mis à jour le

Observateurs de l’UE : LES ASSURANCES DE LOUIS MICHEL

Les Maliens sont appelés aujourd'hui à voter pour premier tour de l'élection présidentielle. Cette élection constitue l'aboutissement d'un long processus électoral engagé par notre pays et ses partenaires depuis des mois. Ainsi, l'Union européenne qui a été le partenaire principal de ce long et laborieux processus, a décidé d'accompagner notre pays à travers la supervision du déroulement des opérations de vote.

Les 100 délégués européens présents dans notre pays pour suivre le déroulement des opérations de vote  se sont déployés hier dans les régions, cercles et communes. En marge de cette cérémonie de départ des observateurs européens, le chef de la mission d'observations de l'Union européenne, Louis Michel a tenu à donner quelques éclaircissements sur cette mission ainsi que son appréciation sur le processus électoral et les supputations d'une partie de la classe politique sur la fameuse réserve de près d'un million de cartes NINA vierges qui pourraient être injectées dans le circuit en vue de fausser complètement les données du scrutin.

Dans ses propos liminaires, l’ancien Premier ministre belge et commissaire européen a observé que la campagne électorale s'est déroulée dans « un climat relativement paisible ». Il a rappelé le contexte particulier dans lequel ces élections se déroulent. « Les Maliens sont appelés aux urnes ce dimanche pour élire un président de la République et rétablir l’ordre constitutionnel bouleversé par un coup d'Etat et l’éclatement d’un conflit avec les rebelles touaregs et islamistes début 2012. Ces élections constituent donc un tournant décisif pour le Mali pour sortir de cette crise politico-sécuritaire engendré le coup d'Etat du 22 mars 2012 », a-t-il dit, en rappelant les actions engagées par l'Union européenne pour aider notre pays à sortir de ces crises.

Ces 100 observateurs, indiquera Louis Michel, seront déployés sur toute l'étendue du territoire  national excepté les trois régions du Nord pour des raisons de sécurité. Ils sillonneront 25 des 49 cercles que compte le pays. Aux observateurs, le chef de la mission a rappelé les règles de neutralité, d'objectivité, de précision et mais surtout de rigueur. Des qualités qui doivent les accompagner pour la bonne réussite de cette mission majeure.

Louis Michel a précisé qu'en plus des 100 observateurs européennes, le Mali accueille également les missions de l'Union africaine et de la CDEAO. « Nous travaillons en étroite coordination avec toutes ces missions. Nous allons dans cinq régions sur huit et couvrir un maximum de circonscriptions. En principe, on pourra se faire une idée assez exacte de la manière dont ça se passe. J'essaie d'ailleurs de me rendre à Kidal, pour aller observer, parce que je sais que ça a un poids symbolique important», a t-il explicité.

Pour ce qui concerne les réserves de cartes Nina vierges, il a précisé qu'il s'agit effectivement de 1 100 000 cartes d'électeurs sur lesquelles certains candidats ont émis des craintes par rapport à une possible injection de ces carters dans le circuit afin de fausser complètement les données du scrutin.

« Oui, j'ai évidemment vérifié ces soupçons. Et je dois vous dire que je suis assez rassuré. J'explique : à un moment donné, les autorités maliennes ont dû passer une commande de matériel brut pour faire des cartes et il fallait donc faire une estimation. L'ancienne estimation portait sur 8 millions de cartes. On évaluait que probablement, le nombre d'électeurs serait autour de ce chiffre. Elles ont donc fait cette commande auprès d'un fabricant français. Celui-ci confectionnait les cartes au fur et à mesure que le recensement se faisait et on arrive aujourd'hui à 6,9 millions d'électeurs inscrits sur 8 millions de cartes prévues. Il y a donc une différence de 1 100 000 cartes vierges. Où sont-elles ? Certains ont prétendu qu'elles étaient ici à Bamako. C'est absolument faux ! Ces cartes sont chez le prestataire de service français.  C'est en France qu'elles sont stockées. Je rassure donc les candidats qu'elles ne sont pas ici à Bamako. Elles ne seront donc pas injectés dans le circuit du vote », a-t-il détaillé, appelant nos compatriotes à sortir massivement aujourd'hui afin de sortir le pays de cette situation.

A l’issue du scrutin, la mission observation de l’UE produira un rapport qui contiendra les observations des délégués déployés à travers le pays.

D. DJIRE

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

observateurs

AFP

Kenya: dans la tourmente, les observateurs électoraux se défendent

Kenya: dans la tourmente, les observateurs électoraux se défendent

AFP

Elections kényanes: les observateurs étrangers appellent

Elections kényanes: les observateurs étrangers appellent

AFP

L'Angola accepte quatre observateurs électoraux de l'UE

L'Angola accepte quatre observateurs électoraux de l'UE

assurances

La Rédaction

Sécurité et retour des réfugiés à Tombouctou : LES ASSURANCES DU COLONEL SANGARE

Sécurité et retour des réfugiés à Tombouctou : LES ASSURANCES DU COLONEL SANGARE

Lemag

Maroc : Le pays se dote d'une autorité de contrôle des assurances

Maroc : Le pays se dote d'une autorité de contrôle des assurances

Lemag

Maroc : Le pays se dote d'une autorité de contrôle des assurances

Maroc : Le pays se dote d'une autorité de contrôle des assurances