mis à jour le

Kidal, on vote « pour le Mali » ou on manifeste « pour l’indépendance »

On a besoin d’un président pour s’occuper des problèmes du Mali: le développement et les rébellions récurrentes »: en dépit des craintes, la présidentielle a débuté dimanche sans incidents à Kidal, bastion des rebelles touareg, dont certains ont manifesté la veille aux cris de « Azawad oui, Mali non ».

« Tout est foutu par le vent »: trois hommes en boubou sont agenouillés autour d’une liste électorale déchirée, calée par une grosse pierre pour éviter qu’elle ne s’envole, dans le centre de vote numéro un, l’un des trois que compte Kidal, à 1.500 km au nord-est de Bamako.

Il n’est pas encore huit heures, ouverture officielle des bureaux de vote, mais déjà des dizaines d’électeurs se pressent devant l’entrée du centre, un lycée. Des casques bleus togolais les fouillent un par un, alors qu’un véhicule blindé de l’armée française est stationné à cent mètres de là.

« Nous sommes venus tôt pour voter rapidement et rentrer en famille. C’est important de voter pour le Mali, la liberté, le travail et en finir avec la crise », explique Bou Amine, militaire à la retraite, qui tient à la main sa carte et cherche son nom sur l’un des bureaux du centre, qui en contient une dizaine, des anciennes salles de classe.

Devant chacun est affiché une liste électorale, souvent déjà en mauvais état. L’une d’elle s’envole dans l’indifférence. Plus loin, un observateur des Nations unies demande des volontaires pour remplacer au pied levé plusieurs présidents de bureaux de vote et assesseurs, qui ne se sont pas présentés.

« Ces présidents de bureau qui ne sont pas venus, ce sont des gens du MNLA qui tentent de saboter l’élection. Ils ont aussi tenté d’intimider les électeurs pour qu’ils ne viennent pas voter », assure un homme qui tient à rester anonyme.

Les rebelles touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) assurent qu’ils n’empêcheront personne de voter librement à Kidal, une région qui ne compte que 35.000 électeurs recensés, mais qui est symbolique de la tenue du scrutin sur l’ensemble du territoiremalien, six mois après la reconquête du Nord du pays, occupé par des groupes islamistes armés.

A 08h30, (locales et GMT) un seul électeur a pu voter dans le centre, mais le système se rôde peu à peu. Le bulletin de vote, unique, est impressionnant: il détaille les photos et noms des 27 candidats.

AFP

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

vote

AFP

Présidentielle au Gabon: polémique autour du vote des forces de sécurité

Présidentielle au Gabon: polémique autour du vote des forces de sécurité

AFP

Tunisie: avant le vote du Parlement, le gouvernement d'union appelle

Tunisie: avant le vote du Parlement, le gouvernement d'union appelle

AFP

Angola: vote d'une nouvelle loi controversée sur les médias

Angola: vote d'une nouvelle loi controversée sur les médias