SlateAfrique

mis à jour le

Ouganda - Vers l'infini et au-delà

Mise à jour du 2 décembre: Le projet fou de Chris Nsamba se précise. Avec sa navette baptisée le Faucon africain, l'ingénieur espère procéder, d'ici cinq ans, à un essai dans l'espace. D'ici dix ans, il envisage d'envoyer un homme dans l'espace.

***

En 1961, Youri Gagarine entre dans l’histoire en devenant le premier homme à effectuer un vol dans l’espace. Cinquante ans plus tard, la conquête spatiale fait toujours autant rêver, et même l’Afrique s’y est mise, à l’image de l’Ouganda. Au moment où l’exploration spatiale n’apparaît plus comme une priorité pour les Etats-Unis (l’année dernière, Obama a annulé le programme Constellation de la Nasa), un Ougandais semble décidé à se lancer dans la conquête de l’espace.

Ainsi, le 28 août, io9 nous apprend que Chris Nsamba, ingénieur aéronautique indépendant et fondateur du Programme de Recherche Spatial Africain, envisage de construire une navette spatiale. Ce dernier a déjà entrepris la construction d'un avion dans son jardin. Une fois terminé, il entamera les travaux de la navette. Nsamba est un précurseur en Afrique. Néanmoins, avant lui, d’autres ont essayé de s’envoler avec leurs propres machines. Le 13 octobre 2010, io9 évoquait quelques réalisations.

Au Kenya, Gabriel Nderitu a par exemple construit un avion de 800 kilos en utilisant un moteur Toyota et des pièces d’aluminium. Dans la République du Somaliland, Mohamed Abdi Barkadle, Saed Abdi Jide et Abdi Farah Lidan ont construit chez eux un hélicoptère capable de lutter contre les incendies. Cependant, rien n’indique qu’il peut voler…

Le Nigeria n’est pas en reste puisqu’en 2007, Mubarak Muhammad a achevé la construction d’un hélicoptère en utilisant des petits morceaux d’aluminium et des pièces issues d’une Honda Civic, une Toyota et un Boeing 747.

Malgré le peu de moyens dont il dispose, Nsamba reste optimiste et estime que d’ici quatre à six ans, son projet de navette spatiale sera achevé. Interviewé par la BBC, l’ingénieur se montre confiant. Et lorsqu’on lui demande comment il compte simuler la gravité, l’Ougandais répond avec assurance:

«Facile», dit-il. «J’ai un moteur d’avion à réaction prévu pour cela. Je compte construire un tunnel et installer le moteur dedans. Quand il sera activé, il permettra de flotter comme dans l’espace.»

Rendez-vous est donc pris en 2017.

Lu sur io9