mis à jour le

Manifestation de vant lhôpital d'Arian, près de Tunis, 25 juillet 2013 / AFP
Manifestation de vant lhôpital d'Arian, près de Tunis, 25 juillet 2013 / AFP

La Tunisie est morte avec Mohamed Brahmi

Beaucoup associent le meurtre de l'opposant à une volonté de saper les fondements de la République.

Les nombreuses réactions de la classe politique après l’assassinat de l’opposant Mohamed Brahmi, leader du Mouvement populaire et député de gauche à l’Assemblée nationale constituante, convergent toutes vers un même point: ceux qui ont tué Mohamed Brahmi ont aussi tué la République.

Et ce n’est pas seulement un banal sens de la formule, dû au fait que cet assassinat est survenu le 25 juillet, le jour même de la célébration de l’instauration de la République, en Tunisie. Il s’agit du deuxième crime politique, en seulement six mois, après celui du leader de gauche, Chokri Belaïd. Ce crime avait provoqué des manifestations d’envergure à travers tout le pays et plongé la Tunisie dans une profonde crise.

La famille de Brahmi ainsi que les diverses formations politiques accusent les islamistes d’Ennhada d’êtres responsables de la mort de l’opposant. Whabi Jommâa, le chef d’Ettakatol, parle même de «forces obscurantistes». «Chaque fois que nous voulons avancer, elles nous repoussent en arrière», a-t-il indiqué à Al Huffington Post, tout en considérant aussi que le meurtre de Chokri et celui de Mohamed Brahmi sont intiment liés.

Whabi Jommâa craint que les instigateurs veuillent conduire la Tunisie vers une guerre civile.

Dans une interview sur la chaîne Mosaïque FM, le leader du parti islamiste Ennahda a condamné l’assassinat du député de l’Assemblée nationale constituante et exigé que soient arrêter «ceux qui visent à déstabiliser le pays».

Slate Afrique

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le site de la commission électorale piraté au Ghana avant l'annonce des résultats  Les girafes, ces «gentils géants» menacés d'extinction  L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée 

Tunisie

AFP

Soutien affiché des Premiers ministres du Benelux

Soutien affiché des Premiers ministres du Benelux

AFP

Panser les plaies de la dictature, le défi de la Tunisie

Panser les plaies de la dictature, le défi de la Tunisie

AFP

La Tunisie

La Tunisie

Chokri Belaid

Dialogue national

La Tunisie retient son souffle

La Tunisie retient son souffle

Tunisie

L'opposition veut la chute d'Ennahda

L'opposition veut la chute d'Ennahda

Mobilisation

Vendredi de colère en Tunisie

Vendredi de colère en Tunisie

Mohamed Brahmi

Guéguerre

Les députés de l'opposition tunisienne sous pression

Les députés de l'opposition tunisienne sous pression

RIP

Tunisie: qui était l'opposant Mohamed Brahmi?

Tunisie: qui était l'opposant Mohamed Brahmi?