils avaient tenté, hier, de pénétrer dans les locaux sans succès. Alors que ce matin les manifestants anti-gouvernement étaient entré dans le local, quelques militants nadhaouis se sont réunis devant le siège du gouvernorat, sans accéder à l’intérieur.

11H – Sidi Bouzid : Des manifestants appelant à la chute du gouvernement se sont réunis devant le siège du gouvernorat. Ils ont été dispersés par la police qui a fait usage de gaz lacrymogène.

6h30 – Assemblée nationale, Bardo, Tunis : L’armée est venue en renfort sur la place de l’Assemblée National, afin d’aider la police à disperser le sit-inneurs et les députés. La dispersion a eu lieu de manière très violente. Le député Noomane Fehri, un des députés ayant annoncé le gèle de ses activités à l’ANC, a été sévèrement agressé par les forces de sécurité et a été transféré à l’hôpital.

Jeudi 25 juillet, vers midi, le député Mohamed Brahmi, démissionnaire du parti Echaab et fondateur du parti Attayar Achaabi ( Courant Populaire ) était assassiné devant chez lui. Le jour même, des manifestations avaient lieu et un sit-in était organisé devant l’Assemblée Nationale Constituante. Le vendredi 26 juillet, jour de deuil national, de nouvelles manifestations avaient lieu dans le pays. Elles étaient réprimées par les forces de l’ordre. Samedi 27 juillet, les funérailles du défunt avaient lieu en milieu de journée. Après l’enterrement dans le Carré des martyrs du cimetière Jellaz de Tunis, la foule s’est dirigée vers l’ANC, où, encore une fois, la police a tenté de disperser la foule. Les manifestants ne se sont pas pour autant découragés et sont revenus s’installer sur la place de l’Assemblée nationale. Dimanche 28 juillet, ils étaient encore nombreux et un “iftar” était organisé sur place. Mais ce matin l’armée a investit la place, et le sit-in a été dégagé dans la violence.

Les réactions des politiques suite à l’annonce de l’assassinat du député Mohamed Brahmi ont été nombreuses. Si du côté du gouvernement on temporise en parlant de risque d’atteinte à l’unité nationale, des partis d’opposition se sont immédiatement réunis pour demander la dissolution de l’ANC et du gouvernement. Un scénario plus que probable actuellement suite au gèle des activités prés d’une soixantaine de députés. Si 73 d’entre eux se mettent d’accord alors l’Assemblée ne pourra plus travailler, puisqu’un tiers de ses membres aura gelé ses travaux.

En Tunisie, le bras de fer débuté avec le lancement du sit-in, entre “légitimité des urnes” et “légitimité de la rue” continue.

Nawaat

Ses derniers articles: Peut-on (encore) se passer des banques au quotidien en Tunisie?  En Tunisie, le "plus grand drapeau au monde" ne fait pas l’unanimité  Tunisie-Union européenne: une mise sous tutelle déguisée 

Tunisie

AFP

L'état d'urgence prolongé de trois mois en Tunisie

L'état d'urgence prolongé de trois mois en Tunisie

AFP

Revisité, l'habit traditionnel revient en force en Tunisie

Revisité, l'habit traditionnel revient en force en Tunisie

AFP

Après l'attentat de Berlin, Merkel met la pression sur la Tunisie

Après l'attentat de Berlin, Merkel met la pression sur la Tunisie

bras

AFP

Zimbabwe: nouveau bras de fer entre Mugabe et ses rivaux

Zimbabwe: nouveau bras de fer entre Mugabe et ses rivaux

AFP

Maroc: 5e anniversaire du mouvement pro-réformes qui ne baisse pas les bras

Maroc: 5e anniversaire du mouvement pro-réformes qui ne baisse pas les bras

AFP

Burundi: le bras droit du président Nkurunziza assassiné

Burundi: le bras droit du président Nkurunziza assassiné