mis à jour le

Election présidentielle : Forte affluence dans les bureaux de vote

Les Maliens ont pris d'assaut les urnes. Nombre de citoyens estiment n'avoir jamais vu une telle affluence dans une élection. De bon augure dans un pays où le taux de participation a rarement atteint 40%

 

L'élection présidentielle du 28 juillet a bien débuté à Bamako. Plus de 6,9 millions d'électeurs sont appelés aux urnes pour départager les 27 candidats en lice. Les opérations de vote ont bien démarré en maints endroits de la capitale sans problèmes majeurs. Dans les centres de vote, logés généralement dans des établissements scolaires, l'affluence est considérable. Nombre de bureaux de vote ont ouvert à 8 heures précises. De nombreux Bamakois estiment n'avoir jamais vu autant de mobilisation pour une élection au Mali.

Les Maliens sont sortis en masse pour accomplir leur devoir civique. Mais, même ceux qui possèdent leurs cartes d'électeur, tous ne pourront pas voter à cause des problèmes d'organisation, notamment l'identification des bureaux de vote. Tout bêtement, les organisateurs ont oublié de mentionner les bureaux de vote sur les cartes d'électeur. Du coup, beaucoup d'électeurs sont astreints à une recherche aléatoire de leurs lieux de vote. Les systèmes informatiques et téléphoniques mis en place par les organisateurs ne permettent pas à la grande masse d'identifier son lieu de vote.

Les électeurs qui arrivent à retrouver leurs lieux de vote, peuvent voter normalement car l'organisation est parfaite dans les bureaux de vote où les matériels est les agents électoraux sont au complet. Comme c'était le cas dans le centre de vote du lycée Mamadou Sarr de Lafiabougou. Déjà, avant même l'ouverture des bureaux de vote, plusieurs centaines d’électeurs attendaient de pouvoir voter.  »On est fatigué de la mauvaise gouvernance. J’invite les candidats à accepter les résultats de notre vote », a lancé Kalifa Traoré, 56 ans, conducteur d’engin lourd, assis sur un banc dans la cour de l'école. Il dit être venu tôt pour éviter les bousculades et « voter en toute sérénité ».

C'est ici dans le bureau de vote N° 10 que le président de la République par intérim Dioncounda Traoré a voté aux environs de 9 heures. Il était accompagné de son épouse et de quelques membres de son cabinet. Après avoir accompli son devoir civique, le président Traoré s'est dit « très heureux » de voter « pour le candidat qui m'a convaincu pendant la campagne ». « J'espère que les choses vont continuer avec autant d'enthousiasme. Je suis heureux de vous dire qu'à Kidal, ils ont commencé à voter. Je suis très satisfait des conditions générales d'organisation du scrutin », a ajouté Dioncounda Traoré qui pense que « de mémoire de Maliens, c'est le meilleur scrutin qu'on organise depuis 1960 ».

Il a également lancé un appel au respect du choix de nos compatriotes car, de son point de vue, la démocratie, c'est la loi de la majorité. « Il faut donc accepter le résultat issu des urnes », a souligné le chef de l'Etat qui dit avoir le sentiment « du devoir accompli ».  « Je pense que je me suis acquitté de mon devoir le mieux possible. Et lorsque tout cela sera terminé, je serai très heureux effectivement de passer le témoin à celui qui sera désigné par les urnes», a-t-il souhaité.

Dioncounda Traoré a trouvé sur place, l'observateur en chef de l'Union africaine, l'ancien Premier ministre togolais Edem Kodjo qui, quelques instants auparavant, avait inspecté toutes les installations du centre de vote. Devant lui, le président du bureau de vote N°10 a posé les plombs plastiques sur les deux faces latérales de l'urne.

Kalilou Maiga qui fut le premier à voter dans ce centre « était à l'aise » parce que « tout est bien préparé ». Il est également fier de lui après avoir choisi le président qui aura la lourde charge de sortir notre pays dans cet engrenage. Même sentiment pour Sira Traoré, 20 ans, qui vote pour la première fois. Elle n'a pas caché son bonheur de « pouvoir participer » au choix du futur locataire de Koulouba.

Le Premier ministre Django Cissoko a mis son bulletin dans l'urne vers 10 heures dans le quartier de Djélibougou.

Dans tous les centres de vote que nous avons sillonnés, les forces de sécurité veillent au grain. Les observateurs de l'Union Européenne, des Nations Unies, de l'Union Africaine et de la CEDEAO gardent u ½il sur la régularité du scrutin.

A. M. CISSE

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

élection

AFP

Election en Gambie: une défaite qui vient de loin pour Jammeh

Election en Gambie: une défaite qui vient de loin pour Jammeh

AFP

Présidentielle en Gambie: le président Jammeh appelle

Présidentielle en Gambie: le président Jammeh appelle

AFP

Gambie: aucun espoir d'une élection libre et honnête

Gambie: aucun espoir d'une élection libre et honnête

présidentielle

AFP

Ghana: le candidat de l'opposition remporte la présidentielle avec 53% des voix

Ghana: le candidat de l'opposition remporte la présidentielle avec 53% des voix

AFP

Les Ghanéens dans l'attente des résultats de la présidentielle

Les Ghanéens dans l'attente des résultats de la présidentielle

AFP

Présidentielle au Ghana: l'opposition retente sa chance

Présidentielle au Ghana: l'opposition retente sa chance

vote

AFP

Présidentielle au Gabon: polémique autour du vote des forces de sécurité

Présidentielle au Gabon: polémique autour du vote des forces de sécurité

AFP

Tunisie: avant le vote du Parlement, le gouvernement d'union appelle

Tunisie: avant le vote du Parlement, le gouvernement d'union appelle

AFP

Angola: vote d'une nouvelle loi controversée sur les médias

Angola: vote d'une nouvelle loi controversée sur les médias