mis à jour le

Cécile Kynge Kashetu, la ministre italienne de l'Intégration, juin 2013 / Reuters
Cécile Kynge Kashetu, la ministre italienne de l'Intégration, juin 2013 / Reuters

Attaques racistes en Italie: la colère noire de la ministre Cécile Kyenge

Victime d'incessantes insultes racistes, la première ministre noire a décidé de réagir.

Et une attaque raciste de plus. La ministre italienne de l’Intégration, Cécile Kyenge Kashetu, d’origine congolaise, a de nouveau été la cible d’une attaque montée par les lobbies racistes et xénophobes de l’extrême droite italienne. Le 26 juillet, alors qu’elle prononce un discours dans la ville de Cervia, des bananes ont été lancées, tout d’un coup, en sa direction.

Les bananes ont manqué leur cible, mais sur son compte Twitter, Cécile Kyenge a réagi en condamnant un comportement «fâcheux» et en soulignant, de manière ironique, le gaspillage de nourriture en pleine crise économique.

Cette énième provocation raciste, comme toutes celles que la toute première personnalité noire à occuper un rang de ministre en Italie a subies depuis sa nomination en avril 2013, a été vivement condamnée par l’ensemble de la classe politique.

Le maire de Rome, Gianni Alemanno, n’a pas mâché ses mots. Il a parlé d'un «geste honteux et scandaleux», avant d’ajouter que «désormais, nous allons isoler les idiots». Et, fait étonnant, une condamnation est même venue des rangs de la Ligue du Nord, un parti notoirement xénophobe. Un membre de ce parti a notamment déclaré:

«Lancer des bananes, des insultes personnelles... Des actes comme ceux-ci ne jouent aucun rôle dans un débat civilisé et démocratique nécessaire entre la ministre et ceux qui ne partagent pas son avis.»

Pourtant, d’après le site L’Encre noire, cette condamnation, pour inédite qu’elle soit, n’est pourtant qu’une condamnation de circonstance. Le site rappelle que la Ligue du Nord cherche tout simplement à se donner bonne figure à quelques jours d’un débat que des membres de ce parti et la ministre Kyenge doivent avoir, en août, sur la question de l’immigration.

Le coup des bananes survient peu de temps après l’attaque ignoble du désormais ex-vice président du Sénat. Roberto Calderoni avait comparé la ministre à un orang-outan. Il avait fini par présenter de plates excuses, en parlant d’une «plaisanterie».

Seulement Cécile Kyenge dit ne pas vouloir s’arrêter devant toutes ces attaques et pense à tout le chemin que l’Italie doit encore faire en matière d’intégration et d’ouverture aux autres.

«Je ne peux pas cacher que, parfois, je suis un peu fatiguée de toutes ces insultes. Mais je regarde de l’avant, et je réfléchis aux meilleures réponses que la politique doit apporter à tous ces événements et aux difficultés que cela soulève», souligne-t-elle ce 29 juillet, dans une interview au quotidien La Repubblica.

Slate Afrique

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

Cécile Kyenge Kashetu

Cécile Kyenge

L'Italie est-elle raciste?

L'Italie est-elle raciste?

Indignation

La ministre noire italienne traitée d'orang-outan

La ministre noire italienne traitée d'orang-outan

Dérapages

Italie: quand va-t-on coller la paix à la nouvelle ministre noire?

Italie: quand va-t-on coller la paix à la nouvelle ministre noire?

Italie

AFP

Bassirou, de l'enfer libyen aux sacs

Bassirou, de l'enfer libyen aux sacs

AFP

Migrants bloqués en Libye: -70% d'arrivées depuis l'été en Italie

Migrants bloqués en Libye: -70% d'arrivées depuis l'été en Italie

AFP

Migrants: de nouveaux garde-côtes libyens formés par l'UE en Italie

Migrants: de nouveaux garde-côtes libyens formés par l'UE en Italie

l'horreur du racisme

Néoracisme

On n'arrête pas la connerie

On n'arrête pas la connerie

Sagafrica

Triste carnaval de clichés racistes

Triste carnaval de clichés racistes

Immigration

L'hallucinante campagne britannique contre les immigrés

L'hallucinante campagne britannique contre les immigrés