mis à jour le

Burkina: triste dimanche sans élection pour des réfugiés maliens

L’ONU a lancé un appel pour 3 milliards d’euros.

CAMP DE SAG-NIONIOGO (Burkina Faso / Burkina Faso) – « Je suis très triste de ne pas voter », soupire une vieille femme: aucun des Maliens réfugiés dans un camp près de Ouagadougou n'a encore pu participer dimanche à la présidentielle malienne, faute de carte d'électeur.

A la mi-journée, sur les quelque 50.000 réfugiés installés dans plusieurs camps à travers le Burkina Faso, seulement « une cinquantaine de personnes », parmi quelque 3.500 inscrits, ont pu prendre part à ce scrutin historique, a affirmé à l'AFP une source proche de l'organisation du vote.

Mais personne n'a encore eu cette chance au camp de Sag-Nioniogo (30 km au nord de la capitale burkinabè), qui abrite près de 3.000 Maliens, en majorité des familles touareg ayant fui après la chute en 2012 du nord du Mali aux mains de groupes jihadistes, chassés depuis janvier dernier par une intervention militaire menée par la France.

La vieille femme en boubou et turban bleu, Fata We Elmoctar, fait partie de la poignée de réfugiés qui ont quitté le camp, entouré de champs de mil, pour rejoindre un kilomètre plus loin l'école où a été installé le bureau de vote.

Cette Touareg, veuve de militaire qui se définit comme « Malienne à 100% », ne cache pas sa déception de ne pouvoir donner sa voix à un candidat. « C'est un acte citoyen que j'ai toujours fait et j'espérais le faire ici », explique-t-elle à l'AFP.

Pour elle comme pour les autres, « les conditions pour voter ne sont pas remplies », constate le président du bureau de vote, Hamed Ould Targui.

 

« On veut rentrer chez nous »

 

Les intéressés doivent en effet disposer de leur carte d'électeur et être inscrits sur la liste électorale affichée à l'entrée du bureau, où figurent une vingtaine de noms. Mais, ici comme dans les autres camps du Burkina, la plupart des réfugiés qui s'étaient inscrits n'ont pas reçu leur sésame: les cartes sont restées au Mali, envoyées par les autorités de Bamako dans leur localité d'origine.

Egalement résident du camp de Sag-Nioniogo, Ibrahim Ag Assarid ne digère pas d'être privé d'élection alors qu'il s'était inscrit.

« Nous ne comprenons pas, parce qu'en plus d'être oubliés par le pays en tant que réfugiés, on a été oubliés dans la confection des cartes électorales », peste-t-il.

« Or le seul acte qui nous lie à notre pays, c'est le vote: c'est la seule expression que nous avons comme attachement au pays », pointe ce trentenaire, qui avant l'exil était maire-adjoint d'une petite commune proche de Gao, la grande ville du nord du Mali.

Originaire de la région de Tombouctou (nord-ouest du Mali), Ahmed Ag Abdou Rahamane, 41 ans, est lui aussi amer. « Je voulais élire un président capable de nous ramener la paix », lance-t-il.

« Si aujourd'hui il y a un président qui amène la paix au Mali, demain on ne verra aucun réfugié malien ici. On veut rentrer chez nous », ajoute-t-il.

Le bureau de vote destiné aux réfugiés de Sag-Nioniogo espérait encore accueillir au moins un électeur avant la clôture du scrutin fixée à 18H00 (heure locale et GMT).

Mais l'assouplissement des règles, un temps espéré, n'aura pas lieu. « Aucune dérogation n'est possible pour les réfugiés malheureusement, le vote est le même pour tous », insiste l'ambassadeur du Mali au Burkina, Mamadou Traoré.

 

roh-tmo/jmc

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

élection

AFP

Kenya: Kisumu se prépare

Kenya: Kisumu se prépare

AFP

Kenya: incertitude

Kenya: incertitude

AFP

Kenya: la nouvelle élection présidentielle en quatre questions

Kenya: la nouvelle élection présidentielle en quatre questions

réfugiés

AFP

Dans un camp de réfugiés sahraouis, le rêve d'une terre si proche et si lointaine

Dans un camp de réfugiés sahraouis, le rêve d'une terre si proche et si lointaine

AFP

Violences au Cameroun: l'ONU prête

Violences au Cameroun: l'ONU prête

AFP

Tchad: l'Ofpra a mené sa première mission d'identification de réfugiés

Tchad: l'Ofpra a mené sa première mission d'identification de réfugiés