mis à jour le

Lotfi Ben Jeddou n’a pas tout dit pour ne pas dire il a menti

Par Fethi Jelassi
MERCI MONSIEUR LE ministre d’avoir CONFIRMÉ MES INFORMATIONS D’HIER ( sans que vous ayez cité les commanditaires, bien sur) :

ET LA POLICE SAVAIT…

L’information vient de tomber : Gadhgadhi est impliqué dans l’assassinat de BRAHMI. Il a PERSONNELLEMENT viré un mandat-poste à sa mère à Hay El Khadhra il y a 1 mois (avance sur « salaire »?). Et la police a présenté ses photos aux postiers QUI L’ONT RECONNU.
(Voilà ce que j’ai écrit dans l’heure qui a suivi l’assassinat)
J’AI L’HONNEUR DE VOUS ANNONCER QU’ENNAHDHA EST « DEFINITIVEMENT FINIE »:
GADHGADHI EST A TUNIS DEPUIS 1 MOIS (on ne change pas une équipe qui assassine) :
JE N’AI PLUS LE DROIT DE GARDER LES INFORMATIONS POUR MOI. JE N’AI PLUS LE DROIT D’ATTENDRE QUE LE GOUVERNEMENT NOUS FABRIQUE SA « VERSION ».
1- Gadhgadhi est à Hay El Khadhra depuis 1 mois au su de tout le monde. Il a envoyé des mandats sur place et les agents de la poste l’ont reconnu sur les photos présentées par la police. 2- La décision a été prise le jeudi 31 janvier 2013 lors d’une réunion tenue entre 14h et 16h au 3ème étage de Montplaisir. 3- Je ne sais pas si Bannani et Makki ont assisté à la réunion. 4- Mais ce qui est sùr c’est que l’intermédiaire entre ces deux énergumènes et Gadhgadhi n’est autre qu’un ingénieur de Kasserine dont j’ai le profil précis à travers sa page FB.
AVEC L’ASSASSINAT DE BRAHMI, ILS ONT CHOISI LE PLAN B. Je re-publie ce que j’ai écrit après l’assassinat de Chokri.
VOILA CE QUE J’AI ECRIT IL Y A 5 MOIS : .. .. . .. .. .. . »Au lieu de se contenter de leurs 15%, ils vont ètre définitivement laminés et éliminés du pays. Mais après avoir mis le pays à feu et à sang. Plus que jamais la Société Civile devra ètre combative. Elle va payer le prix. Alors qu’on aurait préféré que Chokri BELAID soit le dernier Chahid. La DEMOCRATIE sera instaurée, meilleure que celle pratiquée en Europe. Mais dans la douleur malheureusement. Fethi JELASSI. (15 février ) ».

Lire sur Abdellatif el-Mekki

Pour mieux comprendre ,nous ajoutons à ce papier le texte suivant de notre ami Rachid Barnat

LE MINISTRE DE L'INTÉRIEUR ET SON STAF TECHNIQUE,
nous expliquent toutes les similitudes entre l’assassinat toujours non élucidé de Chokri Belaid et celui de Mohamed Brahmi :

- même méthode,
– même organisation,
– même type d’arme,
– même moyen de transport (moto) …
– crime en plein jour et dans un quartier populaire … avec
– des assassins qui exécutent tranquillement leur sale besogne; et
– s’échappent sans qu’ils ne soient inquiétés par personne !

Sont-ils seulement conscients de ce qu’ils disent ?
C’est un aveu de la part du ministre de l'intérieur de sa responsabilité dans le meurtre perpétré contre Mohamed Brahmi !
Si ses hommes avaient arrêté les criminels de Chokri Belaid, Mohamed Brahmi serait encore en vie !!

Or calmement ils nous expliquent qu’ils n’ont pu arrêter tout le monde … certains étant toujours en fuite …
depuis bientôt 6 mois !

Une démonstration en grande pompe qui ne convainc pas grand monde … Alors pourquoi ? Juste pour détourner l’attention par des explications fumeuses … le temps que la colère des tunisiens s’estompe !

Les tunisiens oublieraient-ils aussi vite Mohamed Brahmi comme ils semblent avoir déjà oublié Chokri Belaid ?
Combien encore de morts leur faudra-t-il pour se décider de se débarrasser de tous ces responsables « irresponsables » et incompétents et qui continuent à les narguer ?!!!

Ecoutez le commentaire de Soufiane Ben Farhat

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

Diré

AFP

Dire au théâtre le génocide du Rwanda, le défi de Dorothée Munyaneza

Dire au théâtre le génocide du Rwanda, le défi de Dorothée Munyaneza

AFP

Le Malawi aux urnes pour dire stop ou encore

Le Malawi aux urnes pour dire stop ou encore

AFP

Elections en Guinée-Bissau: 70% de participation pour dire non

Elections en Guinée-Bissau: 70% de participation pour dire non