SlateAfrique

mis à jour le

Kenya - Faire pleuvoir les nuages pour éviter la sécheresse

Faire la pluie et le beau temps, un rêve auquel s’accrochent de plus en plus les scientifiques kényans. Confronté à la pire sécheresse qu’ait connu le pays depuis plusieurs décennies, le gouvernement veut accroître les précipitations en «ensemençant» les nuages, relate le site Voice of America.

Leur objectif: provoquer des pluies de novembre plus intenses que prévu. En effet, le service météorologique national craint que la sècheresse ne se poursuive jusqu’en mars, faute de précipitations suffisantes durant la saison des pluies, habituellement située entre septembre et novembre.

«Nous avons beaucoup de nuages inexploités dans le ciel qui doivent être utilisés. Je crois que l'ensemencement des nuages est capital à ce moment désespéré», soutient enthousiaste Peter Ambenje, le directeur adjoint du service météorologique.

Un espoir pas totalement fou qu'explorent les scientifiques kényans, puisque d'autres pays comme le Mali l'utilisent déjà depuis 2005.

Le principe est d’introduire dans les nuages des cristaux d’iodure d’argent. Cette substance chimique facilite la condensation de la vapeur d’eau en gouttelettes de pluies. Pour ce faire, il «suffit» d’envoyer des roquettes ou des avions pour disséminer les cristaux.

La difficulté réside également dans le choix des nuages. Tous ne se valent pas et pour provoquer une bonne pluie, mieux vaut privilégier un nuage avec un taux d’humidité suffisant. Autant dire que faire pleuvoir en pleine sècheresse reste improbable…

L’ensemencement «augmente la probabilité des précipitations pendant la saison des pluies», confirme le chef du Service météorologique national. Mais, ajoute-t-il, «sans un certain degré humidité […], il n'y a pas grand-chose que les scientifiques puissent faire pour provoquer la pluie».

En fait, le Kenya a investi 7,6 millions d’euros et créé une division spéciale au sein du service météorologique pour être prêt pour la saison des pluies 2011, rapporte le site humanitaire Alternet. L’enjeu est d’éviter la répétition du scénario 2010, dont on connaît désormais les conséquences dramatiques.

Lu sur Voice of America, Alternet