mis à jour le

Edito: Qui a gagné?

Les Maliens sont sortis très tôt ce dimanche 28 juillet pour accomplir leur devoir civique. Toutes les régions du Mali ont voté, y compris celle de Kidal. Partout, c'était le calme, la sérénité et la transparence. Contrairement aux années précédentes, nous n'avons pas eu pour l'instant vent de cas de fraudes, de vols de cartes ou de votes multiples.

 

 

Chahana Takiou, Dirpub 22 Septembre

Le vote s'est donc bien passé, même si certains ont eu du mal à trouver leur bureau de vote. Dans ce contexte apaisé, le grand vainqueur du scrutin, c'est bien le peuple du Mali, qui renoue avec le processus démocratique, qui reprend sa place dans le concert des nations démocratiques, qui étonne encore le reste du monde par la grandeur de sa nation, qui, malgré les vicissitudes politiques et sécuritaires, reste uni et solidaire.

 

 

Déjà au cours des trois semaines qu'a duré la campagne électorale, les 27 candidats ont su faire preuve de retenue, de maturité et de patriotisme. Aucun excès ni débordement. Aucun propos insultant n'a été tenu par les différents prétendants à Koulouba. Leur comportement a été à la hauteur de la fonction convoitée. C'est dire que tous méritent, d'une manière ou d'une autre, le poste de Président de la République. Malheureusement, il n'y a qu'un seul fauteuil, pour 27 prétendants.

Alors, qui va gagner parmi ces candidats? La réponse est attendue par l'ensemble des Maliens depuis hier soir. Les tendances qui se dégagent présentement sont parcellaires, il nous faudra donc attendre mardi, voire mercredi, pour avoir une visibilité assez claire de la situation.

 

 

En attendant, les états-majors des candidats doivent préparer leurs militants à accepter les résultats qui sortiront des urnes. Aucune tentative de contestation par la rue ne sera acceptée ou tolérée par un peuple patient, qui n'aspire qu'à vivre tranquillement, dans la paix et la concorde nationale.

Si des raisons existent ça et là pour contester quelques résultats, la Cour Constitutionnelle est le lieu le mieux indiqué à cet effet. Les décisions de cette instance juridictionnelle s'imposent à tout le monde parce qu'elles sont sans recours.

 

 

Evitons donc tout comportement qui pourrait conduire vers des violences post électorales. Les défis qui attendent le nouveau Président sont énormes, et il ne servira à rien d'en rajouter.

 

 

Chahana Takiou

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé