mis à jour le

Cité BALT-MALI de Mountougoula : 600 logements pour les Maliens de Baltimore

La convention signée avec l'entreprise ECMK prévoit des logements coûtant de 16 à 30 millions de Fcfa

Les Maliens de Baltimore aux Etats unis viennent de franchir un pas dans l'acquisition de logements de sociaux, ici au pays. Par l'entremise du président de l'association des Maliens de Baltimore (AMAB), Moriba Diabaté, ils viennent de signer avec l'Entreprise de construction Moussa Keïta (ECMK) une convention de projets de construction de 600 logements sociaux sur le site de Mountougoula, dans le cercle de Kati.

Ce projet ambitieux d'un coût global de 14 milliards prévoit d'édifier 600 logements dont le prix varie entre 16 et 30 millions pour les membres de l'AMAB. Les bénéficiaires auront dix ans pour s'acquitter intégralement du coût de leur logement. La cité s'appellera « Cité Balt-Mali ». La convention a été signée jeudi à l'hôtel Salam.

Cette cérémonie de signature, dira le président de l'Association des Maliens de Baltimore, est « la concrétisation d'un v½u cher à tous nos compatriotes vivant aux Etats-Unis en général et nos membres, vivant à Baltimore, en particulier ». Chacun de ses compatriotes, explique-t-il, rêve d'avoir un toit un jour, un chez-soi. « C'est dans ce cadre que le hasard a fait croiser nos chemins et ceux de l'ECMK ». Il se félicite ainsi de la mise à disposition par l'Entreprise Moussa Keïta de « parcelles et des habitations modernes, conformes aux standards dans le domaine ». Aussi, poursuit-il, son association s'engage à faire la promotion de ces produits auprès des adhérents et s'occuper du financement de l'opération. Il a souhaité que cette opération fasse tache d'huile et que d'autres associations de Maliens s'engagent dans la même dynamique. Moriba Diabaté invite enfin les banques et les établissements financiers à accompagner le projet.

Le directeur général de l'ECMK, Moussa Keïta, a, pour sa part, placé ce partenariat dans le cadre de « la confiance réciproque, le respect mutuel et la préservation des intérêts communs ». « La croissance démographique forte, l'insuffisance d'une offre adaptée, l'inflation, la spéculation foncière et la duperie de certains intermédiaires ont progressivement grossi le nombre de Maliens « Tounkarankew » (« de la diaspora » ndlr) incapables de se loger décemment, en accession directe ou en location vente », a développé le chargé de communication de l'ECMK, Kouye Abdoulaye Diabaté.

Saluant le choix de son entreprise pour cette mission, il s'est engagé « à ne ménager aucun effort pour l'atteinte du résultat escompté ».

Au nom du ministère des Maliens de l'Extérieur et de l'intégration Africaine, le secrétaire général Mamady Traoré a salué l'initiative de ECMK de promouvoir la construction et la distribution de logements destinés aux ménages des Maliens expatriés désireux de bien préparer leur retour au bercail. Ce qui de son point de vue suppose la mise en place d'un cadre favorable au développement du secteur de l'habitat et de la promotion immobilière. Il a ensuite relevé le fait que le programme de logements sociaux a suscité un engouement à travers tout le pays. « Aussi, c'est l'occasion pour mon département de se féliciter pour la réalisation d'un tel projet initié par nos compatriotes résidant à Baltimore aux Etats-Unis, en partenariat avec l'entreprise de construction Moussa Keïta, qui va répondre aux recommandations du Forum des investisseurs de la diaspora, tenu à Bamako en décembre 2009 ».

A. LAM

 

 

 

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

logements

La rédaction

Algérie: les autorités vendent du rêve aux populations

Algérie: les autorités vendent du rêve aux populations

La rédaction

Algérie: les logements AADL ne seront peut-être pas prêts à temps

Algérie: les logements AADL ne seront peut-être pas prêts à temps

La rédaction

AADL: Voici les touts premiers propriétaires

AADL: Voici les touts premiers propriétaires