mis à jour le

Un centre commercial réduit en cendre à Rufisque Des millions de francs Cfa en fumée

Les flammes qui ont été d'une rare violence, ont eu comme premier bilan : quatre blessés légers, du fait de la chute des tuiles, une douzaine de magasins réduits en cendre, plusieurs dégâts matériels, des dizaines de millions de francs Cfa consumés. Cependant, aucune perte en vie humaine n'a été notée.

Selon les témoins trouvés sur place, c'est la fumée qui a alerté le voisinage. Arrivé sur les lieux très tôt, le commandant Moussa Niang de la caserne de sapeurs pompiers de Thiès a signalé que le feu a duré dans l'immeuble, du fait de la charpente en bois, du plafond en tuile et d'un plancher intermédiaire en bois. Le soldat du feu d'expliquer : «C'est au cours du trajet retour sur Thiès que j'ai aperçu la fumée et je me suis dit que c'est un incendie. C'est alors que j'ai bifurqué pour voir et j'ai constaté qu'il s'agissait d'un feu de bâtiment à usage d'habitat et de magasins de construction très ancienne». Donnant des explications techniques, le commandant Niang d'ajouter : «il y a eu une propagation, malheureusement, très rapide qui a fait que le feu s'est étalé de la direction Nord vers le Sud. La boiserie a rendu difficile le travail des sapeurs-pompiers. Le vent a donné plus d'ampleur aux flammes». Il faut noter que les sapeurs pompiers de la caserne de Rufisque ont eu beaucoup de mal à maîtriser le feu. Etant intervenus avec deux camions citernes, les sapeurs ont, malgré tout, éprouvé d'énormes difficultés pour maîtriser les flammes. Heureusement qu'ils y sont parvenus. L'incendie serait venu, selon Pape Ndiaye, tenancier d'une menuiserie dans l'immeuble, des travaux pour le renouvellement de l'étanchéité d'une partie du bâtiment. Ce chantier était commandé par un commerçant qui voulait protéger sa marchandise endommagée par les dernières pluies qui se sont abattues sur la ville.

Récurrence des incendies

«C'est un ouvrier déficient mental qui avait été sollicité pour installer une étanchéité sur la toiture de l'immeuble. Mais, il n'avait pas assez de matériel. C'est après avoir allumé la bonbonne de gaz qu'il est venu nous emprunter une tenaille et nous lui avons dit de retourner éteindre le gaz. C'est quelques instants après que nous avons entendu une clameur, avec des cris «au feu», que nous avons pensé que c'est lui qui était à l'origine du sinistre». Les soldats du feu ont eu du pain sur la planche. Pendant plus de trois tours d'horloge, ils ont combattu les flammes qui avaient du mal à être éteintes. De 12 heures jusqu'au-delà de 15 heures, les éléments de la caserne de sapeurs pompiers de Rufisque continuaient à combattre les foyers de l'immeuble qui fait plus de 5OO m2 de superficie. Du côté du président de l'Unacois Moussa Dia, l'on déplore la récurrence des incendies au niveau du marché central de Rufisque où l'on ne cesse de dénombrer des sinistres du genre. L'immeuble en flammes, se situant à côté dudit marché, c'est le lieu, selon Dia, de lancer un SOS à l'endroit des autorités administratives et municipales, afin que se tiennent des assises sur le marché central de Rufisque. Tristesse et désolation ont été les sentiments les plus partagés à Rufisque, après l'incendie qui s'est produit dans un immeuble sis sur l'avenue Ousmane Socé Diop, ex-Gambetta en plein centre-ville. Il abritait des appartements, ainsi que des magasins de commerçants. Il faut noter que le bâtiment en question date de l'époque coloniale et était devenu très vétuste.

Djiby GUISSE


Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye