mis à jour le

Les dessous d’un changement

Le secteur des Douanes algériennes fait sa purge. Depuis jeudi, d'inamovibles hauts fonctionnaires de la direction générale des Douanes algériennes (DGD) sont partis officiellement à la retraite. Selon des sources sûres, il s'agit de Djazouli Boudjeltia, directeur de l'administration générale (DAG), Abdelmadjid Mahreche, inspecteur général des Douanes algériennes et Regue Benamar, directeur du contrôle a posteriori. «Ces très hauts cadres puissants et incontournables dans le fonctionnement de la direction générale des Douanes algériennes ont été appelés à faire valoir leurs droits à la retraite pour qu'ils soient remplacés incessamment par d'autres cadres», expliquent les mêmes sources. Cette décision n'a pas manqué de susciter des interrogations au sein même de la direction générale des Douanes. Plusieurs cadres, en effet, se posent des questions sur l'opportunité de cette mesure. Durant plusieurs années, ces trois hauts fonctionnaires faisaient continuellement l'objet de critiques de leurs subordonnés et même d'opérateurs économiques. La décision aurait été prise par le DRS. Elle intervient, faut-il le souligner, après une mesure similaire prise à l'encontre du colonel Fawzi, chargé des médias au DRS. Cependant et sans conteste, le cas de Djazouli Boudjeltia, directeur de l'administration générale qui fait et défait à la DGD, est le plus frappant. Nos tentatives de le joindre sont restées vaines. «Il est parti avant-hier accomplir une omra aux Lieux Saints», nous dit-on. Il faut dire que ces derniers mois, le secteur des Douanes a été frappé par plusieurs scandales, dont le dernier en date est celui dit «Affaire Onil». Plus d'un quintal et trente kilogrammes de cocaïne ont été découverts dans une cargaison de lait en poudre enfouis entre les sacs. La fameuse affaire du douanier Rachid Aoune qui, après avoir dénoncé des manquements dans la surveillance de l'exportation de gaz vers la Tunisie, avait été intimidé par son employeur puis révoqué fin 2012. D'autres cadres à l'expérience avérée sont mutés et actuellement sans poste, car réfractaires à l'ordre établi. La corruption est un autre fléau qui forme le principal grief retenu contre le corps des Douanes. Tant de scandales qui, pour mémoire, ont poussé le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, à la création d'une cellule de crise et sa mise en place par la direction générale des Douanes, à l'effet d'enquêter sur les différents affaires ayant secoué les directions de Annaba, d'Alger et d'Oran. Un premier rapport établi par l'Office national de lutte contre la fraude avait valu aux 14 cadres douaniers chargés du dédouanement des marchandises la suspension. D'autres relevant du port d'Alger sont détenteurs de registres du commerce et effectuent régulièrement des voyages en Espagne.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

Changement

AFP

Soudan du Sud: cafouillage autour du changement de nom de l'armée

Soudan du Sud: cafouillage autour du changement de nom de l'armée

AFP

Présidence de la CAF: Ahmad Ahmad veut conduire le changement

Présidence de la CAF: Ahmad Ahmad veut conduire le changement

AFP

CAN: "Peut-être un changement de système

CAN: "Peut-être un changement de système