mis à jour le

Drogue dans la police- Assane Dioma Ndiaye à " Grand Oral " : " Quelque chose s'est passé à priori, il y a des choses qu'on ne peut pas inventer ".

Assane Dioma Ndiaye a donné son avis sur l'affaire de la drogue qui a éclaboussé la police nationale, l'affaire Hissène Habré, mais aussi l'arrêt du déminage en Casamance, dans un entretien qui va paraitre, en intégralité dans l'édition du journal Rewmi Quotidien du lundi 29 juillet. Le coordonnateur de la ligue sénégalaise des droits humains était l'invité du " Grand Oral " de la radio Rewmi fm de ce samedi. Il répondait aux questions de Fatou Thiam Ngom et Mame Ngor Ngom.

Affaire de la drogue dans la police

Assane Dioma Ndiaye pense la question est préoccupante, du fait du corps mis en cause (la police), du degrés d'implication, et de la matière (drogue). Néanmoins, il pense que le Sénégal peut sortir grandi de cette situation, pourvu qu'il y ait un traitement sans faille de cette affaire. Seulement, M Ndiaye semble dubitatif au vu de la sortie de Porte parole du gouvernement qui a semblé situer les responsabilités en parlant de l'innocence des uns et de la culpabilité des autres.

Avec la sortie du gouvernement qui semble demander à Abdoulaye Niang, le principal accusé dans cette affaire de drogue d'aller préparer sa défense, " nous pensons qu'il y a une immixtion dans le travail de la justice ", a dit le coordonnateur de la LSDH. Par ailleurs, Assanne Dioma Ndiaye, pense que la fuite constatée sur la publication du rapport administratif " pour lequel les sénégalais n'ont attaché aucun crédit ", semble être faite à dessein pour "instrumentaliser la justice, et préparer l'opinion". Même si le commissaire Keita risque une sanction pour avoir violé l'obligation de réserve, il est évident qu'il s'est passé quelque chose à priori car, " il y a des choses qu'on ne peut pas inventer ".

Sur ce, la responsabilité du ministre de l'intérieur est engagée s'il est établi qu'il a été saisi d'un rapport dans ce sens depuis le mois de février dernier. Cette affaire a fini de prouver que le Sénégal, à un niveau très élevé, est impliqué dans le trafic de drogue. Cela peut avoir des répercussions négatives pour le Sénégal si les autorités ne montrent pas leur bonne foi dans la gestion de ce dossier.

Affaire Hissène Habré

Assane Dioma Ndiaye pense que c'est un "combat objectif", "un procès normal". Il n'est pas surpris de la sorti des avocats de Hissène Habré dit-il, qui ont déposé un recours au niveau de la cour suprême, pour dénoncer le fait que les autorités n'aient pas saisi au préalable le conseil constitutionnel concernant le traité qui les lie à l'union africaine pour permettre à nos juridictions de juger l'ancien homme fort du Tchad.

Seulement, il a tenu a préciser que cette affaire Habré ne déroge en rien au combat de l'humanité contre l'impunité. "Macky Sall n'a rien à voir avec le procès, il a eu la lucidité de créer les conditions de sa tenue. Il faut se réjouir que c'est l'Afrique qui juge son propre fils ", rappelle-t-il

Le coordonnateur de la Lsdh se dit conscient que la vérité des faits ne peut jaillir qu'avec un procès équitable.

Arrêt du déminage en Casamance

Sur l'arrêt du déminage en Casamance, M Ndiaye est formel : " l'Etat n'a pas su prendre les décisions idoines". Il pense que César Atoute Badiate a réussi son coup en faisant chanter l'Etat qui malheureusement a succombé. "Avec cette décision l'Etat fortifie le mouvement rebelle qui était moribond et lui a donné un nouvel élan".

REWMI.COM/MK

drogue

AFP

Sahara: le Polisario dit avoir arrêté 19 trafiquants de drogue marocains

Sahara: le Polisario dit avoir arrêté 19 trafiquants de drogue marocains

AFP

Tanzanie: les employés d'une morgue éventrent la "mule" pour voler sa drogue

Tanzanie: les employés d'une morgue éventrent la "mule" pour voler sa drogue

Peuple de l'herbe

Les fumeurs algériens se lamentent de la pénurie de cannabis

Les fumeurs algériens se lamentent de la pénurie de cannabis