mis à jour le

Salia Sanou : Rupture du silence face à la presse

Salia Sanou parle. D'ordinaire très discret sur les questions relatives à la vie de sa cité, l'édile de Bobo-Dioulasso a décidé de rompre le silence. Le mercredi 24 juillet 2013, il a tenu une conférence de presse. Avec comme point essentiel des questions relatives à l'éclairage de l'avenue de l'Union européenne et des nids de poule dans sa ville.

Salia Sanou a décidé de rompre avec le mutisme. Très discret sur les questions relatives à la vie de sa cité, l'édile de Bobo-Dioulasso semble vouloir rectifier le tir. C'est ainsi qu' entouré de ses plus proches collaborateurs, il a animé une conférence de presse.

Pour Salia Sanou, il s'est agit d'éclairer l'opinion publique sur le projet d'éclairage de la route nationale n°1 et de révéler des projets de construction ou de réhabilitation des voies dans sa ville. On se le rappelle, un accident mortel sur le tronçon de l'Union européenne avait récemment déclenché une série de manifestations à Bobo-Dioulasso.

Tout en reconnaissant le bien fondé de la demande des manifestants (éclairage de l'avenue de l'Union européenne), le maire a cependant déploré la manière. Selon lui, bien avant les manifestations, la mairie avait son calendrier. « A l'inauguration de l'Avenue de l'Union européenne, nous avons organisé une grande cérémonie avec des habitants des secteurs 24 et 25. C'est ce jour là que le représentant de l'Union européenne a promis de doter cette infrastructure d'éclairage publique » a-t-il noté.

Selon le maire, le financement est déjà acquis et l'on trouvera des lampes sur la route nationale N°1 de l'entrée de Bobo-Dioulasso (Bienvenue à Sya) à la place de la femme d'ici novembre 2013. Déjà, des ralentisseurs (gendarmes couchés) ont été installés tout au long de cette voie.

En plus de la route nationale N°1, l'avenue du cinquantenaire communément appelée route du Mali est dans le viseur du maire. Dotée de lampadaires circonstanciels au cours des cinquante ans (50) d'indépendance du Burkina à Bobo-Dioulasso (2010), cette route a renoué avec le noir.

L'état du centre- ville en question

Revenant à la situation du centre-ville de Bobo, Salia Sanou n'est pas resté indifférent. « Ce n'est pas beau mais nous y travaillons ».

Dans l'immédiat, le maire compte investir 30 millions de francs CFA pour boucher les nids de poules. A long terme, c'est l'ensemble des voies dégradées du centre-ville bobolais qui seront à reconstruire : « Nous avons faits des études et nous sommes à la phase de recherche de financement » a-t-il laissé entendre.

L'occasion faisant le larron, des journalistes ont cherché à savoir la situation du service communication de la mairie. Parce que jusqu'à ce jour, la mairie de Bobo-Dioulasso fonctionne sans communicateur. Si fait qu'obtenir une information sur les activités de la mairie relève de la croix et de la bannière. Pas d'inquiétude. Le communicateur est pour bientôt selon Salia Sanou. Le stationnement des véhicules de transports, l'occupation anarchique de l'espace publique par les parqueurs, les taxis motos et les taximen se sont également invités dans les échanges.

Ousséni BANCE

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

rupture

AFP

La rupture du jeûne

La rupture du jeûne

AFP

Angola: le kwanza en chute libre, l'économie au seuil de la rupture

Angola: le kwanza en chute libre, l'économie au seuil de la rupture

AFP

L'Afrique du Sud prête

L'Afrique du Sud prête

presse

AFP

Egypte: 2 ans de prison pour le président du syndicat de la presse

Egypte: 2 ans de prison pour le président du syndicat de la presse

AFP

Presse économique: La Tribune se lance en Afrique

Presse économique: La Tribune se lance en Afrique

AFP

Gabon: polémique dans la presse sur un communiqué du PS français

Gabon: polémique dans la presse sur un communiqué du PS français