mis à jour le

Chef de file de l'opposition (CFOP) : L'opposition politique va bel et bien marcher le 28 juillet 2013

Le Chef de file de l'opposition politique (CFOP), Zéphirin Diabré, a animé un point de presse ce 25 juillet 2013 à Ouagadougou. Objectif : appeler de nouveau les Burkinabè à sortir nombreux, le dimanche 28 juillet, pour marcher, exprimer leur colère et faire pression sur le gouvernement afin qu'il abandonne « ses projets funestes ».

A l'occasion, Zéphirin s'est fait assister de Hubert Bazié du parti l'ESPOIR, de Oumarou Bagui de l'UPERD, de Idrissa Kaboré, président du comité d'organisation de la marche et de Adma Zagré, responsable de la commission sécurité. Le message fondamental de la séance, c'est que « l'opposition invite tous les Burkinabè, sans distinction aucune, à sortir nombreux le 28 juillet prochain à la place de la nation, pour réaffirmer leur opposition ferme et nette au sénat, à la révision de l'article 37 de la constitution, et à la politique du gouvernement ».

Zéphirin Diabré s'indigne que malgré la sortie de « milliers de Burkinabè » sur toute l'étendue du territoire national pour « manifester leur colère contre le Sénat et contre la vie chère », « le gouvernement s'entête à vouloir mettre en place le sénat » en convoquant « les conseillers municipaux pour le 28 juillet, afin de faire élire ceux d'entre eux qui vont y siéger ». Ce qui est, pour lui, « c'est une provocation que les Burkinabè ne peuvent accepter ».

Du fait de cet entêtement, le président de l'UPC qualifie le pourvoir en place de « pouvoir arrogant qui n'écoute pas la voix de son peuple », et face auquel il faut « lutter, lutter et encore lutter ». Cette lutte (marches, meetings, assemblées générales ) permettra, espère Zéphirin Diabré, d'obliger le gouvernement à renoncer à son projet de « dépenser 36 milliards pour nourrir des sénateurs au lieu de doter l'hôpital Yalgado en médicaments », et à celui de « réviser l'article 37 de la constitution pour régner à vie ».

« Les Burkinabè savent maintenant que le Sénat a été conçu comme une étape devant mener à la révision de l'article 37 de notre Constitution, pour leur imposer un pouvoir à vie et permettre à un clan, composé de parents et d'amis, de continuer de gérer le Burkina Faso comme une boutique familiale », précise Zéphirin Diabré d'un ton révolté.

Et après avoir salué « l'expression courageuse » des évêques dont le récent message sur la situation socio-politique du Burkina a été « lu avec intérêt » par l'opposition, Zéphirin Diabré, et avec lui toute l'opposition politique, « pense aussi que les institutions doivent être jugées en fonction de leur utilité sociale ». Et cette utilité, le CFOP « n'en voit aucune » au Sénat. Et barrer la voie à la mise en place de ce Sénat, constitue pour lui, une préoccupation nationale autour de laquelle les Burkinabè dans leur ensemble, doivent se mobiliser en dépassant « leurs querelles idéologiques et personnelles ».

A l'attention de la jeunesse en particulier, Zéphirin Diabré souligne ceci à propos du 28 juillet : « nous allons bien bel et bien marcher car nous pour nous, lorsqu'on est debout, on ne s'assoit plus ; on marche ! ». Les marcheurs partiront de la place de la nation au rond-point des Nations-unies pour regagner le point de départ, en passant devant la cathédrale, la BCB sur l'avenue Kwamé N'Krumah.

Fulbert Paré
Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

chef

AFP

Mali: un chef jihadiste abattu par l'armée dans le Centre

Mali: un chef jihadiste abattu par l'armée dans le Centre

AFP

Tanzanie: le rédacteur en chef d’un journal suspendu se dit menacé

Tanzanie: le rédacteur en chef d’un journal suspendu se dit menacé

AFP

Afrique du Sud: l'"esprit" d'un chef rebelle indigène rapatrié 200 ans après sa mort

Afrique du Sud: l'"esprit" d'un chef rebelle indigène rapatrié 200 ans après sa mort

politique

AFP

Kenya: dans la vallée du Rift, la politique nourrit la violence

Kenya: dans la vallée du Rift, la politique nourrit la violence

AFP

Le président de l'UA s'inquiète de la politique américaine sur les opérations en Afrique

Le président de l'UA s'inquiète de la politique américaine sur les opérations en Afrique

AFP

Zimbabwe: un mariage politique de raison pour battre Mugabe

Zimbabwe: un mariage politique de raison pour battre Mugabe

Bel

Ambroise DAGNON

Guingamp: Yatabaré jouera bel et bien contre Evian-Thonon

Guingamp: Yatabaré jouera bel et bien contre Evian-Thonon

Raoul Mbog

Le Cameroun est bel et bien (PAS) gouverné

Le Cameroun est bel et bien (PAS) gouverné

Raoul Mbog

Le Cameroun est bel et bien (PAS) gouverné

Le Cameroun est bel et bien (PAS) gouverné